AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Un jour j'irais à New-York avec toi... (zelda)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Assistant de Dieu.

messages : 680
date d'inscription : 04/06/2014
avatar : sam claflin
crédits : tumblr
pseudo : thethirdeye

métier : homme d'affaires et actionnaire d'une boîte d'escort girls.
statut : coureur de jupons
les péchés mignons : l'argent, le jeu, la photo et les voyages et surtout, le sarcasme!

MessageSujet: Un jour j'irais à New-York avec toi... (zelda)   Lun 4 Aoû - 17:28

un jour j'irais à new york avec toi

New York ? Non, Paris! La ville romantique par excellence, celle qui compte quasiment plus de touristes que d'habitants. La ville de la tour Eiffel, magnifique édifice et prouesse de l'ingénierie, créée pour l'exposition universelle de 1900, symbole tout puissant de la beauté de cette cité. Il y avait tant à voir ici qu'une vie entière n'aurait suffi. Ah, et puis, la France n'avait pas que Paris pour attirer ; sa culture, sa gastronomie, ses paysages aussi variés qu'époustouflants. Non, vraiment, s'il fallait choisir une destination pour voyager, l'hexagone restait une des meilleures destinations au monde. Surtout pour un Américain comme moi, nous qui raffolions des Frenchies et de leur mode de vie. C'était la première fois que mes pieds foulaient cette terre, et j'en étais ravi.

Si j'étais là aujourd'hui, c'était tant pour tenir ma promesse à une amie que pour mon propre plaisir. Notre vol s'était déroulé sans incident, ce qui était un véritable miracle au vu des évènement récents - j'avoue avoir moi-même un peu pris peur lorsque nous sommes montés, et pourtant je prenais l'avion toute l'année quasiment. Voyage première classe, j'avais tenu à faire les choses bien. J'avais vu dans son regard le sourire de celui qui découvre le luxe de l'avion, bien loin de l'inconfortable cabine de fer que peut-être un charter. Zelda et moi avions bloqué notre week-end pour passer deux-trois jours pour profiter au maximum ; certes, ce n'était pas beaucoup, mais à en juger le bonheur qu'elle avait manifesté à s'échapper de Russie avec moi, cela semblait largement suffisant. D'ailleurs, je crois que c'était la première fois dans ma vie que j'avais ressenti la satisfaction de faire plaisir à quelqu'un ; à la fois parce qu'égoïsme était mon second prénom, mais aussi parce qu'il y avait peu de monde dans mon cercle privé, donc autant moins de monde à qui j'aurais le privilège de faire plaisir.  Gentleman d'un jour, je lui avais payé le voyage, comme pour m'acquitter de cette dette éternelle qui nous liait à jamais. Nous étions donc ici, Paris Charles-de-Gaulle, Aéroport central de France, prêt à nous lancer aux devants d'une aventure qui se raconteraient des années après ; l'épique périple de la reine des baleines et de la baleine blanche, incroyable mais vrai.

« - Bon, Championne, par quoi on commence? A toi de choisir ! »

Qui a dit que Wren Cartwright sait s'organiser ? Le bordel, c'était comme une maison pour moi, aussi faire un plan de voyage n'était pas dans mes habitudes. Pour quoi faire ? la vie est tellement plus belle lorsqu'on improvise ! Tout sourire, prêt à draguer de jolies françaises avec l'aide de Zelda (ou pas). Bref, nous récupérâmes nos valises et sortîmes de l'aéroport, tout pimpant, étonnant groupe que celui d'un américain et d'une russe, tout les deux magnifiques. Ouais, j'me vante, mais c'est nous les beaux gosses. Nous embarquâmes à bord du premier taxi venu, et en avant l'aventure.

_________________

» Would you believe me
If I said I'd never lie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

admin, for better or for worse

messages : 2845
date d'inscription : 10/03/2014
avatar : barbara palvin
crédits : liloo_59
pseudo : pan. (manon)

métier : fille de joie
statut : fiancée mais juste pour faire chier
les péchés mignons : une bonne dose de caféine et de beaux mâles (voire des belles demoiselles)

MessageSujet: Re: Un jour j'irais à New-York avec toi... (zelda)   Mer 6 Aoû - 14:51

un jour j'irais à new york avec toi

Son coeur battait la chamade. Purement et simplement. Sur son visage, un large sourire trônait. On aurait aisément pu la comparer à une enfant de cinq ou six ans, assise devant son sapin un matin de Noël, prête à se jeter sur ses cadeaux afin de découvrir ce que renfermait le paquet. C'était un peu le sentiment qui s'était emparé de Zelda au moment de boucler sa valise. Elle sautait sur place, plus qu'impatiente en attendant celui qui lui permettait de voir enfin autre chose que sa Russie natale. Le trajet jusqu'à l'aéroport se fit dans une agitation presque agaçante. Elle était incapable de rester en place, sagement dans l'auto. C'était plus fort qu'elle. Elle ne faisait vraiment pas ses vingt-deux ans. Quinze auraient semblé plus appropriés à ce moment précis. Néanmoins, prenant sur elle, la jeune femme tenta de se calmer et s'enfonça dans son siège. Dans l'avion, l'excitation repris possession de la russe. Pendant un temps limité cependant. A peine l'avion eut-il décollé qu'elle s'agrippa fermement aux accoudoirs de son siège. Elle osa quelques regards furtifs au travers du hublot avant de finalement se perdre dans les nuages.  Ce ne fut qu'après un petit regard rempli de remerciements et de gratitudes envers Wren qu'elle se laissa paisiblement aller. Ses yeux bleus se fermèrent pour ne s'ouvrir que plusieurs heures plus tard. L'avion ne bougeait plus contrairement aux différents passagers qui commençaient à s'agiter, cherchant tel ou tel bagage à main. Encore dans les vapes, elle les regarda sans réellement comprendre qu'ils venaient d'atterrir. Si ça ne tenait qu'à elle, Zelda aurait probablement piqué une nouvelle petite sieste. « - On est à Paris ? » Question un peu bête, certes et pourtant, elle attendait la confirmation. Ceci n'était pas un rêve. Elle était bien en France avec Wren. Docilement et, surtout pour éviter de se perdre dans l'immense aéroport, elle suivit l'homme par le biais de grandes enjambées.

Tant bien que mal, valise en main, elle reprit son souffle, enfin hors de capharnaüm humain. Relevant la tête, elle observa la ville qui s'étendait devant elle et ne pu s'empêcher d'être émerveillée. Ce n'était pas tous les jours qu'il lui était possible de se rendre à Paris. « - Bon, Championne, par quoi on commence? A toi de choisir ! » Rapidement, la jeune femme fut sortie de ses songes et retomba bien vite sur la terre ferme. Se tournant vers son ami, elle arqua un sourcil, le regardant peu convaincue. Elle fini par laisser tomber sa valise au sol et croisa ses bras sur sa poitrine tout en soupirant. « - Eh, baleine blanche, l'organisateur de ce voyage, c'est toi je te rappelle. » Elle eut un petit sourire en coin en prononçant ces simples paroles. Elle étouffa un bâillement puis, à nouveau d'attaque, elle commença à gigoter dans tous les sens aux cotés d'un Wren un peu plus calme. « - Bon alors, y'a plein de trucs à voir à Paris ! On a l'embarras du choix mais avant : manger ! » Zelda, ventre sur pattes ? Si peu ! Elle lui adressa un sourire faussement innocent et angélique. « - On commence par la tour Eiffel ? » Elle commençait déjà à papillonner, passant d'une idée à une autre.

_________________
and without you I'm losing my mind

©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Assistant de Dieu.

messages : 680
date d'inscription : 04/06/2014
avatar : sam claflin
crédits : tumblr
pseudo : thethirdeye

métier : homme d'affaires et actionnaire d'une boîte d'escort girls.
statut : coureur de jupons
les péchés mignons : l'argent, le jeu, la photo et les voyages et surtout, le sarcasme!

MessageSujet: Re: Un jour j'irais à New-York avec toi... (zelda)   Jeu 7 Aoû - 12:55

un jour j'irais à new york avec toi


Le vol m’avait laissé tremblant, et je me rendais maintenant compte que j’avais été bien plus tendu et nerveux qu’à l’ordinaire ; peut-être la perspective d’un voyage à deux en était-elle la cause implicite. Auparavant, lorsque je découvrais le monde, j’avais toujours été seul, et j’appréhendais quelque peu la façon dont les choses se dérouleraient, priant pour que tout se passe bien et pour que ma précieuse amie en soit encore une le séjour à Paris passé. Certes, il n’y avait pas grand risque, car Zelda et moi nous entendions à merveille ces derniers temps ; mais qui sait, c’était la première fois que nous allions devoir nous supporter plus d’une demi-journée, et la vie m’avait appris qu’on ne peut jamais savoir d’avance. Malgré ces craintes, timides et cachées dans les eaux profondes de mon coeur meurtri par les relations humaines, j’avais le sourire aux lèvres. J’étais à Paris, ville de romance, et, des chanteurs de guinguette s’accompagnant de leur accordéon, que seul moi pouvait entendre, souvenirs de films devant lesquels j’avais rêvé enfant. Bien sûr, comme toujours, l’image qu’on se faisait de Paris était bien loin de la réalité, mais un touriste ne voit que ce qu’il a envie de voir, et la fantaisie de mon esprit me montrait une ville magnifique ; l’architecture, le bourdonnement rassurant de la foule, la mouvance calme de la Seine…

A travers la vitre du taxi, mon regard s’accrochait à tout et à rien à la fois, glissant sur le paysage qui s’offrait à moi et sautant de merveille en merveille. Je n’avais aucune idée de par quoi commencer, et c’est aussi pour cette raison que je laissais le choix à mon amie. « - Eh, baleine blanche, l'organisateur de ce voyage, c'est toi je te rappelle. »« - Et mon organisation veut que ce soit toi qui choisisse ce qui te fait envie » « - Bon alors, y'a plein de trucs à voir à Paris ! On a l'embarras du choix mais avant : manger ! » Je riais de bon coeur, pas le moins du monde étonné de sa réponse, tant Zelda avait la réputation de gloutonne. Je me souvenais soudain de la fois où je lui avais demandé de venir avec moi en France. C’était dans un café à la française en plein St-Pétersbourg, où elle m’avait invité après avoir fait une vilaine chute dans la rivière. J’éttouffais un rire et écoutais son choix : « - On commence par la tour Eiffel ? » J'acquiesçais avec entrain. Visiter Paris sans monter sur la tour Eiffel ? Très peu pour moi! C’était une des étapes incontournables du voyage. « -  Chauffeur ? Est-ce que vous connaîtriez par hasard un restaurant bien pas loin de la tour Eiffel ? » Je lui parlais évidemment en un américain ralenti pour qu’il puisse comprenne, prononçant les deux derniers mots dans un français avec un accent à couper. J’étais pas très doué pour les langues étrangères ; la seule que je maîtrisais parfaitement étant la langue de la drague. Ah, ça, incollable. Observant en coin Zelda, je me demandais d’ailleurs pourquoi je ne m’y étais jamais essayé avec elle. Après tout, elle était bien plus jolie que les trois quarts de mes conquêtes. Mais, allez savoir pourquoi, quelque chose m’avait toujours retenu de tenter l’ardue conquête que devait-être celle de son coeur.

Bref. Coup de chance ou pas, le chauffeur de taxi me répondit du tac au tac, et nous déposa à un endroit proche de la première attraction parisienne (il nous indiqua notre emplacement sur une carte que nous avions emporté avec nous). Je réglais la course, et nous entrâmes avec nos valises dans le restaurant. A table !



_________________

» Would you believe me
If I said I'd never lie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

admin, for better or for worse

messages : 2845
date d'inscription : 10/03/2014
avatar : barbara palvin
crédits : liloo_59
pseudo : pan. (manon)

métier : fille de joie
statut : fiancée mais juste pour faire chier
les péchés mignons : une bonne dose de caféine et de beaux mâles (voire des belles demoiselles)

MessageSujet: Re: Un jour j'irais à New-York avec toi... (zelda)   Jeu 7 Aoû - 18:20

un jour j'irais à new york avec toi

« - Et mon organisation veut que ce soit toi qui choisisse ce qui te fait envie. » La fille de joie ne pu s'empêcher de lever les yeux au ciel. Simple petit geste habituel accompagné de son éternel sourire en coin. Question excuses faciles et à deux balles, Wren semblait vraiment être le meilleur. C'était tout simplement une autre façon de dire qu'il n'avait aucune idée de quoi faire et, outre le fait de l'avoir embarquée à ses cotés, il n'avait rien prévu. Rien du tout. Zelda ne pouvait en aucun cas lui en vouloir. Comment aurait-elle pu ? Elle aurait plus qu'ingrate. Après tout, si elle était là, à Paris, ce n'était pas grâce à elle. Et pour ça, elle en serait infiniment reconnaissante. En d'autres termes, Wren était devenu son héros du jour. Ou du week end à la rigueur. Pas plus. Il prendrait le melon trop rapidement et c'était le genre de choses dont elle était à peu près sûre entendre parler pendant longtemps. Jusqu'à la fin de ses jours peut-être même. Le connaissant, il en était fortement capable. Néanmoins, la jeune femme dû sortir de ses pensées si elle voulait éviter de perdre son ami et, par conséquent, rester à l'entrée de l'aéroport Charles De Gaulle. Attrapant sa valise, elle s'enfonça à son tour dans le taxi. A nouveau, un visage d'enfant émerveillé se dessina sur sa petite bouille de femme enfant. Ses yeux brillaient à mesure que le paysage parisien défilait sous eux. Si elle aurait pu, elle aurait probablement écrasé son visage contre la vitre, perdant le moins possible de cette nouvelle vue qui s'offrait à elle. Cependant, la voix de Wren lui rappela qu'elle n'était pas seule en voiture et que, par conséquent, elle se ridiculiserait en agissant de la sorte. « - Chauffeur ? Est-ce que vous connaîtriez par hasard un restaurant bien pas loin de la tour Eiffel ?   » Aussi vite qu'elle s'était intéressée à la conversation, Zelda sembla occulter les bavardages dans l'auto. Elle s'enfonça légèrement dans son siège, attendant sagement que le taxi les dépose au pied de la géante de fer. Attrapant sa valise et aidant Wren à sortir la sienne, elle se retourna vers leur chauffeur du jour avec un petit sourire. « - Merci. » L'une des rares choses qu'elle savait dire en français et ce, avec le pire des accents qu'il était possible d'imaginer.

Posant leurs valises dans un coin du restaurant, ils s'installèrent l'un en face de l'autre. Le ventre de Zelda, comme bien souvent, s'était mis à gronder, lui rappelant qu'elle avait sauté un repas de trop. Elle roula des yeux dans un petit rire. Un serveur arriva à leur hauteur leur parlant bien entendu français. Malgré toutes ses tentatives pour comprendre, elle grimaça. Elle était totalement larguée. Elle osa un regard vers Wren. « - Traduis moi. Il pourrait me parler chinois, c'est la même chose. » Se tournant à nouveau vers le serveur, elle lui décrocha un large sourire Colgate, hochant la tête à la moindre de ses paroles, comme si elle était capable de les comprendre.

_________________
and without you I'm losing my mind

©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Assistant de Dieu.

messages : 680
date d'inscription : 04/06/2014
avatar : sam claflin
crédits : tumblr
pseudo : thethirdeye

métier : homme d'affaires et actionnaire d'une boîte d'escort girls.
statut : coureur de jupons
les péchés mignons : l'argent, le jeu, la photo et les voyages et surtout, le sarcasme!

MessageSujet: Re: Un jour j'irais à New-York avec toi... (zelda)   Sam 9 Aoû - 13:34

un jour j'irais à new york avec toi


« - Merci. » Je souriais au français de Zelda, qui, pour sûr, n’avait rien à envier au mien. Nous entrâmes donc dans le Restaurant, tels deux enfants traversant l’armoire magique qui mène à Narnia. Lorsque nous fûmes assis, je soufflais un soupir de soulagement ; depuis ce matin très tôt, nous avions couru dans tous les sens. J’avais récupéré Zelda chez elle à l’aube, et j’avais très peu dormi, trop excité pour me laisser convaincre par le royaume de  Morphée. J’avais hâte, tant hâte ; que ce soit la splendeur des bâtiments, les oeuvres d’arts dans les musées ou le reste, je voulais tout voir, ne pas en perdre un miette. Lorsque la carte nous fut donnée, je la parcourais de haut en bas, gauche à droite, lisant chaque plat comme si chacun pouvait renfermer un secret, un trésor qu’il ne fallait surtout pas manquer. Alors qu’au fond, je captais pas un mot de ce que je lisais. Un serveur nous aborda en français, et je jetais un regard désespéré à mon amie. Dans son regard, je lus encore plus d’incompréhension que moi. « - Traduis moi. Il pourrait me parler chinois, c'est la même chose. » Oh non, je n’allais pas jouer les traducteurs. Effectivement, le chinois était du pareil au même, mais je me souvenais tout à coup que, l’anglophone, c’était moi. Idiot que je suis, ce gars devait bien se débrouiller un minimum dans ma langue natale ! Zelda jouait les charmeuses, comme pour dire “je vous comprends pas, mais regardez comme je suis mignonne”. Le prix du Restaurant ne baisserait pas pour autant… Je tentais donc l’anglais avec notre interlocuteur, et vis d’emblée qu’il était quasi aussi bon dans cette langue que moi dans la sienne. S’ensuivit une conversation comique dans laquelle nous jouâmes du mime et usâmes de mots approximatifs pour nous faire comprendre. Ah ! Il voulait savoir ce que nous allions boire ? Je commandais deux verres de vin rouge, désignant une bouteille sur une table voisine et jouant de gestes explicites. Ridicule, mais nous parvînmes à nos fins. Je riais avec le serveur, apparemment aussi soulagé que moi d’avoir enfin pu conclure cette discussion. L’aventure ne faisait que commencer, mais c’était déjà folklorique ! Lorsqu’il fut parti, j’ajoutais pour Zelda : « -  Je nous ai commandé un des meilleurs vins rouges ! Enfin… je crois… » Je ris à nouveau ; j’aimais cette façon de vivre. Je me souvenais mes débuts en Russie, qui avaient été similaires à ceux-ci. Je n’étais pas quelqu’un qui planifiait son avenir, au contraire ; j’aimais me laisser emporter par les imprévus de la vie, et ainsi faire de chaque jour un jour différent du précédent, pour ne jamais m’ennuyer. Un second serveur vint déposer une cruche d’eau et un panier de pain sur notre table, et nous découvrîmes la baguette, la vraie, celle que seuls les français savent si bien faire. Croustillante et moelleuse à la fois, un pain qui surpassait de loin celui que l’on préparait en Russie, ou même aux USA d’ailleurs  (nous les américains n’avions aucun don pour la cuisine. La preuve en était MacDonald’s). « - Ca faisait longtemps que je n’étais pas parti. Et c’est un plaisir d’être ici avec toi, reine des baleines. » J’étais on ne peut plus sincère, et elle avait intérêt à profiter de ce compliment, car rare étaient-ils à franchir le pas de mes lèvres.


_________________

» Would you believe me
If I said I'd never lie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

admin, for better or for worse

messages : 2845
date d'inscription : 10/03/2014
avatar : barbara palvin
crédits : liloo_59
pseudo : pan. (manon)

métier : fille de joie
statut : fiancée mais juste pour faire chier
les péchés mignons : une bonne dose de caféine et de beaux mâles (voire des belles demoiselles)

MessageSujet: Re: Un jour j'irais à New-York avec toi... (zelda)   Dim 10 Aoû - 14:10


A moitié cachée derrière la carte des menus, il lui était totalement impossible de cacher le fou rire qui était en train de s'emparer d'elle. Elle regardait Wren et le serveur qui, désespérément, tentaient de communiquer par le biais de mimes. Certains même auxquels elle n'aurait jamais penser. Elle tenta de se calmer, en vain. La situation était des plus comiques et des plus risibles. Autant l'un que l'autre semblait avoir du mal à comprendre son interlocuteur. Parlant relativement bien anglais mais pas le moins du monde français, Zelda savait très bien qu'elle ne serait d'aucune aide. Pour l'un ou pour l'autre. Elle se contenta donc de les regarder tout en rigolant de bon coeur. Le voyage promettait d'être des plus comiques et des plus folkloriques. Pour une première fois à Paris, elle n'aurait pas pu rêver mieux. « - Je nous ai commandé un des meilleurs vins rouges ! Enfin… je crois… » A nouveau, la fille de joie parti d'un rire franc. « - Si on se retrouve avec de la piquette, on saura pourquoi et surtout à cause de qui. » elle lui adressa l'un de ses sourires Colgate dont elle avait le secret. Il lui avait tendu une perche et il avait été impossible pour la jeune femme de ne pas essayer de le charrier sur ce sujet. Néanmoins, le serveur réapparut, déposant du pain, du vrai ainsi qu'une carafe d'eau. Oubliant cette dernière, elle fit un petit signe de la tête vers la corbeille de pain tout en regardant Wren. « - Tu penses que ceux de Saint-Pétersbourg arriveront à la hauteur de ceux ci ? » Afin d'en avoir le coeur net, et surtout dans le but de faire patienter encore un peu son estomac d'ogre, elle en attrapa un bout qu'elle rompit. Le portant à la bouche, elle joua les critiques culinaires quelques secondes avant de tout simplement fondre. Même si ceux de Nevski étaient plus qu'excellents, ceux la auraient aisément pu l'amener au Paradis. « - Ca faisait longtemps que je n’étais pas parti. Et c’est un plaisir d’être ici avec toi, reine des baleines. » Plutôt ravie de cet élan de franchise de la part de son ami, elle arrêta instantanément de grignoter. Cette fois ci, ce fut un vrai sourire amical et sincère qui se dessina sur son visage de poupée.  « - Le plaisir est totalement partagé, Moby Dick. » Il ne manquait plus qu'un verre rempli afin de trinquer. Comme s'il avait entendu ses pensées, le serveur arriva avec la fameuse bouteille de rouge et l'ouvrit devant eux. Toujours aussi émerveillée par ce qui pouvait l'entourer, Zelda observa les moindres faits et gestes du jeune français. Une fois servi, elle le remercia avec son accent à couper au couteau et le serveur se retira. Cette fois ci, pour de bon, elle attrapa le verre et le leva en face d'elle. « - A Paris ! » Elle porta ensuite le verre à ses lèvres et se laissa submerger par les saveurs légèrement fruitées du vin. N'y connaissant rien, elle aurait très bien pu apprécier une mauvaise bouteille. Au fond, cela l'importait guère. Elle lança un coup d'oeil à son ami, guettant sa réaction. Puis, par curiosité, Zelda reposa son verre et tourna la bouteille afin de lire l'étiquette. Du français bien sur. Elle compris un peu le nom pour l'avoir déjà entendu à plusieurs reprises.

_________________
and without you I'm losing my mind

©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Assistant de Dieu.

messages : 680
date d'inscription : 04/06/2014
avatar : sam claflin
crédits : tumblr
pseudo : thethirdeye

métier : homme d'affaires et actionnaire d'une boîte d'escort girls.
statut : coureur de jupons
les péchés mignons : l'argent, le jeu, la photo et les voyages et surtout, le sarcasme!

MessageSujet: Re: Un jour j'irais à New-York avec toi... (zelda)   Mar 12 Aoû - 21:07

un jour j'irais à new york avec toi


Zelda se foutait de nous, planquée derrière son rire, à nous regarder mimer avec bêtise pour nous comprendre. Ah, les femmes ! Toujours à dire qu’on serait rien sans elles, mais le plus souvent, elles nous laissent nous débrouiller. Bah, depuis longtemps j’étais célibataire, et je m’en portais pas plus mal. Comme quoi, la vie sans femme, ça marche aussi, et ça c’est une satisfaction personnelle. « - Si on se retrouve avec de la piquette, on saura pourquoi et surtout à cause de qui. » « -  C’est sûr que ce sera pas grâce à toi, banane ! » Je lui souris, taquin. « - C’était quand même limite de la non assistance à personne en danger, tu sais?   » Non, je n’ai pas laissé mon humour pourri en Russie; je l’ai bel et bien emmené avec moi. Rien ne peut gâcher ma bonne humeur aujourd’hui. Sauf… sauf une pensée malsaine pour Katerina. Son visage s’impose à moi sans que je le veuille, et je fronce inconsciemment les sourcils. Nous nous sommes quittés en de mauvais termes, c’est le moins qu’on puisse dire, et mon corps garde encore le goût si doux et si amer à la fois de sa peau contre la mienne. Je m’en veux de l’avoir insultée, mais je suis bien trop fier pour le dire, et puis elle ne m’a pas laissé indemne non plus. J’ai beau me dire vieux loup de célibat, mon esprit est hanté par elle.

C’est le sourire colgate et si rafraîchissant de Zelda qui me ramène à la raison. « - Tu penses que ceux de Saint-Pétersbourg arriveront à la hauteur de ceux ci ? » Je la regarde croquer dans un bout de pain, et lui réponds par la négative. C’est quasi impossible, les français sont les meilleurs pour le pain. Enfin, c’est ce qu’on m’a dit. Pour m’en assurer, j’imite mon amie. Je laisse le pain craquer sous mes dents, et fondre la mie moelleuse sur ma langue, souriant d’aise. Ça change de la bouffe rude du nord, pour sûr. Après la dégustation de son pain, la reine des baleines acquiesce  : « - Le plaisir est totalement partagé, Moby Dick. » C’est le moment que choisis le serveur pour nous apporter le vin que j’ai durement commandé. Il dé-bouchonne le récipient avec aise et sert un fond de verre à Madame. Il la laisse goûter, attendant que Zelda l’invite à nous servir en donnant son approbation au choix du vin. Processus français jusqu’au bout des ongles, que j’ai déjà pu observer dans les chics restau’s de New York. J’observe la couleur vermeil du breuvage, et apprécie sa robe pleine de reflets profonds, signe d’un vin âgé et donc de qualité. Lorsque nos deux verres sont remplis, nous les levons au week-end, au voyage « - A Paris ! »« -  Oui, à Paris! » lui réponds-je en écho. Je laisse le vin couler le long de ma gorge, et laisse échapper une onomatopée de satisfaction profonde. « -  Hmmm…. il est fruité! » En réalité, je ne suis pas spécialiste, mais je sais tout de même reconnaître un bon vin quand j’en vois un. On nous apporte la carte des plats, nous commandons avec tout autant de difficultés, tant parce que les choix sont si nombreux et si appétissants que par la barrière qui nous est imposée par le langage. Nous dégustons, riant et planifiant notre week-end. Cela ne pouvait mieux commencer. Le repas fini, j'écarquille légèrement les yeux au moment de payer la note, mais je ne suis plus à ça près. Nous récupérons nos bagages laissés à l'entrée, et nous voici partis à l'aventure de la gigantesque ville. Tour Eiffel, nous voilà !



Spoiler:
 

_________________

» Would you believe me
If I said I'd never lie



Dernière édition par Wren Cartwright le Mer 20 Aoû - 6:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

admin, for better or for worse

messages : 2845
date d'inscription : 10/03/2014
avatar : barbara palvin
crédits : liloo_59
pseudo : pan. (manon)

métier : fille de joie
statut : fiancée mais juste pour faire chier
les péchés mignons : une bonne dose de caféine et de beaux mâles (voire des belles demoiselles)

MessageSujet: Re: Un jour j'irais à New-York avec toi... (zelda)   Dim 17 Aoû - 14:07


« - Oui, à Paris ! » Ces simples petits mots eurent le don de faire réaliser à Zelda la chance qu'elle pouvait avoir en ce moment même. Etre à Paris en très bonne compagnie - il faut bien l'avouer - n'était pas donné à n'importe qui, elle en avait pleinement conscience. C'est pourquoi, elle se promit d'en profiter.

Repas enfin fini, estomac enfin bien rempli, la jeune femme senti un large sourire se dessiner sur ses lèvres. Néanmoins, bien que confortablement installée, elle fini par se lever, suivant Wren qui récupérait les valises. Elle s'empressa de reprendre la sienne et, à nouveau, ses yeux semblèrent briller d'émerveillement. Cela prouvait encore qu'elle n'avait jamais pu quitter sa Russie natale. Comme quoi, le changement avait du bon. Valise désormais en main, elle quitta le restaurant sur les talons de l'homme. Direction, la Tour Eiffel. Elle releva la tête et, bien qu'une certaine distance était présente entre la géante de fer et la petite russe, Zelda ne se lassait pas de ce spectacle, continuant de l'observer. Elle se retourna vers Wren et, de sa main libre, elle attrapa la sienne et lui offrit un immense sourire, digne d'une enfant plus qu'excitée. « - Allez, on bouge ! On a pas une seule seconde à perde. » Même si la fille de joie ne savait pas vraiment où elle allait, elle tirait son ami d'un coté, sa valise de l'autre, marchant droit devant. Bien trop pressée, elle ne regardait pas vraiment où elle marchait. Si bien que son pied se pris dans une dalle, la faisant basculer vers l'avant. Resserrant sa prise autour de la main de l'américain, elle parvint néanmoins à garder un semblant d'équilibre. Si Wren avait l'horrible idée de se défaire de cette prise, nul doute qu'elle s'étalerait de tout son long sur le sol, prenant cette fois ci le rôle de la baleine échouée en plein coeur de Paris. Même si un semblant de notoriété ne lui aurait pas forcément déplu, elle préférait éviter de se ridiculiser de la sorte. Elle avait déjà largement donné en étant à Saint-Petersbourg, ruinant ce jour là ses vêtements et un vélo de la ville qu'elle avait loué et laissé au bord de la rivière dans un état plus que pitoyable. Cette pensée lui arracha un petit sourire malgré tout.


hj : scusa me c'est court Arrow

_________________
and without you I'm losing my mind

©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Assistant de Dieu.

messages : 680
date d'inscription : 04/06/2014
avatar : sam claflin
crédits : tumblr
pseudo : thethirdeye

métier : homme d'affaires et actionnaire d'une boîte d'escort girls.
statut : coureur de jupons
les péchés mignons : l'argent, le jeu, la photo et les voyages et surtout, le sarcasme!

MessageSujet: Re: Un jour j'irais à New-York avec toi... (zelda)   Mer 20 Aoû - 20:59

un jour j'irais à new york avec toi

Nous sortons du restaurant comme on émerge d’un tunnel, goûtant à nouveau au plaisir que nous offre la vue. J’inspire une grande goulée d’air, le ventre plein. Plein de souvenirs, d’odeurs et de goûts plus raffinés les uns que les autres, de mets d’une qualité bien supérieure à ce que je mange d’habitude. Alourdi par l’expérience, je me traîne lamentablement aux côtés de Zelda dehors, mais qu’importe. Un sourire d’enfant reprend sa juste place sur mon visage qui n’a pourtant rien d’un bambin, et je m’élance derrière mon amie, qui elle, est prête à affronter tous les dangers. « - Allez, on bouge ! On a pas une seule seconde à perdre. » Elle gambade gaiement, quand soudain, une scène qui n’a pas de prix manque de se dérouler sous mes yeux. La jolie russe se prend les pieds dans le tapis, ou plutôt dans le bitume. Je ris à moitié, à moitié parce qu’elle m’entraîne dans sa chute et ce n’est qu’au prix de ma volonté ultime que nous arrivons à nous redresses tous deux sans nous exploser le minois sur le goudron parisien. Je me défais de sa main agrippée à mes vêtements et lui lance un regard mi-figue mi-raisin. « -  Dis-moi, princesse, tu serais pas la reine des gaffes par hasard? Non parce qu’une fois, j’veux bien, mais ça commence à devenir une manie cocotte! » Je finis par sourire, pas énervé le moins du monde. Mon regard se lève et dépasse les bâtisses qui nous font face pour apercevoir la pointe de la tour Eiffel. On reprend notre route, d’un pas plus… prudent. Je déplie ma grande carte de Paris et indique le chemin, bien plus serein en apparence que je ne le suis vraiment. Qu’importe, c’est le rôle d’un homme que de rassurer, et j’ai confiance en ma chance. Après tout, j’en ai toujours eu. Au fur et à mesure que nous nous approchons, la silhouette se fait de plus en plus grande, et nous débouchons tout à coup en plein devant la légendaire bâtisse. Si j’avais été une fille, j’aurais poussé un cri de joie. Mais comme je ne le suis pas, je me contente de partager un regard ravi avec Zelda. Nous avançons à grands pas et prenons place dans la longue file d’attente qui serpente aux pieds de la tour, et prenons notre mal en patience. Que c’est dur, d’être touriste. Pour passer le temps, j’engage une conversation banale avec Zelda.« - Alors, le boulot en ce moment, ça se passe ? » Non pas que je m’attende à ce qu’elle me révèle toute sa vie, mais bon, fallait bien parler de quelque chose, sinon j’allais mourir d’ennui (la patience, c’est pas mon fort).



_________________

» Would you believe me
If I said I'd never lie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

admin, for better or for worse

messages : 2845
date d'inscription : 10/03/2014
avatar : barbara palvin
crédits : liloo_59
pseudo : pan. (manon)

métier : fille de joie
statut : fiancée mais juste pour faire chier
les péchés mignons : une bonne dose de caféine et de beaux mâles (voire des belles demoiselles)

MessageSujet: Re: Un jour j'irais à New-York avec toi... (zelda)   Dim 24 Aoû - 14:09


Dans son empressement, Zelda s'emmêla les pieds, entraînant plus ou moins son compagnon avec elle. Par chance, aucun des deux n'alla goûter le bitume. Chose qui, rassura la jeune femme. Elle resta en équilibre quelques secondes, resserrant sa prise autour de la main d'un Wren qui le redressa tous les deux sans tarder. « - Dis-moi, princesse, tu serais pas la reine des gaffes par hasard? Non parce qu’une fois, j’veux bien, mais ça commence à devenir une manie cocotte!   » Elle se tourna vers lui, plutôt amusée. Elle leva les yeux au ciel et repris sa marche, tirant  nouveau le jeune homme vers l'avant. Elle fit cependant plus attention à l'endroit où elle posait ses pieds, voulant à tout prix éviter de tomber face contre terre. « - T'as toujours pas compris que c'est l'effet que tu me fais ? J'en tombe à la renverse voyons ! » Un petit sourire en coin se dessina sur ses lèvres rosées. Bien sur qu'elle le charriait car, étonnement, Wren était le seul avec qui elle n'avait jamais rien tenté et avec qui elle ne tenterait probablement rien. Elle tenait trop à cette amitié un peu particulière qui les unissait.

Peu à peu, passant dans diverses rues de la capitale française, ils finirent par arriver  bon port. Levant la tête, elle regarda avec joie et impatience la grande de fer. A nouveau, elle se posta contre Wren qui l'attira dans la file. Rapidement, son petit sourire se fit moins convaincu. Se hissant sur la pointe des pieds, elle regarda tant bien que mal où commençait la file. A en juger par la mine de la jeune russe, les deux amis risquaient d'attendre un bon moment. Pendant quelques secondes, elle en oublia presque la présence de l'homme. « - Alors, le boulot en ce moment, ça se passe ?  » Un peu surprise par la question, Zelda haussa les sourcils puis, un petit sourire s'installa sur le bas de son visage. En guise de première réponse, elle eut un petit haussement d'épaules. Wren ne sachant pas qu'elle se prostituait, elle décida de rester évasive au maximum. « - Toujours en mouvement, je m'ennuie pas et ça marche plutôt bien. Et toi alors ? »

_________________
and without you I'm losing my mind

©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Assistant de Dieu.

messages : 680
date d'inscription : 04/06/2014
avatar : sam claflin
crédits : tumblr
pseudo : thethirdeye

métier : homme d'affaires et actionnaire d'une boîte d'escort girls.
statut : coureur de jupons
les péchés mignons : l'argent, le jeu, la photo et les voyages et surtout, le sarcasme!

MessageSujet: Re: Un jour j'irais à New-York avec toi... (zelda)   Jeu 11 Sep - 8:14

un jour j'irais à new york avec toi


Je lève la tête à 90 degrés vers le haut, et porte mon regard sur l’édifice impressionnant qu’est l’Eiffel Tower. J’aperçois ça et là des gens parcourant la construction métallique, rares chanceux à avoir finalement outrepassé la longue attente qui est de mise apparemment. Je ne me suis pas spécialement renseigné sur le fonctionnement de la visite, mais j’ai eu ouï dire qu’il y a des ascenseurs jusqu’à un certain étage, et qu’il faut ensuite continuer à pied la montée. A la toute fin, on peut accéder au sommet de la tour, et contempler Paris. Splendide et effrayant à la fois, j’imagine. Je revois mentalement des images nocturnes de la ville, et je me dis que de nuit, cela doit être magnifique. La tour Eiffel brillerait alors comme un phare sur la capitale française, guidant les touristes perdus à bon port. C’est le moment que je choisis pour sortir mon appareil photo, convaincu que les clichés du dessous seront impressionnants une fois tirés. J’en oublie un instant Zelda, concentré par cette seconde passion, exploitée par bien des manières - je songe à la fois où, de manière impromptue, j’ai dû faire une séance photo en plein bordel à St-Pétersbourg. Je prends tantôt une photo zoomée sur tel ensemble de formes de fer, ou une photo en noir et blanc avec des jeux d’ombres intéressants (comme le faisait si bien Lucien Hervé au XXème siècle). Une fois satisfait de mon travail, je remets le cache et laisse pendre l’appareil à mon cou.

Je me reconcentre sur la jeune russe. « - Toujours en mouvement, je m'ennuie pas et ça marche plutôt bien. Et toi alors ? » « - Les affaires vont bon train...   » reponds-je avec amusement. Il faut dire qu’entre mon travail officiel, qui paie déjà bien, et la boite de call-girl que je détiends, ma fortune commence à peser dans le milieu russe. J’espère jouer bientôt avec les cadors de la ville d’ailleurs. « -  Le marché se porte bien en ce moment, ce qui est étonnant. Mais bon, on va pas s’en plaindre! » Nous avancons peu à peu dans la file d’attente jusqu’à arriver au guichet. Je commande deux tickets en anglais (enfin un interlocuteur qui sait parler ma langue) et en route la visite!




_________________

» Would you believe me
If I said I'd never lie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un jour j'irais à New-York avec toi... (zelda)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un jour j'irais à New-York avec toi... (zelda)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Parce que toute histoire a un début. (Elisabeth)
» [DC] Crois tu qu'un jour, j'irais mieux ? ♥ Kaitlyn
» BIJOU FEMELLE YORK 7 ANS EN FA ASSO COEUR SUR PATTES
» SNOOPY, croisé york teckel, 1o ans.
» Mise à jour 1.01 - 27/12/2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
blurred lines :: SAINT-PETERSBOURG :: ON THE ROAD-