AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 I'm sorry... » Irina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 39
date d'inscription : 27/04/2014
avatar : liam payne
crédits : (avatar) moonstone
pseudo : pain d'ep

métier : dealer et escort boy, pense à se reconvertir.
statut : en couple avec la belle Irina

MessageSujet: I'm sorry... » Irina   Mar 29 Avr - 20:22

Ce fut une longue soirée. Une très longue soirée. J’étais sorti pour approvisionner quelqu’un de mes habitués. Cela aurait du me prendre une heure à tout casser. Pas bien plus. Mais j’ai finis par faire une mauvaise rencontre. Je n’avais pas prévu de tomber sur la bande de Sevan ce soir. Je pensais être tranquille, mais non… Je leurs dois encore un peu d’argent. Logiquement j’ai encore jusqu’à la semaine prochaine pour leurs donner ce que je dois, mais ces gars sont assez impatients dans leur genre. Ils voulaient juste discuter soi disant. Autant dire que la conversation a vite tourner au règlement de compte général. J’ai toujours été réglo avec eux et j’ai toujours rendu ce que je leurs devais en temps et en heure. Mais je ne sais pas… Je crois qu’ils ne m’aime pas trop et que c’est pour cela que la conversation a tout de suite virer à la bagarre. Je crois qu’ils aimaient se battre aussi ! Ca doit animer leurs soirée, je n’en sais trop rien. Toujours est il qu’a force de traîner dans les rues, j’ai aussi appris à me défendre et je ne compte pas me laisser faire par une bande de naze. Je réplique, mais me reçois tout de même quelques coups bien placer qui me font chanceler. Au final, on ce fera séparer par une autre bande de dealer qui avait peur que notre attroupement attire l’attention des policiers. Je me rends compte que ces idiots on encore abîmé une de mes chemises et surtout que je saigne du nez. J’espère qu’Irina ne sera pas à la maison quand je vais rentrer. Quoique… Je crois que c’est son soir de repos aujourd’hui. Enfin je ne sais plus trop. Alors en attendant, je déambule un peu en ville. J’essayer d’effacer les traces, mais je crois qu’un bleu est en train de se dessiner sur ma mâchoire. Je soupire en apercevant mon reflet dans la vitrine d’un magasin. Je crois que je vais encore me disputer avec ma chérie. Cela m’énerve d’avance parce que je sais que je pourrais pas y échapper. Malheureusement.

C’est donc un peu penaud que je finis par rentrer en direction de notre appartement. Il est déjà tard et j’espère qu’Irina sera occuper a quelque chose. Juste le temps pour moi de m’éclipser dans la salle de bain pour cacher un peu mes blessures. J’essaye de me faire le plus discret possible. Je ne fais pas claquer la porte et j’enlève tout de suite mes chaussures. Contrairement à d’habitude, je ne jette pas mes clés dans le pot de l’entrée également. C’est a pas de loup que je me dirige vers la salle de bain. Au moment où je pose ma main sur la poignée, celle-ci s’abaisse et s’ouvre pour laisser place à ma petite amie. Et merde… Je baisse tout de suite les yeux et soupir m’attendant à des hurlements. Pourtant j’essaye de rattraper le coup en n’évoquant pas mon allure. « Ah ma puce tu es là, je me souvenais plus si tu travaillais ou pas. » Je lui offre un beau sourire et m’approche pour l’embrasser, mais je me rends bien compte que ça ne va pas être aussi facile que cela. Malheureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 266
date d'inscription : 25/04/2014
avatar : lucy hale
crédits : myself
pseudo : lottie ou bonnie, ayw (a)

métier : barmaid
statut : en couple

MessageSujet: Re: I'm sorry... » Irina   Mer 30 Avr - 16:35

21 heures. Un coup d'oeil vers l'horloge du salon, je soupire. Un tas de tests de grossesse m'attendent sur le meuble de la salle de bain et je suis déjà désespérée à l'avance. Y'en a 7 en fait et chacun de marque différente. Pourquoi? Parce que j'en ai déjà fait un, positif, et que je refuse d'y croire. Alors je me dit que plusieurs de marques différentes ça devrait peut-être me convaincre. Il se fait tard et Naël est parti encore une fois. Je ne sais pas où, je ne sais pas quand il va rentrer ni ce qu'il fait. Et moi je l'attends encore. Mon seul soir de congé de la semaine. Mais je ne peux pas lui en vouloir d'avoir oublié, il semble totalement absorbé par ce qu'il a à faire. D'un geste, je me lève et je file à la salle de bain. Je met la musique, je sais pas trop pourquoi. Probablement parce que je vais pleurer, quel que soit le résultat. Et si Naël rentre plus tôt j'ai pas envie qu'il m'entende. Je sais parfaitement que j'en ressortirais en ressemblant à un panda. C'est l'effet maquillage non waterproof qui coule. Je ferme la porte derrière moi et environ une grosse demi-heure plus tard, tout est fait et tout est positif, évidemment. Je me laisse glisser contre le mur et recroquevillée, je continue de pleurer toutes les larmes de mon corps. Je sais que c'est con de réagir de cette manière mais à 21 ans, avec un boulot de barmaid et un petit-ami dont au final... je ne connais strictement rien je sais pas vraiment ce que ça vaut. J'ai perdu toute notion du temps à rester assisse et à pleurer. Je fous les test à la poubelle en me fichant royalement des conséquences et je coupe la musique. Je vais sortir de la salle de bain et reprendre le cours de ma vie. Je ne sais absolument pas ce que je vais faire. Si je vais dire à mon petit-ami qu'on va avoir un bébé. Ne pas lui dire dans l'immédiat est une solution mais j'aime pas lui mentir. En même temps ça le poussera peut-être à plus me parler? J'ai l'impression que si je lui demande encore ce qu'il fait, il va mal le prendre et je suis vraiment pas d'humeur à me disputer. Je passe mes mains sur mes joues, pour enlever le surplus de noir qui a du couler.
Je passe devant le miroir sans même me regarder et lorsque j'ouvre la porte de la salle de bain, Naël est là et il semble aussi que moi. Un furtif coup d'œil, je remarque ce bleu, qui se forme sur sa machoire et ses vêtements. Il est aussi mal en point que d'habitude. « Ah ma puce tu es là, je me souvenais plus si tu travaillais ou pas. » Je voudrait me jetter dans ses bras pour y trouver du réconfort mais tout d'un coup j'en ai plus envie. Pourtant j'ai pas envie de me disputer avec lui et si il me demande ce qui me met dans cet état je bidouillerais probablement quelque chose. « C'est pas grave. J'ai même pas envie d'me prendre la tête ce soir. » Je lui réponds et furtivement je file dans le salon sans dire un mot de plus, je suis sûre qu'il a dû se demander ce qui se passait, je suis toujours la première à péter un cable et aujourd'hui je m'en fous. Je nie au passage le baiser qu'il a tenté de me faire. Je m'installe dans le divan. Et puis, j'entends la porte se fermer. Et merde, soudain je me rend compte que j'ai balancé les tests dans la poubelle sans merde prendre la peine de la fermer et sans même en jeter les emballages. Je pensais pas qu'il rentrerais aussi tôt. Je me lève et je commence à tambouriner à la porte, espérant au fond de moi qu'il ne va rien voir. Comment je vais me sortir de ce pétrin? « Naël, ouvre la porte s'il te plaît. Je... j'ai oublié quelque chose. » Moi-même je voudrais rire de la débilité de mon argument. Je lève les yeux au ciel, me demandant ce qu'il va se passer. Si il les a vu, il le saura. Si il les as pas vu, je vais faire quoi? Et c'est évident qu'il va les voir. Il me reste plus qu'à espérer qu'il y prendra pas attention.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 39
date d'inscription : 27/04/2014
avatar : liam payne
crédits : (avatar) moonstone
pseudo : pain d'ep

métier : dealer et escort boy, pense à se reconvertir.
statut : en couple avec la belle Irina

MessageSujet: Re: I'm sorry... » Irina   Ven 2 Mai - 7:40

En ouvrant la porte de l’appartement, je prie pour que ma chérie ne soit pas là. Je voudrais vraiment éviter une dispute ce soir. Je ne supporte pas de me prendre une raclée, encore plus lorsque celle-ci n’est pas justifier alors oui je ne suis pas de très bonne humeur… Pourtant Irina est en rien responsable de tout cela et je voudrais donc juste finir la soirée en paix avec elle. Je n’entends aucun bruit dans la maison et soupçonne donc la jeune femme d’être au travail. J’avais déjà la tête au boulot quand j’ai quitté l’appartement un peu plus tôt dans la journée et par conséquent je ne me souviens pas vraiment de ce qu’elle avait pu me dire. Tant pis. Je vais pouvoir me nettoyer un peu et faire disparaître les traces de mes coups avant qu’elle ne rentre. Je me dirige donc vers la salle de bain, persuadé d’être seul. C’est quand la porte s’ouvre sans que je n’ai actionné la poignée que je comprends que rien ne sera aussi facile que ce que je pouvais le penser. J’ai peur de décevoir Irina pour être honnête. Souvent, je pense qu’elle mérite mieux que moi. J’ai peur du jour où elle va apprendre ce que je fais de mes journées. Le deal est encore une chose que je peux lui expliquer, je suis clean, je ne fais que vendre, mais l’escort… Je crois que c’est quelque chose qu’elle n’appréciera vraiment pas. Et cela peut vraiment ce comprendre. Après tout, je n’aime pas son job non plus. Enfin. C’est un véritable débat dans notre couple. Lorsque je me retrouve nez à nez avec elle, je baisse tout de suite la tête pour qu’elle ne remarque pas le bleu déjà bien dessiné sur ma mâchoire. Mais visiblement ce soir quelque chose est différent. « C'est pas grave. Je n’ai même pas envie d'me prendre la tête ce soir. » Oh. Je crois que je m’attendais à tout sauf à cela. Surpris par sa réaction, je relève vite les yeux vers elle. On dirait qu’elle a pleuré. C’est bizarre. « Qu’est-ce qui se passe ? » J’allais pour l’embrasser, mais elle m’évite et pars s’enfuir dans le salon. D’accord… Peut être qu’elle m’en veut d’être sortie ce soir. Je ne sais pas. Je voudrais la rattraper, mais je vais d’abord me débarrasser de ma chemise et essayer de me nettoyer le visage. Je ferme la porte de la salle de bain et croise mon reflet dans le miroir. Bordel ils ne m’ont pas raté quand même. Et demain soir je dois sortir avec une de mes clientes. Je crois qu’elle ne va pas accepter si je me présente comme cela. Tant pis, je verrais ça demain. Je retire ma chemise et la pose sur le rebord de l’évier avant de chercher de quoi retirer le sang que j’ai sur les phalanges. Au même moment, Irina frappe à la porte. « Naël, ouvre la porte s'il te plaît. Je... j'ai oublié quelque chose. » « Attends deux secondes… » Je frotte mes phalanges avec une compresse et un peu de désinfectant par la même occasion, vu que j’ai réussi à m’ouvrir. Je ne veux pas qu’elle voit ça. Je sais que c’est trop tard, mais je ne sais pas. J’ai envie de recouvrir les traces. Bordel, je ne pourrais pas être un mec lambda pour une fois. Avoir un métier normal et rentrer le soir pour passer un bon moment avec ma petite amie. J’y ai souvent pensé, mais au final, je sais que je n’ai pas les qualifications pour et puis… Le deal et l’escort m’offre une vie de rêve alors pourquoi y renoncer ? Une fois propre, je jette ce que j’ai utilisé dans la poubelle de la salle de bain et mon regard s’arrête sur une boîte qui en dépasse. C’est quoi ça ? Je ne fais jamais les poubelles, mais là… J’attrape la petite boîte en carton et peut y lire ‘test de grossesse’. Un frisson m’envahit d’un seul coup. Me dites pas… En y regardant de plus près, je me rends compte qu’il y a plusieurs boîtes du même genre. J’attrape le sac poubelle et ouvre la porte de la salle de bain. « C’est ça que tu cherche ? » demandais-je alors a la brunette qui me fait face. D’un seul coup, un silence étrange envahi la pièce. Je ne suis vraiment pas sûr de comprendre. Peut être qu’elle a dépanné une copine. Oui, mais cela n’explique pas son comportement étrange… « Tu m’explique ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 266
date d'inscription : 25/04/2014
avatar : lucy hale
crédits : myself
pseudo : lottie ou bonnie, ayw (a)

métier : barmaid
statut : en couple

MessageSujet: Re: I'm sorry... » Irina   Ven 2 Mai - 10:18

Petit à petit la peur m'envahit. Je ne sais pas si c'est la peur de perdre Naël, de me retrouver seule ou pire, devoir me débrouiller avec le bébé mais j'ai jamais eu aussi peur de ma vie et pourtant j'aurais pu. Personne n'a jamais été là pour moi, pour me protéger. Je suis partie de chez moi j'étais à peine majeure et consciente de mes actes. D'un jour à l'autre j'ai tout planté et je suis partie et si lui n'avait pas été là je ne sais pas ce qu'il serait advenu de moi. Il ne se passe pas un jour sans que je me pose la question. Je fais face à mon petit-ami sans dire un mot, sans rien faire. Et tout ce que je lui dit c'est "j'ai pas envie de me prendre la tête ce soir" et c'est entièrement vrai, je suis pas vraiment d'humeur comme lui doit pas l'être non plus. Parfois je me dis qu'il disparaît probablement de ma faute, que je suis pas assez bien pour lui. J'ai planté mes études, j'ai fuis de chez moi et je travaille dans une maison close, je me demande ce qu'il doit réellement en penser et j'ai peur de ça. « Qu'est ce qui se passe? » Je devrais commencer par quoi? Par le fait que ma vie vient de s'écrouler? Ou bien par le fait que je saches, au final, rien de lui? En réalité, il y'a un tas de choses qui ne vont pas mais plutôt que de tout déballer, je préfère fuire. J'ignore sa question en partie. « Rien... » Ma réponse est à peine audible, je m'entends même à peine prononcer "rien". Je suis partie et lui il rentre dans la salle de bain. Et après m'être rendue compte que j'avais oublié mes tests de grossesse dans la salle de bain (parce que oui, mes...) et que je lui demande de m'ouvrir, je me bouffe un « Attends deux secondes… » et soyons francs, je déteste attendre, encore plus dans ce cas ci. Je déteste vraiment ça. Il finit par ouvrir la porte et il tient dans sa main le sac qui contient mes erreurs. En réalité, mon erreur. Parce qu'il y'a qu'un seul bébé. Et sept tests.
« C’est ça que tu cherche ? » Il me fait face et le silence envahit la pièce. Je suis carrément sous le choc la, je pensais pas qu'il le découvrirait aussi vite, mais en même temps, j'ai pas été futée, j'ai laissé le sac dans la poubelle au lieu de la sortir. Et je ne me doutais pas qu'il rentrerais aussi tôt. Enfin, en fait je ne me doutais pas que j'allais être dans cette situation et que j'allais perdre toute notion du temps. « Tu m’explique? » Blanc. Silence total. J'ai toujours pas répondu à sa première question alors si je pouvais disparaître, franchement, je le ferais. Je cherche une parade à cette question, je veux éviter de me prendre la tête ce soir et pourtant on dirait que ce sera pas possible. Comme si tout était mis en place pour que, justement, on se prenne la tête, non mais j'y crois pas, c'est grave... « Et toi, tu m'explique? » Je désigne ses bleus en soupirant. Je sais parfaitement que je ne devrais pas lui faire du chantage la dessus mais pour une fois j'ai décidé de faire comme lui, quitte à ce qu'on ne se parle pas de la soirée, je m'en fous mais je veux mes explications. Et si le fait que je sois enceinte lui faisait comprendre que ça devient presque urgent que je sache ce qu'il se passe dans sa vie. Et en fait en y réfléchissant, je veux même pas savoir, je préfère encore rester dans l'ignorance que de savoir. Si ça se trouve il se passe quelque chose d'horrible dans sa vie. Je voudrais pas y être mêlée. Mais en même temps ne pas savpor ça me rend dingue. « Et puis non... Oublie ce que j'ai dis, je veux rien savoir! » J'ai l'impression d'être au pied du mur et je me sentirais encore coupable de lui cacher une petite chose ainsi alors que lui ne me dit jamais rien. Je croise les bras et je me met à fixer le sol. Je ne veux pas lui dire alors que je viens moi-même de l'apprendre maintenant, il est trop tôt j'ai même pas encore vraiment réalisé la situation. Je sais pas où j'en suis et je suis tellement perdue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 39
date d'inscription : 27/04/2014
avatar : liam payne
crédits : (avatar) moonstone
pseudo : pain d'ep

métier : dealer et escort boy, pense à se reconvertir.
statut : en couple avec la belle Irina

MessageSujet: Re: I'm sorry... » Irina   Sam 3 Mai - 20:07

J’ai l’impression que ce soir tout part en vrille. Je pensais pouvoir dissimuler le fait que je me sois battu, je pensais avoir quelques minutes de répit avant de revoir ma chérie et je pensais avoir au moins le droit à un baiser de sa part. Pour le moment, je me suis juste tromper de A à Z. Le constat est quelque peu amer pour être franc. Mais le pire c’est sans aucun doute l’accueil glacial que m’offre Irina. Cela faisait un moment que je n’avais pas eu le droit à cela. Quand ma chérie est fâchée je suis vite au courant, mais ce soir ça l’air d’être quelque chose de totalement différent. Elle a le visage fermé, on dirait qu’elle a pleuré même. Je dois dire que cela me perturbe et son manque de réponse ne laisse rien présager de bon. Pourtant j’essaye de ne pas trop m’alarmer et décide de passer d’abord à la salle de bain avant de m’occuper de cela. Je prends tout de même mon temps. En frappant l’un de ses abrutis, je me suis légèrement écorcher les phalanges. Je commence donc à me nettoyer et en voulant jeter ce que j’ai utilisé, je me retrouve nez à nez avec une boîte de test de grossesse. Habituellement, je ne regarde même pas ce que je jette dans la poubelle, mais aller savoir pourquoi, ce soir j’ai baissé les yeux. Peut être n’aurais-je pas dû. Je crois que je n’y aurais même pas fait attention si deux minutes avant Irina ne m’avait pas dit qu’elle voulait absolument rentrer dans la salle de bain parce qu’elle avait oublié quelque chose. Je ne sais pas ou tout du moins, je ne sais plus ce qu’il faut penser. Elle est enceinte ? Je ne sais pas. Je ne pense pas. Elle prend la pilule après tout, non ? Je dois avouer que je me sens assez confus d’un seul coup et surtout perdu. C’est un peu fébrile que je finis par ouvrir la porte de la salle de bain afin de demander des explications à la femme qui partage ma vie. Son regard est fuyant et je dois avouer que je n’aime pas vraiment cela. Bordel, mais qu’est-ce qui lui arrive à la fin ? « Et toi, tu m'explique? » Je dois dire que sa réponse me laisse sans voix. Elle vient de montrer le bleu qui me mange toute la mâchoire et je comprends que ce soir il va falloir que je commence à lâcher des informations. Cela fait trop longtemps qu’elle me pose des questions. Je ne vais plus pouvoir m’échapper. Je le sais parfaitement. Pourtant Irina me coupe en plein milieu de ma réflexion. « Et puis non... Oublie ce que j'ai dis, je veux rien savoir! » Je lâche le sac que j’ai dans les mains et prends appui sur le mur. Je suis perdu…

Il me faudra quelques minutes pour remettre mes idées en place. Je ne veux pas la décevoir. Je crois que je l’ai déjà bien trop fait depuis tout ce temps. « Ecoute… Je… Je ne peux pas tout te dire Irina. » Je veux la préserver avant tout. Personne ne doit savoir que j’ai une petite amie. Je m’en voudrais toute ma vie si quelqu’un s’en prenait à elle. Ce serait la pire chose qui puisse arriver. J’oublie le sac poubelle et prends doucement la main de la jolie brunette dans la mienne pour l’entraîner dans le salon. Il va falloir que je parle. Sauf que je ne sais absolument pas par où commencer. Que dois-je dire ? Que dois-je continuer à cacher. J’ai l’impression de trembler. Je passe une main sur mon visage et soupire longuement. Je finis par me lever et vais chercher le sac a dos que j’embarque tout le temps avec moi pour mes deals. Ce soir il me reste un peu de marchandise, alors autant lui montrer. J’étale mon matos et l’argent sur la table du salon et lève doucement les yeux vers elle. « Voilà ce que je fais… De temps en temps. » J’insiste un peu sur le ‘de temps en temps’ pour lui prouver que je ne fais pas que cela non plus. « Le reste je ne veux pas que tu sache. C’est juste pour te protéger Irina… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 266
date d'inscription : 25/04/2014
avatar : lucy hale
crédits : myself
pseudo : lottie ou bonnie, ayw (a)

métier : barmaid
statut : en couple

MessageSujet: Re: I'm sorry... » Irina   Dim 4 Mai - 16:58

Citation :
c'est pas génial, désolé   

Une vraie journée pourrie. La pire des journées pourries en fait. Je fais face à mon petit ami, les bras croisé, attendant une réponse. Même si je lui dit que je veux pas savoir, au fond de moi, j'en meurs d'envie. Il s'appuie sur le mur et moi je baisse les yeux. Que ça m'énerve de me mettre dans des états comme ça alors que, si ça se trouve, la nouvelle de ma grossesse aurait été un moment merveilleux. C'est pas que j'en veux pas de ce bébé c'est surtout que je ne sais pas quoi faire. J'ai peur qu'il réagisse mal et qu'il parte. Au fond c'est pour ça que j'ai pleuré toute la journée. Parce que j'ai peur qu'il m'abandonne. Il s'écoule quelques minutes avant que Naël ne parle. Ces quelques minutes pendant lesquelles j'ai énormément réfléchis. Il me sort de ma réflexion et je secoue la tête comme pour revenir à moi. « Ecoute… Je… Je ne peux pas tout te dire Irina. » Comme c'est étonnant. Il m'attrape la main et il m'entraîne jusqu'aù salon où on s'assied et au bout de quelques instant sans avoir prononcé le moindre mot, il se lève et va récupérer son sac. Je suis conne, si j'avais voulu la réponse, j'aurais pu l'avoir en ouvrant ce foutu sac. Mais quelle idiote. Ce foutu sac à la con est la réponse à mes questions. Je fixe tour à tour le sac, Naël et la table du salon sur laquelle il dispose du fric et bien évidemment de la drogue. Ouh la. Les deux vont ensemble j'en suis sûre. Faut pas avoir fait l'université pour comprendre. Mais j'attends la réponse de sa bouche. « Voilà ce que je fais… De temps en temps. » En gros, c'est sa manière d'arrondir les fins de mois. D'après ce que je comprend. Au moins pendant ce temps là je pense pas au bébé. L'ennuie c'est que cette révélation me met presque hors de moi. Je travaille déjà dans un endroit pas vraiment fréquentable mais je viens d'apprendre que mon petit ami qui me reproche mon boulot fais un truc encore pire. Je ne suis que barmaid dans une maison close. Je lève les yeux vers Naël, je pourrais le tuer dans l'état où je suis. Vraiment, je pourrais le tuer. Et mon regard doit me trahir. J'essaie un instant de me calmer mais rien n'y fait. En fait, je sais pas si je suis déçue, bouleversée, énervée ou simplement triste. Je pense que c'est un peu tout ça. Et particulièrement énervée.
« Attends, que je ne dise pas de bêtises... T'es dealer ? T'es sérieux ? Non mais c'est bien, de mieux en mieux. En fait j'aurais préféré rien savoir. Et une dernière question, est-ce que t'y touche ? Tu te rends compte que tout ce temps je me suis remise en cause en me disant que l'endroit où je travaille n'était pas fréquentable, que tu avais peut-être raison. Et là maintenant, tu me dis que t'es un putain de dealer. » Juste l'idée me donne envie de vomir, je me suis quelque peu laissée emporter sur le moment et je redescends sur terre après quelques secondes. J'aurais dû m'en douter. Le pire dans cette histoire je pense pas que ce soit ça. Il est assez grand pour savoir ce qu'il fait et puis, je suis pas sa mère. Mais déjà vendre c'est pas forcément le truc le plus sain du monde mais si en plus j'apprenais qu'il se drogue je pense que ça, je pourrais pas m'en remettre. Le fait de se mettre en danger ainsi ça me fait peur. « Le reste je ne veux pas que tu sache. C’est juste pour te protéger Irina… » Je pense que de toute manière j'en ai déjà assez entendu ainsi. J'y réplique le plus naturellement possible sans même prendre le temps de peser mes mots. « En gros c'est ''moins j'en sais, mieux c'est'' si je comprend bien. Je pense qu'il va me falloir du temps pour m'y faire. » Pas un seul instant je ne pense à partir, non absolument pas, je le regretterais. Ma vie est ici, avec lui, alors partir, c'est hors de question. Encore moins depuis que je sais que j'suis enceinte. Mais c'est un peu dur à avaler ça. En même temps on a tous des secrets et je peux pas lui en vouloir pas me l'avoir dit. Je finis par me lever et je m'avance vers Naël et je me blottis contre lui. Je peux pas lui en vouloir de trouver des bons plans pour se faire de l'argent mais je m'inquiète tellement pour lui, j'ai tellement peur qu'un jour il lui arrive quelque chose. « J'ai tellement peur qu'il t'arrive quelque chose. » Et au fond, c'est ça le problème, j'ai peur qu'il lui arrive quelque chose parce que pour la première fois de ma vie je suis heureuse. Le fait que je cherche du réconfort dans ses bras ne signifie pas que tout est oublié, que je lui en veux pas et que je lui fais confiance. Je pense que pour la confiance, c'est un peu cramé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 39
date d'inscription : 27/04/2014
avatar : liam payne
crédits : (avatar) moonstone
pseudo : pain d'ep

métier : dealer et escort boy, pense à se reconvertir.
statut : en couple avec la belle Irina

MessageSujet: Re: I'm sorry... » Irina   Jeu 8 Mai - 20:02

Irina veux savoir la vérité et je sais que je lui dois bien cela. Elle mérite que je sois honnête avec elle, pourtant j’ai peur de tout lui dire. J’ai peur de sa réaction. Elle pourrait fuir, j’en ai pleinement conscience. Mais surtout, je sais qu’elle va m’en vouloir… Je ne cesse de lui dire que je n’aime pas son boulot, que la voir dans cette maison close ne me plaît pas du tout et au final, je ne suis pas mieux qu’elle. J’ai même l’impression de faire pire. Mais il faut que je lui dise un peu. Ne serait-ce que le minimum. Alors je la fais asseoir dans le canapé et lui ramène mon sac à dos. Franchement je me demande pourquoi elle n’a pas encore été fouillée dedans. D’un côté cela veut dire qu’elle me respecte, mais cela ne m’aurais pas étonné qu’elle l’es déjà fait. Enfin. C’est un peu hésitant que je finis par lui avouer une partie de la vérité. Il ne me faudra pas longtemps pour comprendre qu’elle est déçue. D’un seul coup, je me sens envahi par la peur. Si elle me quitte, si elle part de l’appartement, je ne sais pas ce que je deviendrais. Je l’aimais plus que tout au monde et elle est ma bouée de sauvetage, sans elle je ne sais pas où j’en serais aujourd’hui et j’ai vraiment peur de la perdre. « Attends, que je ne dise pas de bêtises... T'es dealer ? T'es sérieux ? Non mais c'est bien, de mieux en mieux. En fait je n’aurais préféré rien savoir. Et une dernière question, est-ce que t'y touche ? Tu te rends compte que tout ce temps je me suis remise en cause en me disant que l'endroit où je travaille n'était pas fréquentable, que tu avais peut-être raison. Et là maintenant, tu me dis que t'es une putain de dealer. » Elle a tous les droits d’être énerver contre moi comme cela pourtant je me sens presque trembler. Sa question est plus que légitime et je sais que je lui dois une réponse. « J’y ai touché… Quand je vivais encore en Angleterre. Mais depuis que l’on se connaît je n’ai plus rien pris, je vends c’est tout… » Je me suis droguer quand je n’étais encore qu’un gamin paumé, mais depuis je n’ai jamais retouché à cela. Je me contente de continuer à vendre, ça me rapporte beaucoup d’argents, c’est tout. J’explique à Irina qu’elle n’as pas besoin de connaître le reste et elle s’emporte à nouveau. Je ne m’attendais pas à cela tout de même. Je crois bien que c’est la première fois que je ne l’ai jamais vu dans cet état et cela me fait mal au cœur de savoir que c’est uniquement de ma faute. « En gros c'est ''moins j'en sais, mieux c'est'' si je comprends bien. Je pense qu'il va me falloir du temps pour m'y faire. » Je me mords la lèvre et passe une main sur ma nuque en soupirant quelque peu. Elle a raison. Je comprends qu’elle ne me fera plus confiance désormais et j’ai l’impression d’avoir détruit mon couple à cause de mes histoires à la noix. « Irina… Je… Je suis désolé. Je préfère que tu ne sache pas. L’image du dealer c’est mieux que le reste… » Je fais même plus attention à ce que je dis. De toute façon, j’ai déjà l’impression de l’avoir perdue. Je ne me sens pas bien. Pourtant Irina se rapproche de moi et viens tout doucement se blottir contre moi. Je sais que cela ne veut pas dire qu’elle me pardonne. Pourtant, je la prends doucement dans mes bras, je la serre contre moi. « J'ai tellement peur qu'il t'arrive quelque chose. » Je dépose un doux baiser sur sa tempe et colle ma joue contre le haut de son crâne. « Je sais ma puce… » Je ne veux pas faire le héros, peut être qu’un jour je ne rentrais pas sur mes deux jambes, je n’en sais rien. Mais je fais de mon mieux pour me protéger. « Je fais attention, je te le promets. » Finalement mon regard se pose sur le sac poubelle qui est près de la table du salon. Je crois qu’il va falloir que l’on en parle désormais. Maintenant que je lui ai expliqué ce que je faisais dans ma vie. « Irina… Tu es enceinte ? » demandais-je alors dans un murmure sans pour autant me décoller d’elle.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 266
date d'inscription : 25/04/2014
avatar : lucy hale
crédits : myself
pseudo : lottie ou bonnie, ayw (a)

métier : barmaid
statut : en couple

MessageSujet: Re: I'm sorry... » Irina   Sam 10 Mai - 21:52

Citation :
pas de soucis   

La discussion sérieuse qu'on devait avoir depuis un long moment. On est en plein dedans et déjà je m'inquiète de l'avenir sans même avoir pris le temps de l'écouter parler. Il doit avoir ses raisons de faire ça et je ne suis pas forcément du genre à juger les autres. Tout d'abord parce que je ne suis pas parfaite. Mais jamais de ma vie je pensais pouvoir tomber amoureuse de quelqu'un qui, au final, me cache énormément de choses. Si elles ne viennent pas interférer dans notre couple, il n'y a aucun problème. On a droit à notre part de vie privée, en couple ne veut pas dire partager le moindre petit détail! Je le conçois parfaitement et lui aussi je pense. On est entrain de discuter de son "passe-temps", je le fixe quelques instants sans rien dire. Regard noir, interrogateur et on pourrait y déceler une pointe de peur. « J’y ai touché… Quand je vivais encore en Angleterre. Mais depuis que l’on se connaît je n’ai plus rien pris, je vends c’est tout… » C'est la révélation même si au fond, je m'y attendais. Je veux dire par là qu'il doit forcément savoir ce qu'il vend et comment peut on vendre quelque chose qu'on a pas testé. C'est du marketing après tout. Enfin, je pense. C'est pas vraiment mon truc. Que ce soit la drogue ou le marketing. Moi je vis tranquille derrière mon bar, à préparer des cocktails une partie du jour et de la nuit. On ne me demande rien et on ne m'emmerde pas. Et dans le cas contraire, je pense que je saurais parfaitement me défendre. Même si j'ai besoin de mon superman. « De toute façon, l'un ou l'autre, c'est dangereux, mais bon, je suppose que tu sais ce que tu fais alors je ne te ferais pas de reproches! » Et je ne lui en fais pas. D'un coup, la peur et la haine qui y'avait dans mon regard s'estompent et je pourrais presque dire que je suis en paix avec moi même. Et avec lui. Je pense qu'il fallait que ça passe. C'est difficile, très difficile mais pour le bien de notre couple et du bébé, je dois le faire. Alors je le fais. Et puis, j'ai des secrets aussi, certains plus noirs que d'autres. Moi aussi j'ai fais des conneries. « Irina… Je… Je suis désolé. Je préfère que tu ne sache pas. L’image du dealer c’est mieux que le reste… » Le reste? Soudain, j'ai une boule au ventre. Une énorme boule au ventre et à la gorge. J'ai peur de ce qu'il pourrait me dire. Et si il menait une double vie? Je pense que de tous les scénarios possible c'est celui là le pire. Je pourrais en mourir. « D'accord mais tu me fais peur là. C'est si horrible? Ne m'en parle pas si tu ne veux pas mais je veux juste savoir quelque chose et s'il te plaît m'en veux pas. Je suis nerveuse et je parle beaucoup... Bref, désolé. Est-ce qu'il y'a quelqu'un d'autre dans ta vie? Après je te questionnerais plus et tu me parleras quand tu seras prêt, je te le promet. » J'ai l'impression de le pousser avec mes questions et tout mon blabla mais si il décide de ne rien me dire, c'est pas grave, j'accepterais sa décision bien évidemment. Seulement j'ai déjà plus trop confiance alors ça en plus de la peur c'est pas vraiment génial. Je tente de me calmer et j'avoue que dans ses bras c'est assez facile à faire. C'est comme si il avait une part de positivité qui venait écraser toute la négativité que je peux ressentir. Comme si, tout d'un coup, je me retrouvais dans sa bulle, avec lui, dans un océan de bonheur. Je ne saurais pas l'expliquer. Ce que je peux être romantique par moment.
« Je sais ma puce… » Encore heureux qu'il le sait. Mais je peux pas m'empêcher de lui dire quotidiennement à quel point je tiens à lui et à quel point j'ai peur de me retrouver seule. Si il venait à se passer quelque chose, je pourrais regretter ne pas l'avoir fait. Alors je le fais. Même si c'est trop. « Je fais attention, je te le promets. » Je n'ai jamais vraiment été dingue des promesses mais quand je vois Naël, quand nos regards se croisent, je ne vois pas un seul instant une once de méchanceté. C'est vrai qu'il est grand, plus grand que moi. Il est pas forcément balèze mais je voudrais pas l'avoir à dos et puis quand on s'énerve ça pète méchamment mais c'est un bisounours. Il est adorable. Et même si j'ai l'impression de plus pouvoir lui faire confiance, je crois en sa promesse. Intuition féminine probablement. « Merci... » C'est un merci qui vient du plus profond de mon coeur. Je pense que je pourrais jamais assez le remercier pour tout ce qu'il a fait. Sans bouger, je me sens quand même de plus en plus proche de lui à chaque instant. « Irina… Tu es enceinte ? » Si je lui avouais, ça changerais quelque chose? Est-ce qu'il arrêterais de dealer? Je ne sais pas. Je me pose tellement de questions. Je ne sais pas si je dois lui dire ou non. Je pense que dans un premier temps je ne devrais pas lui dire. Mais je sais qu'on va quand même s'éviter un jour ou deux. Nous connaissant, cette passade va durer quelques jours, la journée il sera pas là, moi non plus et en général, un de nous deux bosse de nuit aussi donc on va se croiser peu. Si je lui dit, peut-être que je fait de se retrouver "seul" quelque chose l'aidera à savoir ce qu'il doit faire. En ce qui me concerne, je n'en ai absolument aucune idée. Je suis encore blottie contre lui, à peser le pour et le contre de cette révélation. « Oui... » Je murmure, également. J'ai peur qu'à ce moment précis, il s'en aille et qu'il me laisse seule. Et si je me retrouvais seule?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 39
date d'inscription : 27/04/2014
avatar : liam payne
crédits : (avatar) moonstone
pseudo : pain d'ep

métier : dealer et escort boy, pense à se reconvertir.
statut : en couple avec la belle Irina

MessageSujet: Re: I'm sorry... » Irina   Mer 14 Mai - 16:12

Je me sens tellement mal d’avouer la vérité à Irina de cette manière. J’ai déjà pensé à lui annoncer. Plus d’une fois même et puis à chaque fois j’ai finis par renoncer à cette idée. Je ne savais jamais comment lui dire. Ce soir je finis par tout lui déballer ou presque. Très franchement je ne sais pas laquelle des mes activités est la pire, mais j’ai finis par lui dire pour la drogue et le reste. J’essaye d’être le plus clair possible et bien entendu je finis par la blesser alors que je ne voulais pas de cela. « De toute façon, l'un ou l'autre, c'est dangereux, mais bon, je suppose que tu sais ce que tu fais alors je ne te ferais pas de reproches! » Je vois bien qu’elle est vexée et je ne peux pas vraiment lui en vouloir pour cela. Je lui offre un petit sourire pour tenter de la rassurer. Je préfère ne pas trop épiloguer sur la question et tente d’éloigner la conversation. Pourtant je suis obliger de faire comprendre à Irina qu’elle n’as vraiment pas besoin de savoir la suite. « D'accord mais tu me fais peur là. C'est si horrible? Ne m'en parle pas si tu ne veux pas mais je veux juste savoir quelque chose et s'il te plaît m'en veux pas. Je suis nerveuse et je parle beaucoup... Bref, désolé. Est-ce qu'il y'a quelqu'un d'autre dans ta vie? Après je te questionnerais plus et tu me parleras quand tu seras prêt, je te le promets. » Sa question me laisse sans voix l’espace de quelques minutes. Je ne m’attendais pas vraiment à cela, mais je sais que je lui dois une réponse. Elle le mérite vraiment. Je me rapproche doucement d’elle et pose ma main sur sa joue pour que nos regards ce croise. « Il n’y a personne d’autre Irina. Je n’ai que toi et je suis très heureux avec toi. Je n’ai pas besoin de plus. » Je sais que je lui mens souvent et je m’en veux assez comme cela. Je comprends qu’elle n’est plus spécialement confiance en moi, mais s’il y a bien une chose qu’elle doit croire venant de moi c’est cela. Je l’aime et je ne veux surtout pas me séparer d’elle.

Finalement la jolie brunette vient se blottir contre moi et j’essaye de faire de mon mieux pour la rassurer. J’ai bien compris que les choses vont être tendues entre nous durant quelques temps, mais j’espère que tout finira par aller mieux. Parce que visiblement nous avons un autre problème à régler tous les deux. C’est timidement que je finis par questionner la jeune femme. Sa réponse ce fait attendre et je me sens de plus en plus tendu d’un seul coup. Je ne sais pas comment prendre tout cela et je m’inquiète sans doute un peu trop. « Oui… » Au final, la réponse tombe tel un couperet. Irina est enceinte. La première chose qui passe par mon esprit est : « Qu’est-ce que l’on va faire ? » Je crois que j’ai pensé à haute voix malheureusement. Je m’éloigne un peu de la jeune femme pour la regarder et ferme les yeux instants. On ne peut pas élever un bébé alors que l’on travaille tous les deux dans un milieu douteux. Ce n’est pas possible… Mais ce n’est pas cela le plus important. Encore faut-il savoir si j’ai vraiment envie de devenir papa. « Tu… Tu voudrais avoir un bébé toi ? » Je sais que je ne pourrais pas la quitter et je sais aussi que je ne pourrais pas lui demander de faire quelque chose qu’elle refuse de faire. Mais il est important qu’on en parle tous les deux, de manière réfléchis.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 266
date d'inscription : 25/04/2014
avatar : lucy hale
crédits : myself
pseudo : lottie ou bonnie, ayw (a)

métier : barmaid
statut : en couple

MessageSujet: Re: I'm sorry... » Irina   Jeu 15 Mai - 14:54

Citation :
- là c'est vraiment nul  Arrow 

Je compte bien sur lui pour récupérer le peu de bon sens et de dignité qu'il me reste. Je me suis littéralement écrasée en lui demandant si il y'avait quelqu'un d'autre dans sa vie. En même temps, si il venait à mal le prendre je ne pourrais pas lui en vouloir, je réagirais mal dans le cas contraire. Mais sa réponse se fait attendre quelques instants, comme si il était choqué de ma question. Y'a de quoi. Tout à fait. Il se rapproche de moi et pose sa main sur ma joue et lorsque nos regards se croisent, encore une fois, je sens qu'il est honnête avec moi et je regrette d'avoir posé cette question et d'avoir douté de lui. Quelle idiote cette Irina. J'ai le meilleur petit-ami du monde et même si je n'approuve pas ses choix, ça ne change rien au fait qu'il a toujours été correcte avec moi. « Il n’y a personne d’autre Irina. Je n’ai que toi et je suis très heureux avec toi. Je n’ai pas besoin de plus. » Quelque part ça me rassure mais d'un autre côté ça ne me rassure absolument pas. Parce qu'il reste quelque chose que je ne sais pas. Et pour qu'il ne m'en parle pas, comme il ne m'a pas parlé de ses "activités" j'ai peur que ce soit réellement horrible. Mais j'en sais déjà suffisamment je ne vais encore le questionner. J'en sais assez pour savoir que ce soir je saurais pas dormir et que je serais probablement plus jamais rassurée de le savoir. Je lui souris et c'est comme si d'un coup, une partie de mes doutes s'étaient envolés. « Je suis désolé d'avoir douté de toi... » Je lui dois bien ça: des excuses sincères. J'ai douté alors que j'ai pas vraiment de quoi douter. C'est pas comme si il était un rouge rentré avec des traces de rouge à lèvre ou bien avec des cheveux sur lui. En même temps j'avoue n'avoir jamais vérifié mais je choisis de le croire. D'une part pour me rassurer et d'un autre côté parce je sais que ce n'est pas un connard. Il y'a quelque chose que je n'ai pas besoin de savoir et ça doit être en rapport avec ce qu'il fait. Et il faudrait sérieusement que j'arrête de me casser la tête avec ça.
Et les instants qui suivent, je lui avoue qu'effectivement je suis enceinte. Les secrets nous nuisent j'ai l'impression. « Qu’est-ce que l’on va faire ? » Je n'en sais rien, rien de rien. Déjà moi j'ai été frappée par la nouvelle alors je n'ose même pas imaginer ce qu'il ressens. Il s'éloigne de moi et c'est comme si j'avais été frappée en plein cœur, c'est horrible. Je me sens abandonnée c'est comme si j'avais l'impression de sentir mon cœur se briser. Mais je peux pas lui en vouloir. On sera peut-être parents d'ici peu. Peut-être pas. Je sais qu'on a tous les deux besoins d'y réfléchir à tête reposée. Et puis, après quelques instants de silence, il se ré-adresse à moi. « Tu… Tu voudrais avoir un bébé toi ? » Si je veux un bébé. Oui. Maintenant? Je n'en sais rien. Je suis pas seule, on est deux. On a été deux pour le faire donc on prendra une décision ensemble. Pas question que je décide seule parce que décider seule reviendrais à l'obliger à élever ce bébé. Et j'aurais pas envie qu'il le fasse à contre cœur. Je le regarde de longues secondes, franchement je ne sais pas quoi lui dire parce que c'est évident que moi seule, je pourrais pas assumer. Que ce soit la décision, la grossesse ou l'enfant tout simplement. « Franchement je sais pas. Et toi? » Quelque part je ne fais que lui remettre la décision sur les épaules, à lui seule. C'est comme si j'étais impartiale dans cette histoire. Hors, c'est mon bébé aussi. Et même si je l'ai pas encore vu sur le monitoring ou même entendu ou senti bouger, je sais qu'il est là et je l'aime déjà. J'ai toujours eu l'instinct maternel, peut-être parce que je me suis sentie seule toute ma vie et que maintenant je veux pouvoir protéger quelqu'un comme si c'était mon enfant. Et qui de mieux que mon propre bébé? Mon petit-ami est assez grand pour savoir ce qu'il fait et les filles au boulot savent aussi ce qu'elles ont à faire. Même si parfois je les materne quand même. Je rebaisse les yeux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 39
date d'inscription : 27/04/2014
avatar : liam payne
crédits : (avatar) moonstone
pseudo : pain d'ep

métier : dealer et escort boy, pense à se reconvertir.
statut : en couple avec la belle Irina

MessageSujet: Re: I'm sorry... » Irina   Mer 21 Mai - 20:09

J’ai un peu mal au cœur de voir qu’Irina doute de moi. Mais en même temps, je ne peux pas réellement lui en vouloir pour cela. Je lui mens constamment. Je ne suis pas spécialement fier de cela, mais j’estime vraiment que c’est ce qu’il y a de mieux. Alors je tente de lui expliquer que non il n’y a pas personne dans ma vie. J’ai longtemps été un homme volage et je pense qu’Irina s’en doute quelque peu, mais depuis qu’elle est entrée dans ma vie je me suis réellement calmer là-dessus. Je ne veux pas la tromper, je l’aime bien trop pour cela. Je n’ai jamais cru au coup de foudre, mais cela a vraiment été le cas avec Irina. Je ne veux vraiment pas le perdre et je vais me battre pour qu’elle soit de nouveau confiance en moi. Parce que c’est tout ce qui compte pour le moment. Je sais qu’un jour il va falloir que j’arrête mes conneries, mais pour le moment, je ne vois pas comment je pourrais mettre fin à tout cela. « Je suis désolé d'avoir douté de toi... » Je hausse un peu les épaules et caresse sa joue du bout des doigts. « C’est rien… » Je ne vais pas lui en vouloir pour cela, après tout c’est moi qui enchaîne les conneries dans notre couple. Enfin. Pour la première fois depuis que je suis rentré, je l’embrasse tendrement. Ce n’est pas vraiment le genre de baiser que l’on a l’habitude d’échanger tous les deux, mais c’est déjà cela.

Sauf que très rapidement l’ambiance change du tout au tout. Irina m’affirme être enceinte et soudainement j’ai l’impression que notre petit cocoon s’effondre. On vivait tranquillement tous les deux, on est heureux vraiment, mais je me voyais pas devenir papa. Ou tout du moins pas tout de suite. Je me sens perdu. J’ai l’impression que tout va trop vite et bien entendu je parle trop vite. Je ne veux pas perdre Irina et pourtant je n’arrive pas à me voir avec un bébé. Pas avec la profession que j’exerce pour le moment. Je vois assez rapidement qu’Irina est tout aussi déstabilisée que moi et pourtant je finis par lui demander si elle souhaiterait avoir ce bébé. Je n’ai jamais été pour l’avortement, mais je veux savoir ce que la jeune femme en pense. Parce qu’il s’agit de son corps avant tout et je ne la forcerais jamais à faire quelque chose dont elle n’as pas envie. Je sais que l’on doit décider tous les deux, mais je veux d’abord avoir son avis. « Franchement je sais pas. Et toi? » Je ne m’attendais pas vraiment à une telle réponse de sa part. Je pensais qu’elle allait être plus catégorique que cela, mais dans le fond je comprends que la nouvelle soit quelque peu déstabilisante pour elle aussi. Qui aurait pu se douter de cela franchement ? Nous n’en avions jamais parlé tous les deux. Pourtant je sais que je suis sûr d’une chose : « Je… Je sais pas si je me sens prêt à devenir papa, mais… Je ne te forcerais jamais à faire quelque chose dont tu n’as pas envie. Je te le promets. » Si elle veut garder ce bébé j’accepterais. « Mais… J’ai vraiment du mal à me voir papa… » Je préfère lui dire les choses franchement plutôt que de lui mentir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 266
date d'inscription : 25/04/2014
avatar : lucy hale
crédits : myself
pseudo : lottie ou bonnie, ayw (a)

métier : barmaid
statut : en couple

MessageSujet: Re: I'm sorry... » Irina   Ven 23 Mai - 21:47

On a tous des secrets, certains plus lourds à porter que d'autres. Moi aussi j'ai fais des conneries, pendant des années j'ai fait le mur pour sortir m'éclater, des fumé, j'ai bu et j'en passe. Alors pourquoi blâmer Naël alors qu'on a été jeune tous les deux et qu'on a fait les même conneries ? Je sais que maintenant c'est différent mais cette histoire de trafic fait partie de sa vie maintenant, c'est son gagne-pain et moi je travail dans un bordel... Est-ce que je peux lui faire des reproches ? Est-ce que je peux lui en vouloir ? Non. Parce que je suis pas un ange non plus. Et pourtant je doute de lui alors que je devrais pas. J'me tuerais. Littéralement. Il fait tout pour moi. Il m'a recueillie, il m'a aidée alors que j'avais personne. Je devrais me contenter de la fermer, de garder l'appartement propre et de payer ma part du loyer. Et pourtant il continue d'être parfait. C'est trop pour moi, je mérite pas quelqu'un comme lui. Sa réaction me fait me rendre compte que j'y suis allée un peu fort quand même. « C’est rien… » Il me caresse la joue et il m'embrasse tendrement. C'est trop pour moi, je lui fait vivre un enfer et pourtant je suis bien dans sa bras. Mieux là que n'importe où ailleurs. C'est un véritable soulagement ce baiser et je veux pas y mettre fin. L'espace d'un instant c'est comme si j'étais projetée au paradis. C'est étrange, j'ai l'impression que ça fait longtemps. De temps à autre j'ai l'impression qu'on est plus proche du tout et puis il fait quelque chose qui change ce que je pensais. On se sépare quelques instants, le temps pour moi de lui dire ce que j'ai sur le cœur, ce qui arrive rarement. « Je m'en veux d'être aussi désagréable, j'ai l'impression d'être un monstre, j'ai l'impression que je te mérite pas. » Séquence émotion, sortez les mouchoirs. Je me jete à nouveau dans ses bras, je sais absolument pas ce qu'il adviendra de nous avec l'histoire de ma grossesse mais je suis prête à faire ce qu'il faut pour préserver mon couple. C'est horrible a dire, j'en suis consciente. « Je… Je sais pas si je me sens prêt à devenir papa, mais… Je ne te forcerais jamais à faire quelque chose dont tu n’as pas envie. Je te le promets. » Encore une fois, ça me refroidit, je reste là, stoïque, séchée. Au fond je peux pas lui en vouloir c'est sûr.
Je fais des drames de tout et n'importe quoi. Mais là j'en ai même pas la force parce qu'il a raison. On a la petite vingtaine tous les deux. On est trop jeune pour devenir parents. On vivrait tranquillement, avec des hauts et des bas comme chaque couples, mais je pensais pas qu'un bébé viendrait s'interposer aussi vite. Et même si ça n'en a pas l'air, ça nous éloigne déjà. Et de plus en plus chaque seconde. Je ne sais pas quoi répondre. Et je n'en ai pas le temps de tout manière. « Mais… J’ai vraiment du mal à me voir papa… » ça doit faire 5 bonnes minutes que je regarde le sol, stressée, sans trop savoir quoi dire et entendre Naël me dire ça, franchement, ça me fends le cœur mais je pouvais pas m'attendre à autre chose, encore une fois. Je l'aime mais je sais parfaitement qu'il ne se sent pas capable d'élever un enfant et je ne peux absolument pas lui reprocher. Je ne peux rien lui dire, je suis pas sa mère. Je peux pas l'aider ou le conseiller, je suis moi-même dans la galère. Je ne sais pas quoi faire. « On a été deux à le faire alors je prendrais pas une décision toute seule, ça va de soi. J'ai du mal à me voir avec un bébé et pourtant, je l'aime déjà, c'est dingue, ça fait que quelques heures que je suis au courant et j'y suis déjà attachée. Malgré tout je veux pas t'obliger à prendre la responsabilité d'un enfant si tu t'en sens pas prêt... » Je pense à son bien avant tout, je suis pas toute seule dans cette histoire, on a été deux à chaque fois alors on sera deux à décider même si c'est un choix compliqué. Probablement le pire choix que j'aurais à faire de toute ma vie. Et si avoir ce bébé signifie perdre l'homme que j'aime, je choisis Naël. C'est le pire choix auquel je pourrais être confrontée mais soyons réaliste, aucun de nous est prêt à affronter ça. Un bébé c'est pas un choix qui se fait sur un coup de tête. Je me vois pas maman, absolument pas mais pourtant je sais que j'ai la fibre maternelle et que je ferais une bonne mère c'est peut-être pas le moment. J'me tiens les mains, je suis toute nerveuse, je m'amuse à faire rouler ma bague le long de mon doigt et je me perds dans mes pensées... Je ne sais absolument pas quoi faire. Ma voix tremble et je sens les larmes monter, c'est horrible de se retrouver dans une situation dont on ne connaît pas les échappatoires. La dernière fois que ça m'est arrivé, Naël est arrivé et m'a aidé. Mais je crains que là, il ne puisse pas faire grand chose pour moi. Je suis tellement perdue...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 39
date d'inscription : 27/04/2014
avatar : liam payne
crédits : (avatar) moonstone
pseudo : pain d'ep

métier : dealer et escort boy, pense à se reconvertir.
statut : en couple avec la belle Irina

MessageSujet: Re: I'm sorry... » Irina   Lun 26 Mai - 17:55

Très franchement, j’avais peur qu’Irina prenne la fuite en apprenant mon activité. Je sais que tout ce je fais pour gagner ma vie n’as rien de très légale. Si je lui mens depuis si longtemps c’est tout simplement pour la préserver. Les personnes avec qui je traîne ne doivent pas connaître son existence. Je ne sais pas ce que je deviendrais s’il arrivait quelque chose à Irina. Je pense que je serais capable de tuer la personne qui oserait toucher à elle. Vraiment. Je l’aime d’une manière assez démesurée et je m’en rends réellement compte aujourd’hui. Je n’avais jamais pris conscience que c’était à ce point. Vraiment pas. Enfin. Je crois que je préfère encore sa réaction qu’une fuite. Elle m’en veut et pourtant elle est là dans mes bras. Je fais de mon mieux pour la rassurer même si je ne suis pas vraiment sûr d’y arriver pleinement. Elle à l’air tellement triste, cela me brise le cœur. « Je m'en veux d'être aussi désagréable, j'ai l'impression d'être un monstre, j'ai l'impression que je te mérite pas. » Surpris, je baisse les yeux vers Irina. Elle a les yeux emplis de larmes d’un seul coup. Je perds rapidement mon sourire et me rends compte qu’Irina a peut être une mauvaise image de notre couple ou tout simplement d’elle. Je ne sais plus trop. « Je suis pas un ange non plus. On a des hauts et des bas, c’est normal. Ce ne serait pas marrant si on ne se disputait pas de temps en temps. » Très franchement, j’essaye de dédramatiser la situation. Pour qu’elle est confiance en nous. Après tout on se débrouille bien tous les deux et ce depuis le jour où je l’ai accueilli chez moi.

On finit par parler de sa grossesse. Autant dire que ce sujet me déstabilise totalement. Je ne me sens vraiment pas prêt pour devenir père de famille. Je n’ai déjà aucune notion de ce que peux être la famille… Enfin j’ai grandi entourer de mes proches comme tout le monde, mais au final c’était constamment la guerre entre nous. Mon père ne m’a jamais montré une quelconque marque d’affection. Jamais. Et puis… Je n’ai que vingt-deux ans, je vis dans un appartement payé par une femme qui me paie pour ma compagnie. Je passe mon temps dans la rue. Je ne sais pas si je pourrais être un bon père. C’est tellement compliquer comme situation. Et je vois bien qu’Irina est tout aussi perdue que moi. J’ai l’impression que l’on se retrouve au pied du mur. C’est tellement compliquer. « On a été deux à le faire alors je ne prendrais pas une décision toute seule, ça va de soi. J'ai du mal à me voir avec un bébé et pourtant, je l'aime déjà, c'est dingue, ça fait que quelques heures que je suis au courant et j'y suis déjà attachée. Malgré tout je ne veux pas t'obliger à prendre la responsabilité d'un enfant si tu t'en sens pas prêt... » Je l’écoute attentivement et finis par retourner m’asseoir dans le canapé. J’ai la tête qui tourne au final. Je ne me sens pas très bien. D’un seul coup, un millions de questions me traverse l’esprit. On est pas pauvre c’est certains, on a les moyens d’assumer un bébé, mais on n’a pas la vie qu’il faut pour ça. « C’est même pas d’avoir un bébé qui me pose problème. Si je peux dire ça comme ça… Il paraît que devenir papa ça s’apprends. Je suis pas plus bête que la moyenne. Et puis je n’ai jamais vraiment eu l’image d’une famille et j’aimerais construire ça par moi-même. Mais… Je suis un pauvre dealeur… Ce n’est pas vraiment une vie stable. On vit tous les deux la nuit, mais un bébé ça a besoin de stabilité. » Je me dis qu’avoir un bébé ça veut dire changer notre vie du tout au tout. « La question c’est… Tu voudrais fonder une famille avec moi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 266
date d'inscription : 25/04/2014
avatar : lucy hale
crédits : myself
pseudo : lottie ou bonnie, ayw (a)

métier : barmaid
statut : en couple

MessageSujet: Re: I'm sorry... » Irina   Lun 26 Mai - 21:33

Il y'a des jours où, clairement, je me sens nulle. Aujourd'hui en fait partie. On a beaucoup encaissé aujourd'hui, on s'est disputés, Naël m'a appris ce qu'il faisait pour gagner sa vie et en plus, je lui ai annoncé ma grossesse, ce qui fait qu'on est un peu perdus tous les deux. Et pourtant, même si j'ai l'impression que ça va nous éloigner, je sens que ça peut nous renforcer en tant que couple. Peut-être que je suis dingue. Peut-être que je perds la tête. J'ai pas énormément dormi ces derniers jours alors tout s'accumule : la fatigue, les nouvelles, des déceptions. Cela me fait prendre conscience que même si ma vie n'est pas rose, ça pourrait être pire, je pourrais me plaindre. Mais au final, je n'ai pas de raisons de le faire. Et là, je me rends compte que la seule responsable de nos disputes, c'est moi. Naël et moi, on s'aime. On le sait. Certes, on en a pas toujours conscience, mais c'est un fait on s'aime. Je ne sais pas à quel point, je ne sais pas si il serait capable de tout pour moi. Mais moi je pourrais tuer pour lui. Et ça, c'est sûr ! « Je suis pas un ange non plus. On a des hauts et des bas, c’est normal. Ce ne serait pas marrant si on ne se disputait pas de temps en temps. » Cela m'arrache un petit rire, c'est vrai que ce n'est pas parfait. Mais c'est la vie, elle est pleine de hauts et de bas et sans cela, on ne pourrait pas se rendre compte à quel point on est attaché à quelqu'un ou à quel point quelque chose peut-être important. Mais comme d'habitude, ces secondes de bonheur laissent place à la peur qu'un jour mon bonheur prenne fin. « C'est sûr mais je ne peux pas m'empêcher de penser qu'un jour on aura la dispute de trop et que ce sera peut-être la fin de tout... » Je suis constamment occupée à me soucier de l'avenir et des autres, c'est rare que je me fasse passer avant quelqu'un. C'est même le contraire, je fais passer le bonheur des autres avant le mien et c'est pareil pour mon petit-ami. Je me fais du mal toute seule. Je suis auto-destructrice. Je sabote mon bonheur. A la moindre occasion. Et je ne le mérite probablement pas. On a toujours eu une vie difficile, que ce soit lui ou moi. Et franchement, avant d'arriver ici et de tomber sur lui je me demandais si un jour j'aurais l'occasion d'être heureuse. Je savais pas c'était quoi de vivre avec quelqu'un qu'on aime et qui nous aime. J'avais jamais connu ça avant. Et pour être franche, je ne sais même pas ce qu'est une véritable vie de famille. Alors le fait que je me retrouve enceinte, ça me déstabilise autant que lui. Il me lâche et s'installe dans le divan et je reste dos à lui quelques instants, le temps de reprendre mes esprits et d'essayer de me convaincre que je suis forte et que pleurer n'est pas la bonne solution. Ce n'est pas un caprice, c'est juste de la peur et de la tristesse. Je pleure très rarement mais là, j'ai l'impression d'avoir tellement encaissé que j'en ai besoin.
Pourtant je me retourne et je fais face à mon petit-ami en essayant de cacher ce que je ressens. « C’est même pas d’avoir un bébé qui me pose problème. Si je peux dire ça comme ça… Il paraît que devenir papa ça s’apprend. Je suis pas plus bête que la moyenne. Et puis je n’ai jamais vraiment eu l’image d’une famille et j’aimerais construire ça par moi-même. Mais… Je suis un pauvre dealeur… Ce n’est pas vraiment une vie stable. On vit tous les deux la nuit, mais un bébé ça a besoin de stabilité. » Je comprend parfaitement ce qu'il ressent. Je passe ma main dans mes cheveux et je finis par croiser les bras quelques instants, le temps de remettre un peu d'ordre dans ce qu'il vient de me dire. Il a entièrement raison, je le sais. C'est rare que j'avoue à quelqu'un qu'il a raison mais là, c'est tellement vrai. « Tu as raison et je peux pas te blâmer pour ce que tu fais, je travaille comme barmaid dans une maison close, c'est pas le boulot qu'une bonne mère de famille doit avoir et j'en suis pleinement consciente... » Oh que oui, je le sais parfaitement. Je pensais que j'allais devenir une mère qui a un bon boulot, une mère qui a fait des études et non qui compte sur les pourboires pour se payer des fringues ou même payer sa part du loyer. Je finis par m'avancer dans le divan et m'installer près de Naël. « La question c’est… Tu voudrais fonder une famille avec moi ? » Cette question me refroidit clairement. La réponse est évidente je pense. Et je me dis que lui avouer ce que j'ai sur le coeur n'est peut-être pas la bonne solution. Peut-être que lui dire que j'y pense quotidiennement va le faire fuir. Je ne sais pas. Mais je peux pas tomber plus bas. Moi oui, j'ai toujours rêvé de fonder une famille, de voir mes enfants grandir et de leur apporter ce que moi je n'ai pas eu. « Oui et j'y ai même très souvent pensé. Je nous imagine dans une grande maison, une maison avec une allée où les enfants pourraient jouer. Un grand jardin. Le genre de maison où tu trouve une grande photo de famille tellement parfaite qu'elle en ferait rager plus d'un. Et ensuite je me dis que c'est peut-être pas possible. J'ai jamais eu une vie de famille qu'on pourrait envier, au contraire. Je n'ai jamais été proche de mes parents et je vais même aller jusqu'à te dire que je les déteste. Je ne m'entends même pas avec ma sœur. T'es ma seule famille en fait... » Jusqu'à il y'a peu de temps, je ne me posais pas autant de questions. Je ne pensais pas rencontrer quelqu'un dont je pourrais tomber aussi amoureuse. Je ne pensais même pas que de tels sentiments pouvaient exister. Et puis, ça m'est tombé dessus. C'est dingue, carrément dingue. En peu de temps, je me suis rendue compte que la seule personne avec qui je voulais passer le restant de mes jours, c'était lui. Je ne trouvais pas cela possible. Et puis, ça a changé. Tout à changé. Maintenant je ne m'imagine même pas vivre dans un autre appartement, avec quelqu'un d'autre. Et si c'était à refaire, oui, je le referais sans hésiter. J'ai tellement peur qu'il se lève et qu'il parte. Ou qu'il me demande de partir. J'ai peur qu'il prenne la fuite parce que tout cela va trop vite. Et oui, ça va peut-être trop vite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 39
date d'inscription : 27/04/2014
avatar : liam payne
crédits : (avatar) moonstone
pseudo : pain d'ep

métier : dealer et escort boy, pense à se reconvertir.
statut : en couple avec la belle Irina

MessageSujet: Re: I'm sorry... » Irina   Mer 28 Mai - 21:35

« C'est sûr mais je ne peux pas m'empêcher de penser qu'un jour on aura la dispute de trop et que ce sera peut-être la fin de tout... » Un instant, je lève les yeux vers Irina. Elle a sans aucun doute raison. Mais n’est-ce pas le sort de tous les couples après tout ? Je ne sais pas… Pourtant je suis sûr d’une chose, il faudra vraiment que la dispute soit énorme pour que je décide de la quitter de mon propre chef. Je n’oublierais jamais le jour où j’ai récupérer Irina dans la rue. Malgré les larmes et la tristesse apparente sur son visage, je l’avais tout de suite trouvé adorable. Il n’aura fallu que quelques semaines pour que je tombe sous son charme au final. Je n’ai jamais eu autant de sentiments pour une femme. Je crois que c’est quelque chose qui ne s’explique pas. Tout simplement. « J’ai pas l’intention de te quitter Irina. Dispute ou pas. »Et puis ce n’est pas à l’ordre du jour. Elle a plus ou moins accepté ma profession alors que je pensais que c’était ce qui allait nous séparer. Alors oui je n’ai vraiment pas envie de penser à une séparation bien au contraire. J’ai bien l’intention de faire durer notre couple encore longtemps.

Mais peut être que la grosse dispute va finir par arriver plus rapidement que prévu. Malheureusement. Irina m’annonce qu’elle est enceinte et j’ai l’impression que mon petit monde tranquille et serein est en train de s’effondrer. Je n’avais vraiment pas prévu cela. On a toujours fait attention pourtant. Je ne comprends pas. Tout d’un coup, un millions de question se pose à moi. Je ne me sens pas prêt à devenir père et puis… Nous n’avons pas non plus la meilleure des situations pour accueillir un bébé dans notre vie. Elle travaille de nuit et je fréquente des gens bien trop dangereux pour un petit être. Je me sens presque faible d’un seul coup. Je balance un peu tout ce que j’ai en tête sans vraiment réfléchir. Je ne veux surtout pas blesser Irina, mais je pense qu’il faut que nous parlions de tout cela de manière franche. « Tu as raison et je ne peux pas te blâmer pour ce que tu fais, je travaille comme barmaid dans une maison close, ce n’est pas le boulot qu'une bonne mère de famille doit avoir et j'en suis pleinement consciente... » D’un seul coup, j’ai peur qu’elle ne comprenne pas où je voulais en venir. Je ne voudrais pas que l’on se dispute pour un mal entendu. « Attends… Je n’ai jamais dit que tu ferais une mauvaise mère. Bien au contraire. » Je pense qu’Irina serait une très bonne maman. Elle à cet instant maternel en elle, après tout, elle est toujours en train de me surveiller, de me materner. Au fond dans cette histoire, c’est uniquement de moi que je suis en train de douter. Je finis par lui poser une question importante et j’ai un peu peur de sa réponse pour être franc.

« Oui et j'y ai même très souvent pensé. Je nous imagine dans une grande maison, une maison avec une allée où les enfants pourraient jouer. Un grand jardin. Le genre de maison où tu trouve une grande photo de famille tellement parfaite qu'elle en ferait rager plus d'un. Et ensuite je me dis que c'est peut-être pas possible. Je n’ai jamais eu une vie de famille qu'on pourrait envier, au contraire. Je n'ai jamais été proche de mes parents et je vais même aller jusqu'à te dire que je les déteste. Je ne m'entends même pas avec ma sœur. T'es ma seule famille en fait... » Oh. Je crois que je ne m’attendais pas à une réponse aussi… Développer. Elle as déjà tout prévu, c’est hallucinant. Bon. J’ai déjà pensé à notre avenir c’est vrai, mais jamais aussi loin. Jamais de manière aussi précise. J’essaye de me concentrer sur la fin de sa réponse. Pour ne pas paniquer. « Tu sais que niveau famille j’en suis au même point que toi. Il ne me reste que toi aussi… » Parce qu’il est clair que je ne suis pas prêt d’adresser de nouveau la parole à mes parents et ne parlons surtout pas de mes frères. De toute façon, je suis désormais à des kilomètres de chez moi alors ce n’est pas prêt d’arriver. Mais bon… « Mais… Je n’ai jamais imaginé la maison, le jardin et tout ça… » Ou tout du moins pour le moment. « Je savais que je l’envisagerais un jour, peut être… » A cet instant précis, je pense à l’autre partie de ma vie qu’Irina ne connaît toujours pas. Je me fais payer par de belles femmes pour passer du temps avec elles et sans cela on n’aurait pas les moyens de vivre comme on le fait actuellement. Je ne me vois pas abandonner ce style de vie et je ne me vois pas être papa et escort boy. J’ai l’impression que notre avenir est flou désormais. « Je… Je sais plus quoi te dire Irina. Je me sens perdu… » En espérant qu’elle ne va pas mal le prendre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 266
date d'inscription : 25/04/2014
avatar : lucy hale
crédits : myself
pseudo : lottie ou bonnie, ayw (a)

métier : barmaid
statut : en couple

MessageSujet: Re: I'm sorry... » Irina   Jeu 29 Mai - 13:06

Citation :
désolé, j'me suis laissée emporter... c'est mauvais d'écrire avec de la musique en fond   j'espère que ça te conviendra, sinon mpotte moi et je règlerais ce qui ne va pas   

J'ai beau essayer d'être forte, y'a des moments où je craque. Et là, ça en fait partie. Je suis aussi perdue que l'est Naël et sincèrement je ne sais pas trop comment me sortir de cette situation et je suis sûre que notre problème ne se réglera pas sur une seule soirée. Je fais un effort surhumain pour ne pas lui faire de réflexion après ce que j'ai appris ce soir parce que je sais que cela ne servirait strictement à rien. Naël est borné, autant que je peux l'être. Et apparemment c'est son gagne-pain alors même si je venais à criser, pourquoi il changerait d'avis ? Il n'y a aucune raison. C'est ça qui nous permet de vivre aussi bien. Parce que ce n'est pas mon salaire de barmaid (hors pourboires) qui va nous permettre de poser les fesses sur un canapé en cuir à 94 373 RUB (environ 2000€). Utopie, quand tu nous tiens. Tant pis, même si il ne veut pas l'entendre je chercherais une solution parce qu'il est clair que je ne resterais pas barmaid toute ma vie. Et si on venait à ne pas garder le bébé, la première chose que je ferais serait probablement de m'inscrire à l'université. Je pense avoir pu mettre assez de tune de côté pour me le permettre non ? « J’ai pas l’intention de te quitter Irina. Dispute ou pas. » Je suis tellement encrée dans mes pensées que j'ai du mal à refixer mon attention sur ce qu'il vient de me dire et c'est, quelque part, assez ennuyant vu qu'il se tue depuis un moment à me dire qu'il ne compte pas me quitter. C'est tout moi ça, je réfléchis trop, je pense trop. Alors j'en oublie parfois le plus important. Je sais qu'il ne me quittera pas comme je sais que moi je ne le ferais pas mais pour une fois j'aimerais qu'il essaie de me comprendre. Parce que j'ai pas l'impression que ce soit vraiment le cas. Mais plutôt que d'envenimer la situation, je décide de rester calme. « Je sais, excuse moi de douter... » Encore une fois c'est le même discours, je fais mes caprices et lui tente de me remonter à la surface pour me faire comprendre qu'il est hors de question qu'on fasse notre chemin chacun de notre côté. Mais pourquoi est-ce que je doute à ce point ? Pourquoi suis-je aussi chiante ? D'autant plus que le sujet bébé ne semble pas le rendre heureux ni confiant et je sais parfaitement comment ça va se terminer. En bain de sang. Non plus sérieusement ça va encore terminer en dispute. « Attends… Je n’ai jamais dit que tu ferais une mauvaise mère. Bien au contraire. » Que tout soit clair, je n'ai jamais dit qu'il avait dit ça, attention. Ce que je voulais dire par mon discours c'est que malgré tout, il a un peu raison. On aurait du mal à assumer un bébé à cause de nos boulots et je pense que c'est ça le plus difficile à accepter dans notre situation actuelle. Parce que je ne sais pas si on en aura un jour terminé avec ça. Contrairement à lui je n'aurais jamais osé lui demander de laisser tomber un boulot qui lui permet de vivre. Mais on va toujours avoir un truc à se reprocher Naël et moi, que ce soit le boulot ou une chose totalement insignifiante. « C'est pas ce que j'ai dis, j'essaie de voir la réalité en face c'est tout... » Et voilà. Je reste calme, je me dis que ça sert à rien de hurler. On sait tous les deux que je serais une fantastique maman. Il suffit de regarder les jours où je materne mon petit-ami. Encore il y'a dix minutes en lui disant que j'avais peur qu'il lui arrive quelque chose. C'est inné chez moi, j'ai besoin de faire attention aux autres, surtout quand je me sens abandonnée ou délaissée et il le sait parfaitement bien. Je ne peux pas lui reprocher ça non plus. Il travaille, moi aussi, parfois on a des ''horaires'' différents (surtout le mien qui change d'un jour à l'autre) et il nous arrive de nous croiser à peine trente secondes quand il rentre et que moi, je pars. Alors oui, peut-être qu'élever un bébé dans de teles conditions n'est pas une bonne chose.
« Tu sais que niveau famille j’en suis au même point que toi. Il ne me reste que toi aussi… » Je suis littéralement entrain de faire la liste des pours et des contres, comme un enfant. Et je me rend compte de ce qu'il vient de me dire. Au final, on s'est tellement bien trouvé Naël et moi. On est tous les deux seuls, on a tous les deux abandonné la ''vie de famille'' qu'on avait. Et c'est parfaitement à ce moment là que je me rend compte qu'on ne saura pas être une famille avant d'avoir réglé ça. Comment avoir un esprit de famille alors qu'on se sent seul et abandonné de tous ? « Mais… Je n’ai jamais imaginé la maison, le jardin et tout ça… » La maison, le jardin, lé bébé et notre chien, oui j'y pense quotidiennement. Je lui avait jamais avoué évidemment parce que je ne pensais pas que ce serait avant un moment. Et il a fallu que ça tombe, ainsi, sans prévenir (logique, bonjour). « Je savais que je l’envisagerais un jour, peut être… » Et allez, déchaîne toi Naël, je t'en prie c'est pas grave, il s'agit juste de bousiller mes rêves là mais bon, tant pis, c'est pas grave. A chaque phrase j'ai l'impression d'avoir l'air de plus en plus comme avec mes rêves de famille et de maison. Mais quelle idiote, pourquoi est-ce que j'ai été lui dire ça ? Je savais parfaitement qu'il ne comprendrait pas. C'est un truc de meuf uniquement. Y'a que les filles qui peuvent comprendre pourquoi on est aussi attachée à l'idée du bébé, du mariage et de la maison. Je vais encore trop vite, voilà que je pense mariage là, alors qu'on ne sait même pas ce qu'on va faire de ce bébé. Je dois vivre au jour le jour mais ça dépasse clairement mes compétences. « Je… Je sais plus quoi te dire Irina. Je me sens perdu… » Et c'est là que je comprend que je suis allée trop loin. Je lui ai fait peur, je vais le faire partir en parlant comme ça mais l'ennui c'est que j'ai pas envie de me réveiller un matin et de me dire qu'on a jamais avancé et que j'ai perdu mon temps. En attendant je dois m'écraser et tant pis, c'est peut-être pour notre bien. « Mes mots ont dépassés mes pensées, j'ai pas eu l'intention de te faire peur. » Je pose mes pieds sur la table basse et je regarde ailleurs. Je peux pas croiser son regard, je risque encore de me mettre à pleurer. Est-ce que par "je suis perdu" il entendu que je l'ai embrouillé ? C'est sûrement le cas oui. Mais du coup ça me fait encore plus douter et je ne sais clairement pas quoi faire. Je repose mes pieds au sol et je me lève brusquement, je vais vers la fenêtre et je me fige, je croise les bras en soupirant. Et merde, si ça se trouve mon discours vient de tout gâcher. Je sens que ça va encore mal finir. j'ai l'impression d'avoir encore pris un coup. Après quelques secondes de silence je me retourne et là, contre ma volonté, je hausse le ton. J'ai pas franchement envie de me disputer mais j'ai l'impression que je vais devenir folle, c'est trop d'un coup en fait, j'aurais jamais dû lui dire que j'étais enceinte, ça aurait probablement moins compliqué les choses. « Donc quoi ? Clairement... T'y as peut-être jamais pensé ou t'as pas envie que ça arrive ? Je sais pas, dis moi ce que je suis censée faire parce que je suis aussi perdue et effrayée que toi, c'est tout nouveau pour moi. Cette situation me fait peur, je me suis pas levée un matin en me disant "et si je faisais un bébé ?". Non, je me suis pas levée un matin avec ce résonnement là. J'ai l'impression que je vais perdre mon temps en débattant de ça avec toi et qu'on avancera jamais. On est peut-être jeune mais on le sera pas indéfiniment alors faudrait peut-être que tu saches ce qui est le plus important pour toi. » Et voilà, je me suis encore emportée et si il ne pars pas en courant, c'est qu'il m'aime peut-être autant qu'il le dit, oui (j'ai constamment besoin d'être rassurée, où est le problème?). Je suis pleinement consciente que je ne suis pas au courant de tout ce qui se passe dans sa vie mais si c'est pour rester là, les bras croisés à me disputer avec lui, alors ça n'en vaut probablement pas la peine. Pas que j'ai envie de partir ou de le voir s'enfuir, j'en mourrais, littéralement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 39
date d'inscription : 27/04/2014
avatar : liam payne
crédits : (avatar) moonstone
pseudo : pain d'ep

métier : dealer et escort boy, pense à se reconvertir.
statut : en couple avec la belle Irina

MessageSujet: Re: I'm sorry... » Irina   Ven 6 Juin - 21:12

Je fais vraiment de mon mieux pour tenter de rassurer Irina. Elle à l’air totalement dépasser par la situation. Je sais qu’elle panique facilement en ce qui concerne notre relation. Je l’ai toujours plus ou moins remarqué même si elle ne me l’as jamais dit concrètement. On ne se dispute jamais là-dessus habituellement. Juste parfois, de temps en temps, je remarque qu’elle commence à poser un peu trop de questions, ou qu’elle regarde un peu trop les filles avec lesquelles je parle, alors je la rassure. Dans ce genre de moment, je fais un peu plus attention à ce que je fais avec elle. Je suis toujours attentionner envers Irina, mais c’est vrai que parfois je ne fais pas spécialement attention. Parfois je l’embrasse par automatisme avant de quitter la maison. Mais c’est le lot de tous les couples après tout non ? Sauf qu’aujourd’hui, je me rends compte qu’il faut vraiment que je fasse attention à Irina. Depuis le jour où je l’ai récupérer dans la rue, je passe mon temps à la protéger et je ne suis pas prêt de m’arrêter. Je fais comprendre à la brunette que je ne suis pas prêt de la quitter même si on se dispute. « Je sais, excuse moi de douter... » Je me rapproche d’elle et dépose un baiser sur son front pour tenter de la rassurer encore un peu.

Mais très rapidement on aborde le sujet qui fâche. Enfin… Le sujet qui je sens va très vite devenir tabou entre nous : sa grossesse. Je n’étais pas du tout prêt à affronter cela et Irina non plus. Tellement que l’on s’emmêle un peu dans ce qu’on dit et j’essaye de lui faire comprendre que je ne voulais pas dire du mal d’elle. Je m’emmêle les pinceaux et je bégaye un peu. « Ce n’est pas ce que j'ai dis, j'essaie de voir la réalité en face c'est tout... » Je crois que la réalité fait mal. On n’est pas du tout préparer pour devenir parent. D’une parce que nous sommes jeunes, mais surtout parce que nous n’avons pas une situation très stable. Certes, notre couple est solide. Je ne remettrais jamais cela en question, mais un bébé là au milieu. Je ne sais pas. J’ai vraiment du mal à l’imaginer. D’ailleurs, j’essaye de le faire comprendre à Irina. Mais une nouvelle fois, je me perds dans ce que je suis en train de raconter. Je n’arrête pas de répéter la même chose. Que je suis perdu, que je ne sais plus quoi faire. J’ai comme l’impression qu’il faudrait mieux que je me taise. D’ailleurs j’aperçois tout de suite le regard d’Irina qui s’assombri peu à peu. « Mes mots ont dépassés mes pensées, j'ai pas eu l'intention de te faire peur. » Je hausse un peu les épaules et finis par m’éloigner totalement d’elle. Elle s’éloigne elle aussi et va se poster près de la fenêtre. Habituellement j’aime la voir faire cela. Elle se perd dans ses pensées et j’ai soudainement envie de me lever pour la prendre dans mes bras. Je veux juste la protéger, lui dire que tout ira bien, mais je reste bloquer sur mon canapé.

« Donc quoi ? Clairement... T'y as peut-être jamais pensé ou t'as pas envie que ça arrive ? Je ne sais pas, dis moi ce que je suis censée faire parce que je suis aussi perdue et effrayée que toi, c'est tout nouveau pour moi. Cette situation me fait peur, je me suis pas levée un matin en me disant "et si je faisais un bébé ?". Non, je ne me suis pas levée un matin avec ce résonnement là. J'ai l'impression que je vais perdre mon temps en débattant de ça avec toi et qu'on avancera jamais. On est peut-être jeune mais on le sera pas indéfiniment alors faudrait peut-être que tu saches ce qui est le plus important pour toi. » Sa ton presque froid me laisse sans voix. Jamais elle ne m’avait parlé comme cela avant. J’ai l’impression que l’on va avoir la dispute de notre vie et cela me fait déjà mal au cœur. J’ai presque envie de faire demi tour. Pourtant je prends sur moi. Mais je ne sais plus du tout quoi dire. Sans le vouloir, je sens la colère monter en moi. C’est comme si elle me reprochait tout alors que je n’ai encore absolument rien dit pour le moment. Tout cela m’énerve. D’un seul coup, je voudrais juste que l’on me laisse tranquille. « Mais j’en sais rien Irina. Je ne sais pas d’accord. Le plus important pour moi... » Je rigole presque nerveusement. « Je suis un dealeur, tu comprends ça ? Je me fais pas frapper pour le plaisir tu sais. J’ai des dettes et des gens qui cherchent à me faire la peau. Je peux te protéger toi, mais je ne sais pas si je pourrais protéger un bébé. Alors non je ne sais pas ! » Sans le vouloir, j’ai finis par hausser le ton. Je m’énerve pour un rien je le sais, mais c’est plus fort que moi. « Je veux pas prendre une décision sur un coup de tête Irina. » dis-je tout en me calmant quelque peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 266
date d'inscription : 25/04/2014
avatar : lucy hale
crédits : myself
pseudo : lottie ou bonnie, ayw (a)

métier : barmaid
statut : en couple

MessageSujet: Re: I'm sorry... » Irina   Mer 11 Juin - 22:31

Tout ce que j'entends depuis qu'il est rentré c'est « j'en sais rien » et ça commence clairement à me pomper. J'aime Naël mais là j'ai l'impression que ce bébé c'est pas son problème et pourtant c'est aussi important que le reste. C'est comme si y'avait moi et le bébé, un fossé et ses problèmes à lui. Je n'ose pas m'en mêler parce qu'il dit vouloir me protéger mais je voudrais bien ne pas être seule dans cette histoire. J'ai l'impression de m'adresser à un mur. Je voudrais être tranquille, respirer un bon coup et me dire que tout vas bien mais à l'évidence, non ça ne va pas bien et même pas du tout. Comme si tout était important sauf ça. Alors qu'à mes yeux c'est vraiment le plus important. Je m'énerve contre lui et je sens que ça va encore dégénérer. Et je pense que si je quitte l'appartement, je suis pas prête à y remettre un pied. Je suis à bout. J'ai du mal à dormir, je suis fatiguée, je suis mal alors j'essaie de prendre sur moi malheureusement, là, j'arrive pas. Peut-être si j'avais eu une bonne nuit de sommeil. « Mais j’en sais rien Irina. Je ne sais pas d’accord. Le plus important pour moi... » Quoi ? Le plus important c'est quoi ? Définitivement pas moi d'après ce que je semble comprendre. Mais qu'il le dise au moins. Je sais qu'il a ses problèmes mais c'est pas ma faute si il ne m'en parle pas et qu'il se ferme comme une huître. J'ai pas encore trouvé le moyen, après deux ans de vie commune, de le faire se confier et ça me rend dingue. « Je suis un dealer, tu comprends ça ? Je me fais pas frapper pour le plaisir tu sais. J’ai des dettes et des gens qui cherchent à me faire la peau. Je peux te protéger toi, mais je ne sais pas si je pourrais protéger un bébé. Alors non je ne sais pas ! » Oui, j'ai compris tout ça. J'ai compris qu'il était dealer et qu'il se prenait des coups. J'ai compris qu'il fait ça pour moi. Je ne suis pas conne. Mais il devrait savoir ce qu'il veut, je pensais qu'après autant de temps il y avait réfléchis mais je vois bien que non. Il est borné. Et il me prend méchamment la tête. « Je veux pas prendre une décision sur un coup de tête Irina. » Sur un coup de tête, d'accord. Enfin, faut pas me dire que si le long terme il n'a pas eu le temps de penser ce qu'il pourrait se passer. Au final, de mes trois choix, il n'en reste qu'un.
Pas question d'aller avorter ça non merci. Le garder ? Avec nous qui nous disputons quotidiennement, ce sera un enfer pour cet enfant. Alors, peut-être que la meilleure solution c'est de le faire adopter. D'offrir ce don du ciel à une famille qui n'a pas d'enfant et n'a pas les moyens d'en avoir. Peut-être qu'elle est là, la solution. J'y avais réfléchis et je voulais pas l'avouer mais après cette énième prise de tête, il n'y a peut-être rien de mieux à faire. Je me calme également et je tente de m'adresser à lui d'une manière calme et posée, tout en continuant de faire les 100 pas dans le salon. « Bien, tu sais quoi ? La décision ne sera pas difficile vu que je vais la prendre toute seule. J'comprends clairement que ce bébé ne soit pas ton problème actuellement alors tu veux que je te dise ? Ce bébé je vais le faire adopter. Ça te va comme ça ? Ça fera un problème en moins pour toi à porter. » Il va mal le prendre, je le sais parfaitement. Il va probablement me dire qu'encore une fois je ramène tout à moi et que le plus important c'est moi et mes problèmes mais je m'en fous. Je m'en fous. Je pense qu'il m'a énervé suffisamment longtemps pour que j'ai réellement envie de m'en aller. Sauf qu'en allant jusqu'aù porte manteau pour récupérer la veste, les nerfs remontent. Je choppe ma veste et je me retourne. « Je vais régler le problème. Garde ta routine et continues de te faire démolir la gueule si tu en as envie, je te dirais plus rien, c'est ton problème. De toute façon, faire adopter ce bébé sera probablement la meilleure chose à faire, après tout, ça ne sert à rien d'essayer d'élever un enfant si ses parents ne s'entendent pas. » J'ai probablement dépassé les bornes et aussi vite je regrette ce que je lui ai dit. Je l'aime et je veux pas qu'il se fasse démolir la tronche encore une fois mais j'ai l'impression que même si je lui disais il continuerais à en faire à sa mode. Alors l'unique question à ce moment précis c'est partir ou ne pas partir ? Je veux dire, une dispute c'est un fait mais ça va peser sur notre moral à chacun. Et puis, là, comme c'est, on est pas prêt d'arrêter de se disputer alors je préfère clairement partir et passer la nuit dans un motel pourri que de supporter cette énième prise de tête et faire chambre à part. Je reconnais que j'y suis encore allée un peu fort mais je suis énervée et malheureusement, il paie pour les autres.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 39
date d'inscription : 27/04/2014
avatar : liam payne
crédits : (avatar) moonstone
pseudo : pain d'ep

métier : dealer et escort boy, pense à se reconvertir.
statut : en couple avec la belle Irina

MessageSujet: Re: I'm sorry... » Irina   Mar 17 Juin - 19:52

J’ai l’impression que cette conversation ne va nous mener nulle part. Nous sommes tous les deux sur les nerfs, rien ne va. On s’énerve et le ton monte. Je n’étais pas prêt à entendre une telle nouvelle. Oui je l’avoue complètement, je ne me sens pas du tout prêt à devenir père. Parce que je n’ai que vingt-deux ans, parce que je n’y connais rien à la famille et surtout parce que je ne fais rien de noble dans ma vie. Mais il semblerait qu’Irina n’entende pas ce que je suis en train de lui dire. Oui je ne me sens pas prêt, mais je ne lui demande pas non plus d’avorter. Je voudrais juste qu’elle me laisse un peu de temps. Un peu de temps pour comprendre ce qui nous arrive, un peu de temps pour prendre une décision. Je n’ai pas envie de faire cela à la légère. Je veux en discuter, mais à tête reposer, je veux pouvoir y réfléchir. Parce qu’au plus profond de moi, je sais que je veux avoir ce bébé ou tout du moins je ne sais que je ne pourrais pas abandonner Irina et mon enfant. Parce que j’ai des valeurs et que je ne suis pas comme mon connard de père. Mais d’un seul coup, tout va beaucoup trop vite. J’ai l’impression qu’Irina s’impatiente, qu’elle ne veut même pas me laisser le temps de digérer la nouvelle et tout cela. Elle n’arrête pas de tourner en rond dans le salon et elle commence à me rendre dingue comme cela. « Bien, tu sais quoi ? La décision ne sera pas difficile vu que je vais la prendre toute seule. J'comprends clairement que ce bébé ne soit pas ton problème actuellement alors tu veux que je te dise ? Ce bébé je vais le faire adopter. Ça te va comme ça ? Ça fera un problème en moins pour toi à porter. » Cette nouvelle me fait l’effet d’une claque. Elle n’attend même pas d’avoir mon avis sur la question, elle à déjà pris sa décision. Alors quoi ? Je dois la voir vivre sa grossesse, accoucher et abandonner notre bébé ? J’ai l’impression qu’en me disant cela elle cherche juste à ce que l’on se sépare tous les deux. C’est comme si je n’avais plus le choix. Je dois juste dire oui et me taire. C’est assez dur à vivre tout de même… Je voudrais dire quelque chose, mais elle ne me laisse pas le temps. Elle part vers la porte d’entrée et je la vois prendre sa veste. Comme un point de non retour. « Je vais régler le problème. Garde ta routine et continues de te faire démolir la gueule si tu en as envie, je te dirais plus rien, c'est ton problème. De toute façon, faire adopter ce bébé sera probablement la meilleure chose à faire, après tout, ça ne sert à rien d'essayer d'élever un enfant si ses parents ne s'entendent pas. »

Tout m’énerve. J’en ai marre. Je sais pourquoi on se prend la tête. Je sais que tout est de ma faute. J ne veux pas la voir partir, parce que je ne sais pas où elle pourrait aller et je ne veux pas la revoir dans la rue. C’est là que je l’ai trouvé, à l’époque elle était malheureuse et fragile, depuis je l’ai vu changer, mais j’ai l’impression que tout est de ma faute. Parce que je ne suis pas totalement franc avec elle. C’est sans aucun doute ça le problème. Je sais pas. Je lui ai déjà dit que j’étais dealer, mais il lui reste une autre partie à dire. Est-ce que je dois tout balancer d’un coup ? Je ne sais plus, mais je sais que si je reste silencieux elle va partir et je ne serais pas sûr de la revoir. « Tu veux tout savoir Irina ? D’accord… » Je vois que je viens de retenir son attention. Elle est toujours prête de la porte, mais je sais qu’elle va m’écouter. Malheureusement… « Si on vit ici sans payer de loyer, si je peux toujours t’offrir ce dont tu as envie, c’est pas uniquement grâce à la drogue. » J’ai tellement honte de moi que je n’ose même pas continuer à parler. J’ai peur de son jugement. Peur de ne plus jamais la revoir. Pourtant il faut que je finisse. « Je suis escort… Des femmes paye pour que je leurs tienne compagnie… Je ne couche jamais avec elle, je te le promets, c’est juste de vieille femme riche qui aime avoir un petit jeune à leurs côté pour leurs soirées de gala et autre… » J’ai tellement honte de moi… « J’avais commencé avant de te rencontrer et… C’est tellement de l’argent facile à se faire. Je suis pas fier de ça Irina… Et c’est pour ça que je voulais juste prendre le temps de réfléchir à cette histoire de grossesse. Parce qu’il va clairement falloir que je change tout mon mode de vie. Je t’ai pas dit que je ne voulais pas de cette famille avec toi, je t’ai juste demandé du temps. C’est tout. » Mon ton est un peu dur, mais je fais de mon mieux pour rester le plus calme possible. J’attrape mon sac à dos et fourre toutes mes affaires dedans. Je ne veux pas qu’elle se retrouve à la rue. C’est tout. « Reste ici, je vais partir si tu veux pas me voir, mais reste ici. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 266
date d'inscription : 25/04/2014
avatar : lucy hale
crédits : myself
pseudo : lottie ou bonnie, ayw (a)

métier : barmaid
statut : en couple

MessageSujet: Re: I'm sorry... » Irina   Mar 24 Juin - 21:09

Il faut que je redescende sur terre. M'énerver sur mon petit-ami n'arrangera pas la situation et surtout, ça coupera tout dialogue. Je me suis tellement énervée sur lui que j'en oublie le pourquoi. Je suis clairement sur le point de partir parce que j'ai besoin d'aide, j'ai besoin de me changer les idées et rester à l'appartement n'est probablement pas une bonne solution. Surtout si on se dispute. Je veux plus me disputer avec lui, j'en ai marre, j'ai mon quota de prises de bec. Je suis près de la porte, j'attrape la poignée, moi j'suis décidée à partir. Je sais pas si je reviendrais ce soir, si je pars je sais pas quand je reviendrais. Je trouverais bien un endroit où dormir, de toute façon ce ne sera absolument pas la première fois. J'ai tellement fugué de chez moi que j'ai finis par savoir quoi faire, je connais les bons plans et puis, la dernière fois, je m'en était plutôt bien sortie les premiers jours. Jusqu'à ce que je me retrouve sans un rond. La suite, vous la connaissez. Naël est arrivé et c'est grâce à lui que j'ai une vie magnifique. Mais est-ce que c'est suffisant ? Je ne sais même pas si je peux avoir confiance en lui. Je ne sais rien du tout. Tout à changé sur peu de temps. Parfois, je reconnais pas celui que j'aime de la même manière que lui ne me reconnais pas des jours comme ceux-ci. Ça ne me ressemble pas de me prendre la tête, de criser et de prendre des décisions seules. Non, moi je suis pas cette Irina là. Je suis la petite Nina qui déprime et qui se sent constamment mal, la petite Nina fragile, qui est constamment abandonnée. J'ai énormément changé, grâce à lui notamment. Mais j'ai fini par devenir la personne que je ne voulais pas être. Je voulais pas ce caractère de merde, je ne voulais pas être la fille qui se met dans un mauvais état à cause d'une dispute ou d'une mauvaise nouvelle. Non, j'aime pas être cette Irina là. Et pourtant, je le suis et j'ai l'impression que c'est grâce à cette force que je suis toujours là. Avec lui. « Tu veux tout savoir Irina ? D’accord… » Et là, je relève la tête vers lui, il a tout mon attention même si au fond je pense que je ne veux pas savoir ce qu'il a à me dire. J'ai peur, je redoute. Je tiens la poignée de la porte mais je finis par lâcher prise. Je ne sais pas si il a une assez bonne raison. Malgré tout, je continue à avoir peur. La peur n'évite pas le danger, je le sais parfaitement. J'ai peur de ce qui va me tomber dessus. Définitivement, c'est la pire soirée de toute ma vie. « Si on vit ici sans payer de loyer, si je peux toujours t’offrir ce dont tu as envie, c’est pas uniquement grâce à la drogue. » J'avais raison de pas vouloir savoir et encore, il ne m'a pas tout dit. Déjà, la drogue c'était le scoop du siècle mais là, je me demande ce qui va me tomber sur la gueule ce soir. J'ai peur. Naël commence à me faire peur. Même si je sais qu'il n'y a pas une once de méchanceté en lui. « Je suis escort… Des femmes paye pour que je leurs tienne compagnie… Je ne couche jamais avec elle, je te le promets, c’est juste de vieille femme riche qui aime avoir un petit jeune à leurs côté pour leurs soirées de gala et autre… »
J'ai bien entendu ce que j'ai entendu ? Ou est-ce que c'est une blague ou une pure invention ? D'un coup je me demande si j'ai bien fait de lâcher la poignée de la porte. « J’avais commencé avant de te rencontrer et… C’est tellement de l’argent facile à se faire. Je suis pas fier de ça Irina… Et c’est pour ça que je voulais juste prendre le temps de réfléchir à cette histoire de grossesse. Parce qu’il va clairement falloir que je change tout mon mode de vie. Je t’ai pas dit que je ne voulais pas de cette famille avec toi, je t’ai juste demandé du temps. C’est tout. » D'accord, je pense que j'en ai assez entendu là. Comment est-ce que je suis supposée réagir ? Je peux pas lui en vouloir, il semble faire ça depuis longtemps. Mais en même temps, j'ai tellement peur de l'avenir. Je le vois attraper son sac et y fourrer ses affaires dedans. Retournement de situation, c'est lui qui à décidé de partir maintenant ? « Reste ici, je vais partir si tu veux pas me voir, mais reste ici. » Effectivement. Non, je peux pas le laisser partir. Alors qu'il s'avance vers la porte, je me dis que je peux pas, je peux pas le laisser partir, ce serait comme l'abandonner. Même si je sais que les prochains jours vont être pénible, qu'on va encore probablement se prendre la tête. Mais je peux pas. Et tant pis si je suis déçue de ce qu'il fait, tant pis si je ne m'en remettrais jamais, je crois que le laisser partir ça pourrait être la pire décision de toute ma vie. Je ne lui laisse pas le temps de s'approcher de la porte que je lui ai déjà sauté dans les bras. Là, je suis la petite Nina faible et amoureuse du tout début, la petite Nina que j'aime être. Celle qui pardonne tout à l'homme de sa vie et qui serait prête à n'importe quoi pour le garder à ses côtés. Tant pis si je finis par regretter de lui pardonner ses erreurs. « T'en vas pas... Je suis désolé, j'aurais pas dû m'énerver. T'as le temps qu'il faut pour prendre ta décision, ça vient pas à un jour mais t'en vas pas. » Je me blottis dans ses bras et j'en laisse tomber ma veste. Rien à foutre. « Je t'en veux pas du tout et je te juge pas... Même si j'ai peur. Mais je t'en veux pas. » J'ai constamment peur que ce soit la dernière fois qu'on se voit que j'en deviens désagréable. Je sanglote entre deux phrases, si je pouvais, je m’assommerais. « Mais j'ai peur qu'un jour il t'arrive quelque chose et que tu sois plus là. » J'en suis tellement retournée, que j'en ai mal au cœur. J'aime pas me laisser aller ainsi, je sanglote comme un enfant, c'est horrible de se sentir mal et d'avoir du mal à respirer et à se concentrer. Je lui ai même pas laissé le temps de réagir et il va encore se demander pourquoi je réagis pas comme quelqu'un de normal. M'excuser ne marchera pas à tout les coups mais j'ai tellement peur qu'il m'en veuille.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 39
date d'inscription : 27/04/2014
avatar : liam payne
crédits : (avatar) moonstone
pseudo : pain d'ep

métier : dealer et escort boy, pense à se reconvertir.
statut : en couple avec la belle Irina

MessageSujet: Re: I'm sorry... » Irina   Lun 21 Juil - 21:56

Bordel. Jamais je n’aurais cru que la soirée allait se dérouler de cette manière. Je savais parfaitement qu’une dispute allait éclater entre nous. En même temps je me ramène à la maison avec un énorme bleu et mon tee-shirt pratiquement complètement déchiré. Je savais que cela n’allait pas plaire à Irina. Mais je ne pensais pas que ça allait dégénérer de cette manière. Je ne m’étais pas vraiment préparer à dévoiler tout mes secrets à la jeune femme qui partage ma vie. Elle méritait de l’apprendre un jour ou l’autre, mais je n’avais pas imaginé cela de cette manière. Je pensais que je lui dirais la vérité après avoir trouver une solution de rechange. Plus le temps passe, plus notre relation tiens sur la durée, plus je me dis qu’il serait tant que je range mon passé de délinquant au placard. Passé un temps je trouvais ça cool. Vraiment je pensais que j’allais faire cela pour le reste de ma vie, parce que c’est facile. J’ai juste à me fournir et je refourgue le reste. Il n’y a rien de plus simplement. Il est vrai que je suis loin d’être fier de la partie escort, mais bon… Ca me paraît d’offrir un toit à ma chérie et de pouvoir lui payer tout ce qui lui fait rêver. Elle n’a pas eu la vie facile étant plus jeune et je lui dois bien cela. Sans le vouloir Irina a totalement chamboulé ma vie, au point où je commence à tout remettre en question. Mais d’un seul coup, j’ai peur que tout s’effondre. Elle allait partir. Il fallait que je trouve un moyen de la retenir encore quelques minutes. Alors je lui ai tout dit et maintenant j’ai peur qu’elle me déteste. Je suis sûr qu’elle va avoir honte d’être avec moi. Comment pourrais-je lui en vouloir ? Je lui ai menti pendant tout ce temps. J’ai littéralement une double vie…

Mais d’un seul coup, tout s’accélère et tout change une nouvelle fois. Je voulais juste partir. Je ne veux pas qu’Irina se retrouve à la rue alors qu’elle est enceinte. Je préfère encore être celui qui galère plutôt qu’elle. J’allais franchir la porte lorsque je sens les doigts d’Irina s’enrouler autour de mon poignet. Je me retourne et elle me saute directement dans les bras. Je dois dire que je ne m’attendais pas à cela, mais après avoir lâché un léger soupire, je finis par resserrer son étreinte. Je l’aime tellement. C’est quelque chose de complètement dingue. Je serais incapable d’expliquer ce que je ressens vraiment pour elle, mais c’est quelque chose de très fort. « T'en vas pas... Je suis désolé, je n’aurais pas dû m'énerver. T'as le temps qu'il faut pour prendre ta décision, ça vient pas à un jour mais t'en vas pas. Je ne t’en veux pas du tout et je ne te juge pas... Même si j'ai peur. Mais je ne t’en veux pas. » Je soupire quelque peu et passe mes bras autour de ses hanches pour la serrer le plus contre moi. Je finis par venir enfouir mon visage dans le creux de son cou. Je m’enivre de son parfum et profite de cet instant comme si c’était le dernier. Je me sens tellement bien avec elle. « J’ai honte tu sais… Enfin la drogue c’est… J’y touche pas alors c’est différent. Mais me faire payer parce que j’ai une belle gueule et que je sais me tenir dans les soirées de riches, c’est… J’ai honte de ça. J’ai l’impression que je me prostitue alors que je n’ai jamais couché avec une de ces femmes. J’ai envie d’arrêter tu sais. De plus en plus. Pour toi. Parce que je suis heureux avec toi et que je ne veux pas perdre ça. Mais c’est tellement facile de ce faire de l’argent comme ça… » Je baisse la tête et relâche un peu mon étreinte auprès d’Irina. « J’avais peur que tu es honte de moi… » Dans le fond, c’est toujours le cas. Je ne pense plus vraiment à son histoire de grossesse. Non pour le moment, je pense à nous et uniquement à nous. Parce que ça me briserais le cœur qu’elle avoue avoir honte de moi… « Mais j'ai peur qu'un jour il t'arrive quelque chose et que tu sois plus là. » Je comprends pourquoi elle a peur. C’est normal dans le fond. « Il ne faut pas que tu ai peur Irina… Je vais… Je vais arrêter tout ça. » Je suis déterminé. Je ne sais pas encore comment je vais faire, mais je vais le faire. Il faut que je le fasse. Pour elle. « Je ne sais pas encore comment, mais je vais arrêter. Je te le promets. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I'm sorry... » Irina   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm sorry... » Irina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Prélude saison 2 ♣ Irina, Candice &. Robyn
» Miranda Kerr vs Irina Shayk
» [Morts-vivants] Les équarisseurs d’Irina
» [AVATAR] Actrices - Mannequins
» Douce amertume ~Irina et Lorelei~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
blurred lines :: SAINT-PETERSBOURG :: NEVSKI :: HOME-