AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'intrus - Konochan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 84
date d'inscription : 19/07/2014
avatar : Tyler Posey
crédits : VENDETTA. & tumblr
pseudo : G.

métier : prostitué au La rose rouge
statut : célibataire
les péchés mignons : le sport, faire du sport me fait du bien, les hommes, un bon plat bien chaud et fait maison

MessageSujet: L'intrus - Konochan   Lun 21 Juil - 12:00

J’avais rencontré cette femme dans la rue, j’étais allongé sur un banc, il était encore tôt le matin, crevé, j’avais pas très bien dormit. Elle faisait son jogging matinal et elle m’avait vu là allongé. Je ne sais pas trop pourquoi, mais elle voulait m’aider, elle me demanda ce que je faisais là et m’invita à venir prendre une douche chez elle, laver mes vêtements et au moins passé la nuit chez elle comme il annonçait de la pluie cette nuit voir un orage. J’ai accepté, bien que c’était pas mon genre, j’ai décidé d’accepter, elle semblait gentille, le genre de mère que j’aurais aimé avoir… Je la suivis, mon sac sur le dos et arrivé chez elle sont mari étai absent pour l’instant, il allait revenir le soir, son fils aussi devait venir dîner. Je pris une bonne douche, ça faisait du bien alors qu’elle avait mis mes vêtements lavés, elle me prêta des vêtements de son fils en attendant, je me sentais pas très à l’aise de mettre les vêtements d’un inconnu, mais j’étais pas pour me balader nu dans la maison non plus ! Une fois mes vêtements secs je me suis changé, j’ai enfilé une paire de jeans tout simple puis un t-shirt rouge foncé tout simple. J’ai ensuite aidé cette mère à cuisiner comme je voulais me rendre utile et je me sentais mal de profiter de la générosité de celle-ci. Quand son mari rentra je sentis un mal à l’aise, il ne semblait pas trop d’accord avec sa femme sur le fait d’accueil un inconnu même si c’est que pour une nuit, mais la dame ne changea pas d’avis.

Afin de les laisser discuter tranquille j’étais sortis prendre l’air, m’installant sur les marches devant la maison alors que je vis un jeune homme arrivé, plus vieux que moi, il devais avoir la mi-vingtaine, ça devait être le fils dont elle m’avait parler, j’étais un peu mal à l’aise et je rentrais comme je préférais que sa mère lui explique la situation plutôt que moi. Oui je pouvais être timide parfois… Après tout, je n’avais pas vraiment ma place dans cette grande maison, à cette table, je ne savais pas trop comment agir, si cette famille semblait gentille, je n’étais pas habitué à ce genre de gentillesse, j’avais l’habitude d’être insulté par mes parents adoptifs, battus, les moments à table avec eux ce n’était pas un moment de joie, d’amour, non c’était plutôt chacun mange et personne ne parle, du moins surtout pas moi… Donc je ne savais pas trop comment m’y prendre dans cette famille.

_________________

incapable de t'oublier, j'ai besoin de toi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Funny Game.

messages : 188
date d'inscription : 19/05/2014
avatar : Joseph Morgan
crédits : Shiya3
pseudo : Chop Suey

métier : Freelancer - Actionnaire chez Rose Rouge
statut : Asexuelle
les péchés mignons : Mettre la bonne musique au bon moment, Manger des Boccocini, Avoir le sentiment océanique

MessageSujet: Re: L'intrus - Konochan   Lun 21 Juil - 13:47

18 juin 2014 - Ville de Sarapoul / Russie – 22h01


Konohan est debout sur le bord du grand balcon d’un vaste manoir. Il observe attentivement les détails du grand jardin s’étendant devant lui. Des buissons en tous genres -méticuleusement taillés pour former des boules stylisées – sont répartis dans une certaine logique entre les dédalles de pierres blanches.

Tout est calme. On entend que le bruit de quelques animaux nocturnes poussant leur cris de temps à autre.

Soudain, Konohan plonge sa main dans la poche de son pantalon et en ressort un IPhone noir dernière génération.

Konohan
Allo ? Oui c’est moi maman. Tu appelles sur mon cell, il y avait pas mal de chances que ce soit moi qui réponde… oui je sais, je suis désolé. J’ai été excessivement débordé ces derniers temps. Je m’excuse. Oui, j’ai vu tes messages, j’ai seulement pas eu le temps de répondre. Tu sais que j’aime pas ça écrire seulement un ‘ok’. Je trouve que ça fait plate à recevoir. Oui tu as raison, ça aurait été mieux que rien. Désolé. C’est ça, un nouveau contrat. Rien de très gros, ça devrait duré au plus deux mois. Je… je surveille les données bancaires d’un particulier. Non je peux pas en parler, c’est confidentiel. Oui j’aime beaucoup ça. Ça me fait du bien de retourner sur le terrain. Non non, j’ai toujours mes actions dans la compagnie d’amusement et de divertissement. Tu sais que j’aime bien avoir un horaire de travail chargé… Quoi ? comment ça vous êtes à St-Pétersbourg ? t’es sérieuses maman ? t’as pas vraiment fait ça pour vrai ? han… mais non, ça me touche beaucoup que vous ayez fait ça, mais je me sens mal là… c’est quand même gros comme affaire, une deuxième maison. Je m’en veux de pas être là pour vous accueillir… oui, j’en doute pas. Papa et toi êtes très organisés… mais quand même. Je sais pas exactement quand je vais finir, ça va dépendre de l’humeur du patron. Oui c’est sûr que je vous appelle en entrant. Vous viendrez souper chez moi…. Oh je dois y aller, une petite urgence à régler. Non non rien de grave, sûrement le patron qui a retrouvé son papier… ouais il est un peu bric à brac. Moi aussi je t’aime maman. Embrasse papa de ma part. Oui, sois sage toi aussi. Babaye !


21 juillet 2014 - Ville de St-Péterbourg / Russie – 18h52


Konohan marche transquillement dans la rue d’un petit pâté d’habitations du quartier de Dumskaya. L’endroit est plutôt calme entre le peu de voiture passantes, les quelques enfants courant d’une porte à l’autre et les arbres bougeant légèrement sous la brise passante. Les habitations sont principalement constituées de duplex et triplex - sans doute assez spacieux à l’intérieur. Les façades des immeubles sont décorées coquettement avec des plantes sur les balcons et des rideaux colorés aux fenêtres.

Après une dizaine de minutes de marche, Konohan se stoppe à quelques mètres d’une petite maison cossue, coincée entre deux immeubles d'appartements. En recule par rapport aux autres bâtiments, le devant de l’habitation est occupé par une belle pelouse verte et dodue. La maison est de couleur blanche et le toit brun foncé. Une plante grimpante occupe une partie de la façade et monte jusqu’au toit, bloquant ainsi une partie de la gouttière. Devant la porte, il y a un balcon en bois… sur lequel est assis un jeune homme.

Konohan arque des sourcils. Il consulte son téléphone, lève la tête pour regarder le numéro de porte. Les deux concordent bel et bien. La description de l’habitation aussi. Son regard se promène entre le jeune homme et le numéro de porte.

‘‘C’est quoi ça ?’’

Konohan porte sa main sur le petit sac en cuir pendu à sa ceinture. Igor, la petite gargouille de pierre, est toujours là, fidèle au poste. Les muscles de Konohan se détendent.

‘‘Peut-être le housekeeper’’

Visiblement gêné, le garçon se lève et entre dans la maison.

‘‘ Tu lui as sûrement fait peur avec ta tête de tueur’’

‘‘très drôle…’’


Konohan pénètre sur le terrain, monte les deux marches du balcon et pousse la porte de la demeure. Connaissant sa mère, Konohan prend soin de retirer ses chaussures dans le vestibule avant d’entrer plus profondément dans la maison.

On entend des voix provenant de la cuisine au bout du petit couloir à l’entrée du vestibule. À gauche du couloir, Konohan remarque une petite table à manger avec quatre couverts. À droite, une escalier menant au deuxième étage et un salon. Konohan avance vers la cuisine. C’est alors que sa mère apparaît.

Anna
Konooo !! Comme ça fait plaisir de te voir ! mon dieu, il me semble que tu as maigri depuis la dernière fois. Est ce que tu manges bien ?

Anna et Konohan se font une longue étreinte. Un sourire de satisfaction se dessine sur le visage de Konohan.

Konohan
Oui maman, t’inquiète pas. C’est juste que j’ai beaucoup bougé ces derniers temps. Alors, comment vas-tu ma petite maman ?

Anna
Très bien très. Écoute, j’ai un invité spécial à te présenter.

Anna attrape la main se son fils et l’amène jusqu’à la cuisine ou ils retrouvent le jeune homme du balcon. Ce dernier fouille dans une armoire à la recherche d’assiettes.

Anna
Voici Samuel Hemingway ! C’est un très gentil garçon. Le pauvre n’avait pas de place pour dormir cette nuit… et il annonce des orages. Tu te souviens quand tu étais jeune et que tu avais peur des orages ? je te lisais toujours l’histoire de Benjamin et les orages….

‘‘Belle manière de faire les présentations’’

Anna
Konahan, Samuel. Samuel, Konohan, mon petit garçon.
Konohan s’approche lentement de Samuel et lui tend une poignée de main. Il sourit pour faire bonne convenance, mais ses yeux demeurent méfiants.

Konohan
Enchanté…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 84
date d'inscription : 19/07/2014
avatar : Tyler Posey
crédits : VENDETTA. & tumblr
pseudo : G.

métier : prostitué au La rose rouge
statut : célibataire
les péchés mignons : le sport, faire du sport me fait du bien, les hommes, un bon plat bien chaud et fait maison

MessageSujet: Re: L'intrus - Konochan   Lun 21 Juil - 16:13

Je ne me sentais pas trop à l’aise de venir dans cette maison, chez cette famille que je connaissais à peine, surtout participer au souper. « Vous êtes sûr que vous voulez pas que je vous laisse dîner en famille? Je reviendrais plus tard… » Mais elle me fis un sourire alors qu’elle me répondis sans hésiter et sans me laisser la chance de discuter : « Tu restes manger avec nous et je changerai pas d’avis! » J’hochai la tête, bien que j’étais un peu mal à l’aise. « Je peux au moins vous aidez à faire le repas? Mettre la table ? » Elle eu un sourire et me montra où était les assiettes et ustensiles afin que je mette la table alors que son mari arrive.

« C’est qui ? » Sa femme eu un soupire alors qu’elle lui répondit : « C’est Samuel Hemingway, il va passer la nuit ici, j’allais quand même pas le laisser dormir dans la rue sous l’orage qu’ils annoncent. » Il eu un soupire, il était pas très content, mais d’un autre côté sa femme avait raison, s’imaginant son fils à la place de Samuel. « Je peux y aller si je dérange, vraiment, ça serait pas la première nuit… » Mais Anna m’interrompis en disant qu’il était pas question que je passe la nuit sous l’orage et son mari approuva d’un signe de tête. Afin de les laisser discuter après avoir mis la table j’étais aller prendre l’air et voyant un jeune homme arriver quelques minutes plus tard, je rentrais comme je savais pas trop comment me présenter à celui-ci. Il allait sûrement me voir comme un profiteur, ce n’est pas ce que je voulais. Allant dans la salle à manger avec le mari d’Anna, il me posa quelques questions, me demandant ce que je faisais dans la vie, plutôt que de lui répondre que je travaillais comme prostitué à La rose rouge et que j’avais jamais fini le lycée, je lui répondis que j’étais serveur dans un restaurant, de tout façon je ne risquais pas de le revoir par la suite, donc c’était pas trop grave. Peu de temps après Anna arriva avec son mari, elle me présenta comme si elle me connaissait depuis longtemps, comme était un gentil jeune homme, expliquant que j’avais nulle part ou dormir et qu’il y avait des orages. Elle parlait du fait que son fils avait peur des orages enfants, j’aurais pu sourire à cette parole, c’était mignon, mais je n’en fis rien, fallait surtout pas que je me le mette à dos.

Il s’approcha de moi pour me tendre la main, je lui serra la main en répondant : « Enchanté… » Alors que je voyais bien qu’il semblait se méfier. « Installé vous à table, je vais finir le repas, ça va être prêt dans quelques minutes. » Elle fis signe à son mari de la suivre afin qu’elle l’aide alors que j’allais m’installer à table, mal à l’aise. Je ne connaissais pas cet homme et il était évident qu’il ne semblait pas approuvé le choix de sa mère, mais bon peut-être que je me trompais c’était possible, mais c’est l’impression que j’avais, j’osais pas parler, préférant le laisser parler s’il voulait, je répondrais à ses questions s’il en avait, mais je mentirais, la vérité n’était pas belle à dire ou entendre, je pouvais quand même pas à lui raconter ma vie. Que j’avais fugué adolescent, que je n’avais pas fini le lycée parce que mon père me frappait dès qu’il en avait l’occasion, c’est pour ça que j’avais des cicatrices dans le dos. Que j’étais un prostitué, non ce n’était pas le meilleur moyen de bien m’entendre avec lui même si je déteste mentir et que je ne suis pas très doué pour le faire.

_________________

incapable de t'oublier, j'ai besoin de toi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Funny Game.

messages : 188
date d'inscription : 19/05/2014
avatar : Joseph Morgan
crédits : Shiya3
pseudo : Chop Suey

métier : Freelancer - Actionnaire chez Rose Rouge
statut : Asexuelle
les péchés mignons : Mettre la bonne musique au bon moment, Manger des Boccocini, Avoir le sentiment océanique

MessageSujet: Re: L'intrus - Konochan   Mer 23 Juil - 16:35

21 juillet 2014 - Ville de St-Péterbourg / Russie – 19h00

Samuel Hemingway
Enchanté…

‘‘On dirait un pauvre chiot perdu’’

‘‘C’en est probablement un’’


Anna
Installez vous à table, je vais finir le repas, ça va être prêt dans quelques minutes.

Anna invite Konstantin à sortir le pain du four tandis qu’elle s’atèle à ajouter le mélange de vinaigre et de moutarde forte au chaudron de pelmenis. Tout en cuisinant, Anna explique à son mari les problèmes rencontrés aujourd’hui alors qu’elle sarclait ses fleurs. Konohan sourit aux paroles de sa mère avant de se diriger vers la salle à manger.

Konohan
Tiens, tu peux t’asseoir là. Ma maman aime garder la place près de la cuisine, c’est plus facile pour les aller-retour.

Konohan s’assoit face à Samuel. Il prend son couteau et commence à jouer avec.

‘J’ai toujours détesté les deux minutes d’attente avant le repas. C’est un laps de temps trop court pour pouvoir commencer ou finir quelque chose, alors tu te vois obligé de ne rien faire du tout.’’

Konohan jette un coup d’œil à Samuel. Seuls les sons en provenance de la cuisine se font entendre. Un mélange confus de voix et de vaisselle qui cogne.

Konohan
Un conseille, ait l’air moins coincé… ma mère ne sympathise que très rarement avec des étrangers… surtout des p’tits jeunes dans ton genre… ça veut dire que si t’es là maintenant, c’est parce que ça lui fait sincèrement plaisir. Ne lui gâche pas son bonheur...

La voix de Konohan était empreint d’un mélange de constations et de questionnement. Konohan se penche légèrement vers l’avant pour se rapprocher de Samuel. Un large sourire se dessine sur ses lèvres. Sa voix devient presque moqueuse.

Konohan
Si tu fais le moindre mal à ma mère tu vas…

Konohan s’interrompt alors qu’Anna pénètre dans la cuisine, son mari sur les talons. Elle pose au centre de la table un grand bol contenant le repas pendant que Konstantin répartie de manière égale sur la table corbeille de pain et pichet d’eau.

Anna
Voilà voilà, Pelmenis farcie au bœuf, porc ou ours et quelques légumes verts hashis. Servez-vous pendant que c’est chaud !

Anna prend place aux côtés de Samuel et Konstantin ceux de son fils. Konstantin empoigne la grande louche.

Konstantin
Les invités d’abord !

Konstantin sert une généreuse portion à Samuel puis fait le tour de la table en commençant par son fils puis sa femme et enfin lui-même.

Konohan
Merci Papoute ! alors, comment cela se passe-t-il à la compagnie ?

Konstantin
Très bien, la semaine passé on a reçu un nouvel échantillon de vitames. Elles sont sous formes de bonbons en gélatines. Paraît que les personnes âgées aiment pas mal ça. On est en train de voir si on pourrait pas allongée leur date de péremption. Pour l’instant, cest seulement trois mois. À part ça, Wilson est très compétent… bien sûr, ce n’est pas la même chose qu’avec toi…

‘‘Il m’en veut encore’’

Anna
Et toi Kono, mon petit indépendant, comment ça se passe les affaires ? tu es toujours avec ta compagnie d’amusements et de divertissements

Konohan
Très bien merci. J’y ai faite des rencontres très intéressantes…
‘‘Inutile de rentrer dans les détails’’

‘‘Dommage, ça pourrait être drôle de voir leur réaction si tu leur annonçais que t’a fais une chasse à l’homme avec la p’tite blonde’’


Konohan
Et toi Samuel, qu’est ce que tu fais dans la vie ?

Question simple, mais essentielle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 84
date d'inscription : 19/07/2014
avatar : Tyler Posey
crédits : VENDETTA. & tumblr
pseudo : G.

métier : prostitué au La rose rouge
statut : célibataire
les péchés mignons : le sport, faire du sport me fait du bien, les hommes, un bon plat bien chaud et fait maison

MessageSujet: Re: L'intrus - Konochan   Mer 23 Juil - 17:03

Je ne savais pas trop où m’installer et le jeune homme me montra une chaise ou je pouvais m’installer, j’y pris place je ne savais pas trop quoi dire je répondis un simple « ok », Je le regardais alors qu’il s’installait en face de moi et se mis à jouer avec son couteau. J’avais l’impression qu’il allait me le planté dans la main ou je sais pas, mais j’avais vraiment l’impression que j’aurais du refuser gentiment l’offre d’Anna de venir passer la nuit chez elle, c’était pas la première fois que j’aurais dormis sous la pluie. Je n’osais pas parler, mais Konochan lui décida de prendre parole me disant de me décoincé, que sa mère ne sympathisait que très rarement avec les étrangers donc elle devais être contente qu’il soit là, que ça devait lui faire plaisir.

Je ne répondis rien me contentant d’hocher la tête pour dire que j’avais compris, même si je me sentais vraiment pas le bienvenue, je ne pus m’empêcher de me dire qu’il devait me détester. Surtout après l’avertissement de celui-ci. Me disant de ne pas faire de mal à sa mère, j’allais lui répondre que j’avais pas l’intention de faire du mal à sa mère, il allait passer la nuit ici puis disparaitre, retourner à sa vie, retourner à la rue. Sa mère venait d’arriver dans la salle a manger c’est pour ça qu’il n’avait pas fini sa phrase et que je n’avais pas pu lui répondre.

Je ne pu m’empêcher d’être un peu jaloux, cette famille était proche, heureuse, enfin c’est l’impression que j’avais alors que chez moi, quand je vivais toujours avec ma famille d’accueil c’était silencieux et j’étais stresser, j’avais peur de faire une bêtise, de faire quelque chose qui aurait pu attire la colère de mon père. Par exemple, quand j’avais échappé mon assiette, mon père m’avait frapper avec sa ceinture et fait rembourser l’assiette, il me détestait et c’était une excuse pour lui de me frapper.

Le père de la famille affirma qu’on servait les invités en premier, je ne fus surpris pas la portion servie, ça faisait longtemps que je n’avais pas mangé un plat fait maison, un plat fait avec amour. « Merci… bon appétit. » Je voulais être un minimum poli alors je n’allais pas oublier de les remercier. Je les écouter parler de leur vie, leur travail, j’avais vraiment l’impression d’être de trop, j’aurais dut les laisser en famille pour manger. Je me contentais de manger, gardant légèrement baisser vers mon assiette, je gardais le silence et mangeait, si je mourrais de faim, je tentais de manger normalement, pas trop vite, pas avoir l’air d’un goinfre. Je fus un peu surpris quand elle parla d’une compagnie d’amusement et divertissement, je me demandais ce que ça pouvait être cette compagnie, mais je n’osai pas poser la question pour l’instant. J’étais perdu dans mes pensées quand je fus surpris d’entendre mon nom. Ce que je faisais dans la vie? Je me prostituait dans une maison close, mais je pouvais pas répondre ça, alors je m’en tentais au mensonge que je leur avait sortit quand le fils n’était pas là.

« Je travaille dans une petite compagnie de divertissement… » Je restais le plus vague possible, évitant les détails afin de pas me faire jeter dehors. Divertissement, ils penserait sans doute que c'est une établissement pour les loisirs des enfants, enfin bref, je voulais pas leur dire ce que je faisais vraiment.

« C’est délicieux madame Voltchkov… » Je lui adressai un petit sourire quand je me crispai lorsqu’elle posa une main sur mon bras, j’étais pas habitué à des gestes de tendresse, même dans mon métier les clients n’était pas des plus tendre pour la plus part. « Appelle moi Anna, Samuel et arrêtes de me vouvoyer, je te l’ai dis quand tu es arrivé, tu peux me tutoyer. » Je relevai la tête un peu vers celle-ci : « Désolé mad.. Anna. » J’étais crispé alors qu’elle avait toujours la main sur mon bras, m’attendant à ce qu’elle se mette à le serrer comme ma mère adoptive aurait pu le faire, mais elle retira sa main sans me faire mal, je pus me détendre et continuer de manger… Je décidai de poser une question à Kono, lui demandant : « C’est quoi votre compagnie ? » Elle n’avait pas parlé du reste de la famille quand elle avait parlé du vouvoiement. Je voulais être poli, déjà que les deux hommes ne semblaient pas non plus ravis de le voir là non plus, même si le père semblait s’être fait à l’idée et se montrait plus agréable, sociable. Je pris un bout de pain pour le tremper dans la sauce du plat et en manger un peu, c’est fou comment ça faisait du bien de manger, j’en étais au trois quart de mon assiette de manger. J’étais détendu, mais pas totalement non plus, me retrouver autour d’une table ne me rappelait pas nécessairement de bon souvenir…


Spoiler:
 

_________________

incapable de t'oublier, j'ai besoin de toi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Funny Game.

messages : 188
date d'inscription : 19/05/2014
avatar : Joseph Morgan
crédits : Shiya3
pseudo : Chop Suey

métier : Freelancer - Actionnaire chez Rose Rouge
statut : Asexuelle
les péchés mignons : Mettre la bonne musique au bon moment, Manger des Boccocini, Avoir le sentiment océanique

MessageSujet: Re: L'intrus - Konochan   Lun 28 Juil - 4:10

‘‘Je devrais lui renvoyer la question’’

‘‘Facile de jouer sur les mots’’


Konohan jette un coup d’œil rapide à son père.

‘Terrain risqué’’

‘‘Dire que quand tu étais jeune, tu étais en admiration devant ton père et sa compagnie. Tu rêvais de suivre ses traces. ’’

‘‘D’une certaine manière, c’est encore le cas aujourd’hui.’’


Konohan
En pharmaceutique. Tu serais sûrement meilleur que moi pour expliquer plus en détail, papa.

Konstantin
Bon bon, le p’tit fait son timide.

Konstantin se tourne vers Samuel. Pour la première fois, il le regarde dans les yeux sans chercher à le jauger ou le défier. Sa voix se veut chaleureuse, comme un professeur qui expliquerait une formule complexe à un de ses étudiants plus doué.

Konstantin
En fait, ce n’est pas notre compagnie directement… enfin oui, mais nous nous rapportons à une compagnie plus grosse. Grosso modo, ma petite compagnie est en fait une sorte de laboratoire scientifique. Généralement, ce n’est pas nous qui créons les médicaments en tant que tel – cela coûte des milliers et des milliers, mais plutôt les grosses compagnies qui m’engagent ensuite pour un contrat. Mon objectif est de prendre leur médicament en cours de validation et d’en produire une certaine quantité, beaucoup plus petite que si cela était pour la vente. Il s’agit plutôt d’une sorte d’échantillon. Cet ‘‘échantillons’’ sera ensuite envoyée dans des centres ou on testera les effets des médicaments sur des animaux puis des humains. Au fur et à mesure des testes, le centre envoie les résultats à ceux qui m’ont donné le contrat. Si les changements sont simples – exemple, régler un petit problème d’effets secondaires mineurs, c’est nous qui nous chargerons de réajuster la composition des médicaments, sinon, la plus grosse compagnie m’enverra ses directives. Finalement, la version modifiée sera renvoyée au centre et ainsi de suite jusqu’à ce que le médicaments soit validé à 100% et jugé prêt à la vente ou encore et malheureusement, que le projet abandonné par manque d’argent.

Konohan
Parfois, on faisait aussi des échantillons pour une promotion spéciale. Soit une quantité limité d’un produit vendu dans un nouveau format ou encore, un échantillon dans un nouvel emballage supposément meilleure vendeur.

Le père et le fils se regardent, échangeant mentalement les bons souvenirs d’un temps révolu. Anna semble émue par le moment. Celui-ci dure quelques instants, puis Anna se tourne vers Samuel.

Anna
Et toi Sam – est ce que cela te dérange si je t’appelle comme ça ? ou préfèrerais-tu Sammy ? ou simplement Samuel ? – comment cela se passe avec tes parents ?

‘‘Il a vraiment l’air mal’’

‘‘En même temps, je pense qu’on se posait tous un peu la question de comment et pourquoi il se retrouve là dans une situation pareil…’’


La famille entière se tue et regarde Samuel, visiblement très intéressée par la réponse à venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 84
date d'inscription : 19/07/2014
avatar : Tyler Posey
crédits : VENDETTA. & tumblr
pseudo : G.

métier : prostitué au La rose rouge
statut : célibataire
les péchés mignons : le sport, faire du sport me fait du bien, les hommes, un bon plat bien chaud et fait maison

MessageSujet: Re: L'intrus - Konochan   Lun 28 Juil - 11:33

J’écoutais ceux-ci alors qu’il parlait de leur compagnie, une compagnie pharmaceutique alors, ce n'est pas trop ce que je pensais, c’est finalement le père qui se retourna vers moi afin de me parler de la compagnie, j’écoutais avec attention les paroles de celui-ci, il m’expliquait que ce n’était pas directement leur compagnie, puis il expliquait ce qu’il faisait c’était intéressant et je hochai la tête en continuant de manger… Seulement, quand Anna ce Mis à me parler au début c’était correct, elle me demandait comment elle pouvait m’appeler.

« Sam c’est correct… » Mais je faillis échappé ma fourchette quand j’entendis la suite, comment ça se passait avec mes parents. Je basai le regard alors que je n’osai pas trop répondre, je savais pas trop quoi dire, comment le dire, je pouvais pas leur dire que mes parents me maltraitaient, me frappait… je voulais pas qu’il me regarde avec pitié ou un truc dans le genre j’étais mis à’y aller pour quelque chose de vrai encore une fois, mais sans entrer dans les détails… je sentais les regards de ceux-ci sur moi et je remarquai que j’avais la main qui tenait la fourchette qui tremblait légèrement. Je savais pas s’ils l’avaient remarqué vu comment il me fixait sûrement, je déposai ma main sur la table afin d’arrêter le tremblement…

« euh… je ne l’ai voit plus… depuis quelques années... » Je voyais bien qu’il en voulait plus, que juste une petite réponse comme ça ne leur explique pas pourquoi j’étais à la rue… « Je n’ai jamais été proche de mes parents… on s’entendait pas très bien… pas du tout. » Je relevai le regard, j’espérais qu’il ne cherche pas à en savoir plus, je me sentais vraiment pas bien, pas à l’aise là. Je jouais avec ma chaine, celle qui était à mes parents biologiques, la seule chose qui me restait d'eux, cette chaine avec cette croix...

Je sentais toujours leur regard sur moi… « Excusez-moi… faut que j’aille aux … toilettes. » Je me levai rapidement pour prendre la direction des toilettes, m’appuyant sur le rebord du robinet j’ouvris l’eau pour m’en passer sur le visage et ensuite m’essuyer avec la serviette. Ma respiration était rapide, je devais me calmer, je ne pouvais pas retourner dans cet état à la table. Je n’avais pas fermé la porte au complet et je finis par me reculer pour appuyer mon dos contre le mur de la salle de bain et me laisser glisser au sol. Je n’aimais pas entendre parler de mes parents, je n’aimais pas me rappeler que même mes parents ne m’aimaient pas, j’essayai de me dire que c’était juste mes parents adoptifs, que mon parent biologique m’aurait aimé, je finis par me relever pour retourner à la table.

Me réinstallant à table, je tentais d’avoir l’air le plus normal possible, ne pas montrer à quel point le sujet m’affectait, mais je crois que c’était peiné perdu, ça se voyait qu’il y avait plus que le fais que je ne m’entendais pas bien avec mes parents. Je n’arrivai juste pas à le dire, je ne voulais pas le dire. Je repris ma fourchette pour recommencer à manger comme si de rien n’était. Même si je sentais toujours leur regard sur moi, j’aimerais pouvoir lire dans les pensées en ce moment pour savoir ce qu’ils pensent, ce qu’ils sont en train de se dire à mon sujet…

_________________

incapable de t'oublier, j'ai besoin de toi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Funny Game.

messages : 188
date d'inscription : 19/05/2014
avatar : Joseph Morgan
crédits : Shiya3
pseudo : Chop Suey

métier : Freelancer - Actionnaire chez Rose Rouge
statut : Asexuelle
les péchés mignons : Mettre la bonne musique au bon moment, Manger des Boccocini, Avoir le sentiment océanique

MessageSujet: Re: L'intrus - Konochan   Dim 3 Aoû - 17:28

Le visage de Samuel vire de plus en plus au blanc livide au fur et à mesure qu’il amorce un semblant de réponse. Il tremble légèrement tandis que ces mains semblent devenir lourdes et moites. Il commence avec à jouer avec la chainette pendue à son cou. Sa respiration devient quelque peut saccadé, jusqu’à ce qu’il se lève en trompe et fonce vers les toilettes.

‘‘Voilà une piste intéressante’’

‘‘Je comprend pas pourquoi ma mère l’a ramassé lui. Je veux dire, y’a plein de paumé comme ça partout’’


Anna
Pauvre petit. Je me demande qu’est ce qu’il a bien pu lui arriver.

Konstantin
Vaut mieux le laisser tranquille avec ça. Faisons de notre mieux pour qu’il passe du bon temps.

Anna
Kono, t’essayera de lui parler après le repas. Il se sentira peut-être plus à l’aise avec un jeune de son âge

Konohan
Heum… je sais pas trop… je suis pas très bon dans ce genre de trucs

Konstantin
Allons, entre gars, les trucs, ça se comprend bien.

Anna
T’es pas obligé d’entrer dans les détails. Assure-toi juste qu’il est correct.

Samuel revient à la table et s’y installe comme si de rien n’était, mais sa démarche saccadée laisse comprendre qu’il file encore mal. Les trois membres de la famille Voltchkov n’y font rien, terminant leur repas avec entrain en parlant de tout et de rien. Sans être insistant, ils tentent d’intégrer Samuel le mieux possible à leur conversation. Ils font des blagues, lui posent des questions sur ce qu’il pense du réchauffement climatique, de la bande de gaza et du remake de la planète des singes.

Petit à petit, les plats et les bouteilles se vides. Lorsqu’ils finissent de manger, la noirceur est déjà presque entièrement tombée au dehors, plongeant la pièce dans une éclairage orangé chaleureux. Anna se lève pour desservir la table, mais Konohan intervient.

Konohan
C’est bon maman. Reste assise. Je vais t’amener un café que tu vas bien prendre le temps de savourer avec papa. Vous avez assez travaillé comme ça aujourd’hui. Sam et moi on fera la vaisselle dans la cuisine pendant ce temps là. Pas vrai Sam ?
Konohan se tourne vers Samuel et le regarde. L’invitation ne pouvait être plus directe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 84
date d'inscription : 19/07/2014
avatar : Tyler Posey
crédits : VENDETTA. & tumblr
pseudo : G.

métier : prostitué au La rose rouge
statut : célibataire
les péchés mignons : le sport, faire du sport me fait du bien, les hommes, un bon plat bien chaud et fait maison

MessageSujet: Re: L'intrus - Konochan   Dim 3 Aoû - 17:51

Fallait pas qu’il revienne sur le sujet, je ne me sentais vraiment pas à l’aise de parler de ce que j’ai vécu et puis ce n’est pas très important, je ne suis pas très important. Je m’étais sauvé dans la salle de bain, alors que je ne supportais plus le regard de ceux-ci sur moi. Ils devaient parler, mais je préférais ne pas entendre. Mais de retour dans la salle à manger, à table, le tout était plus agréable, même si j’étais quand même mal à l’aise et stresser. Je ne savais pas trop comment m’y prendre, je n’ai jamais vécu de repas de famille comme celui-ci, faire la conversation à table, c’est pas ma force…

Ils parlaient de tout et de rien et je faisais de mon mieux pour ne pas que la conversation soi diriger vers moi. Une fois le repas terminé, je vis Konochan intervenir afin que ses parents se repos alors que lui et moi on ferait la vaisselle ce qui me dérangeait pas du tout, j’avais l’intention de me proposer de toute façon. C’est pourquoi je me levai quand il me parlait de l’aider ou plutôt disait que j’allais l’aider.

« Oui… oui vous en avez assez fais, on s’occupe de la vaisselle. » Je pris le plus d’assiette possible et d’ustensiles afin d’amener le tout à laver dans la cuisine. J’ouvris l’eau chaude en mettant le bouchon au fond pour que l’eau chaude s’accumule en y versant du savon. Puis silencieusement je commençais à laver… « C’est mieux si je lave et que vous rangez… comme je sais pas où vont les choses… » Je me sentais pas à l’aise de le tutoyer, même sa mère j’avais du mal, ils étaient vraiment gentil et c’était une façon pour moi de faire preuve de politesse… Je remontais les manches de mon chandail afin de pas tremper mes manches dans l’eau, mais sans le vouloir je m’éclaboussais avec de l’eau savonneuse et je pris un linge pour m’essuyer le mieux possible. Ça devrait faire l’affaire, de toute façon il était pas question que je retirer mon chandail devant eux. Qu’il voit mes cicatrices, ça n’était pas une bonne idée…

Je continuais de laver la vaisselle, un de mes cicatrices étaient visible, le long de mon bras, elle était là depuis longtemps, depuis ma fugue mon père me l’avait fais avant mon départ, avant que je me décide à me sauver, elle était rouge, comme mes autres blessures il n’avait jamais reçu de soin.

« Désolé... vous auriez sûrement préféré vous retrouvez seul avec vos parents pour un repas en famille... » Je me sentais mal d'avoir accepté, j'aurais préféré les laisser manger en famille, c'était pas comme si je sautais un repas pour la première fois, je pouvais sauter sans hésiter un repas voir ne pas manger ou presque pas durant une journée.

_________________

incapable de t'oublier, j'ai besoin de toi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Funny Game.

messages : 188
date d'inscription : 19/05/2014
avatar : Joseph Morgan
crédits : Shiya3
pseudo : Chop Suey

métier : Freelancer - Actionnaire chez Rose Rouge
statut : Asexuelle
les péchés mignons : Mettre la bonne musique au bon moment, Manger des Boccocini, Avoir le sentiment océanique

MessageSujet: Re: L'intrus - Konochan   Mer 6 Aoû - 1:18

Samuel
Oui… oui vous en avez assez fait, on s’occupe de la vaisselle.

‘‘Bon. On va pouvoir le cuisiner un peu’’

Samuel ramasse une grosse pile d’assiettes et d’ustenciles. Konstantin regarde avec inquiétude le geste malhabile de Samuel. La main droite du père frémis, mais il n’intervient pas dans l’action du jeune homme. Konohan passe derrière Samuel et termine de vider la table. Les deux garçons prennent la direction de la cuisine – attrapant presque la collision dans le cadre de porte.

‘‘Ce type est pas serveur pour vrai’’

Konohan rassemble la vaisselle dans une pile plus ou moins logique et ordonnée tandis que Samuel commence à faire couler l’eau. Il attrape un premier morceau qu’il enfouie sous la mousse à savon.

Samuel
C’est mieux si je lave et que vous rangez.. comme je sais pas ou vont les choses

Konohan
Je n’ai jamais mis les pieds ici auparavant.

Comme tout autre réponse, Konohan attrape le linge à essuyer et prend la première assiette lavée par Samuel. Un instant plus tard, il reçoit une éclaboussure d’eau sur la manche.

Konohan
Miam. Merci.

Samuel s’essuie avec la serviette à main, ce qui laisse un résultat loin d’être glorieux. Konohan continue sa tâche comme si de rien n’était. La sensation était particulièrement désagréable, mais il avait encore plus la flemme de régler l’incident.

Quelques morceaux de vaisselles passent d’une main à l’autre avant que Samuel ne prenne la parole.

Samuel
Désolé… vous auriez sûrement préféré vous retrouvez seul avec vos parents pour un repas en famille...

Konohan
Sincèrement, oui. Ton air de chien battu me tape sur les nefs.

Sa voix était sec et tranchante, mais aussi extrêmement calme. Il suit du regard le visage de Samuel pour observer l’impact de ses paroles sur lui.

Konohan
… mais je suis content de voir ma mère aussi heureuse, alors je te déteste pas trop encore… disons à 55%.
Konohan ouvre une porte d’armoire, découvre deux boites de céréales, un sac de pâtes et une boite de conserve. Il referme la porte et s’en prend à celle d’à côté.

‘Bingo’’

Konohan emplie les assiettes propres sur leur consœur.

Konohan
Mais très honnêtement, je comprends pas. Sérieux, je comprend pas pourquoi m’a mère t’a choisie toi. Rien que comme ça.

Konohan jauge Samuel de la tête au pied comme si ces yeux étaient un rayon X qu’il passerait tout le long de son corps.

Konohan
À première vue, t’a rien de spécial. Après t’avoir entendu parler au souper, je me dis que t’es encore pire que ce que je pensais.

Konohan s’approche de Samuel. Ils ne sont plus qu’à deux pieds de distances.

Konohan
Franchement, explique-moi. J’aimerais comprendre. T’es qui au juste ? tu fais quoi dans la vie à part être un serveur à l’air de chien battue ? t’habite ou ? tu fais quoi de tes pourboires ? tu sors dans les bars ou tu fumes comme une cheminée ?

Les yeux de Konohan font un allez-retour entre le visage de Samuel et la cicatrice sur son bras.

Konohan
T’es un dealer raté ou juste sado-maso ?

Konohan regarde Samuel droit dans les yeux. Il reste complètement immobile. Il attend une réponse claire et précise.

Puis soudain, il se redresse avec un regard sadique.

Konohan
Attends. Finalement, ne répond pas tout de suite. J'ai une idée de jeu... Vérité, conséquence ou action ?

''S'il prend action, c'est vraiment une fillette''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 84
date d'inscription : 19/07/2014
avatar : Tyler Posey
crédits : VENDETTA. & tumblr
pseudo : G.

métier : prostitué au La rose rouge
statut : célibataire
les péchés mignons : le sport, faire du sport me fait du bien, les hommes, un bon plat bien chaud et fait maison

MessageSujet: Re: L'intrus - Konochan   Mer 6 Aoû - 2:03

J’avoue que je m’attendais pas à ce genre de réponse, je pensais qu’il était souvent, venu, mais je me trompais peut-être que ses parents avaient emménager là il y a peu puis je m’excusait de sa présence et sa réponse franche et blessante, me fit détourner le regard me concentrant plutôt sur la vaisselle, préférant ne rien répondre à celui-ci. Je fus un peu surpris par la suite, mais encore une fois, je préférais ne rien dire, à vrai dire il m’intimidait, je ne savais pas trop comment m’y prendre avec lui, mais je pouvais comprendre. Il ne devait pas aimer qu’un étranger débarque chez ses parents et prennent toute l’attention…

On peut dire que je m’en prenais plein la gueule… ça ne le regardais pas, je ne me voyais pas parler à lui de ma vie, il se foutait complètement de moi, il cherchais juste à me rabaisser, comme tout le monde l’avais fait, comme mes parents adoptifs… je m’essuyai les mains avec le linge à main et répondis… « J’en sais rien… j’ai rien demandé, je n’ai pas osé refusé son aide… en fait j’ai refusé, mais elle m’a pas trop laissé le choix… mais je suis mieux de parti… » Je pouvais pas lui parler, répondre à ses questions, je fini rapidement de lavé les dernières assiettes m’assurant de bien le faire quand même et je les mis pour qu’il les essuie pour rapidement prendre la direction de la chambre où sa mère m’avait installé pour retirer rapidement mon t-shirt et en mettre un sec, j’avais pas fermé la porte, si quelqu’un était passé il aurait vu l’état de mon corps, mais je mis mes trucs mon t-shirt salle dans mon sac pour l’enfiler rapidement… Je passais rapidement dans la salle à manger.. « Merci pour tout… mais je vais y aller… » Je laissais pas le temps à cette gentille femme d’argumenter, fallait que je parte rapidement sinon j’allais pas m’en sortir sans m’expliquer sans dire la vérité sur ma vie.

Je ne laissais pas le temps à un membre de la famille de m’arrêter et sortit de la maison, me mis à avancer, rapidement afin de partir de là… J’avançai dans la rue, les mains dans les poches, sans me retourner, ils étaient mieux en famille, sans moi pour venir tout gâcher, j’étais pas fais pour la vie de famille, j’allais en direction du parc pas loin, lui où la mère de celui-ci m’avait trouvé le matin et je m’installai afin de passer le nuit là pour voir ensuite ce que j’allais faire par la suite… déposant mon sac contre l’arbre, je m’assis et sortit mon téléphone portable pour passer le temps en attendant, c’était aussi pour mon travail, savoir quand j’avais des clients… car non j’étais pas un serveur mais un prostitué… Je ramenais une jambe contre moi alors que j’entendis du bruit derrière moi… un homme, c’était pas Konochan j’en était sur, ni son père… Un client, merde, il faisait quoi là lui.. « Hey mon mignon, t’as envie de te faire de l’argent se soir ? » Le regardant un instant je répondis… « Non pas se soir… seulement à La Rose Rouge… pas ici, laissez-moi… vous avez juste à prendre rendez-vous demain soir… » Seulement, je me retrouvais plaqué contre le tronc de l’arbre… « Allez laisse-toi faire… » Je me débattais, je voulais pas faire ça… pas là, je détestais déjà mon métier pas question que je le fasse tout le temps… « Lâchez moi.. » Il commençait à me retirer mon t-shirt, le jetant au sol... il me parlait, mais c’est comme si je n’entendais plus rien… je voulais juste qu’il me lâche…

_________________

incapable de t'oublier, j'ai besoin de toi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Funny Game.

messages : 188
date d'inscription : 19/05/2014
avatar : Joseph Morgan
crédits : Shiya3
pseudo : Chop Suey

métier : Freelancer - Actionnaire chez Rose Rouge
statut : Asexuelle
les péchés mignons : Mettre la bonne musique au bon moment, Manger des Boccocini, Avoir le sentiment océanique

MessageSujet: Re: L'intrus - Konochan   Mer 6 Aoû - 3:27

Konohan est debout face à l'évier. Son visage est de marbre, presque froid. Son regard est concentré droit sur les gestes de ses mains. Soudain, on entend au loin une porte qui claque. Quelques instants plus tard, sa mère entre dans la cuisine, suivie de près par son père.

Anna
Tout va bien Kono ? dis-moi, qu’est ce qui s’est passé avec lui ?

Konohan
Je m’excuse maman. J’ai fait mon possible, mais j’ai jamais été très bon dans ce genre de trucs.

Konstantin
C’est sûrement mieux ainsi. Il ne se sentait clairement pas bien ici.
(se tournant vers sa femme qu’il prend dans ses bras)
Tu as été très généreuse ce soir. Je suis fier de toi mon amour..
Konstantin embrasse sa femme avec tendresse.

Konohan
(à la blague)
C’est bon hein, dites-le moi si je vous dérange.

Les trois membres de la famille se font un gros câlin. Chacun affiche un petit sourire, remerciant intérieurement le ciel d’être heureux, d’être ensemble et d’avoir un bon toit sur la tête. Anna finit par lever la tête et se détacher légèrement des deux hommes de sa vie. Son visage est émotif.

Anna
Bon, je vais prendre une douche et me démaquiller.

Konstantin
Je vais voir ce qu’il y a de bon à la télé.

Anna
Je vous rejoins tantôt mes amours.

Anna monte à l’étage tandis que Konstantin s’installe au divan du salon. Il pose ses pieds sur la table basse devant lui et les retire presque aussitôt sous les indications lointaines de sa femme. Il se contente alors d’allumer le téléviseur et commence à zapper. Il s’arrête sur une émission de chasse et pêche. Konohan le rejoint et fixe l’écran quelques instants en demeurant debout derrière le sofa.

Konohan
C’est bon si je vais m’aérer l’esprit un peu ? je vous rejoins bientôt. On pourra écouter la télévision tous ensemble.

Konstantin
Bien sûr mon fils. Fais attention dehors, et sort de la lune un peu !

Konohan
T’inquiète papa.

Dumskaya / Quartier résidentiel – 21h02

Konohan marche nonchalement au centre de la rue. En plein milieu de la semaine à une heure pareil, il n’y a plus beaucoup d’âme qui vive à l’extérieur. L’obscurité a commencé à tomber, jettant un voile bleu foncé sur le décor. Tout est calme. Seul le bruit des criquets et d’une voiture lointaine viennent briser le silence. Konohan donne un coup de pied à une roche et qui fait plusieurs tours sur elle-même avant d'heurter la bordure du troittoire des dizaines de mètres plus loin.

‘‘Quel mouchard ce Sam quand même. Je sais pas pourquoi, mais j’aime pas la gueule de ce type’’

‘‘Arrête de parler comme ça, t’as l’air d’une ado en plein symptôme pré-menstruel’’

‘‘Va ch*er Igor’’

‘‘Merci. Je sais que tu te détestes en ce moment. Dis toi que c’est réciproque. Je te déteste aussi’’


Soudain, Konohan aperçoit au loin deux personnages dans ce qui semble être un carré de parc. Leur silhouette ne sont pas discernable en raison de la pénombre créée par le lampadaire et la noirceur de la nuit tombante. Cependant, à voir le mouvement de leur ombre, on devine que leur relation n’est pas très amicale. Au fur et à mesure que Konohan s’approche de la scène, on entend des bribes de conversation.

Inconnu victime
… seulement à La Rose Rouge… pas ici, laissez-moi… vous avez juste à prendre rendez-vous demain soir…

Konohan reconnaît aussitôt la voix de Samuel. Il accélère le pas, tout en demeurant discret pour qu’aucun des deux protagonistes de puissent entendre son arrivée. C’était un truc qu’il avait appris du temps qu’il travaillait pour Tchernienko. Même la victime ne doit pas percevoir ton arrivée, car l’agresseur pourra tout lire dans ses yeux.

Inconnu agresseur
Allez, laisse-toi faire.

L’agresseur plaque Samuel contre un tronc d’arbre pour l’empêcher de bouger. Il lui retire rapidement son chandail puis ramène ses mains au niveau de ses pantalons. Konohan analyse rapidement l’état de l’agresseur.

‘‘Je peux m’en faire qu’une bouchée’’

D’un coup, Konohan bondit à côté des deux protagonistes et décroche un puissant crochet dans la mâchoire de l’agresseur. Ce dernier tombe à la renverse en se prennant la mâchoire avec ses mains. Son visage est maintenant éclairé par la lumière du lampadaire à proximité. Konohan le reconnaît tout de suite pour l’avoir croisé plusieurs fois à la Rose Rouge. C’était un client régulier et selon les rumeurs, il n’était pas très jovial avec ses jouets.

D’un coup, Konohan sent son sang bouillir. Des éclairs commencent à s’élancer dans son cœur. Toute l’amertume et la colère qu’il avait accumulé ces derniers jours – tout particulièrement au cours des dernières heures  -  refont surface. Sans hésiter, il se jette sur l’homme et commence et lui asséner plusieurs coups de poing dans le ventre et au visage. Un craquement se fait entendre. Il venait probablement de lui casser le nez. L’homme pousse des plaintes de douleurs avant de s’étouffer avec son sang et sa salive. Au bout d’une bonne douzaine de coups, Konohan se relève. Son cœur bat vite, mais seulement d'excitation et de contentement. Plutôt que de se sentir essouflé, il a plutôt la sensation d’une énergie nouvelle circulant partout à travers son corps.

Konohan
T’aime ça avoir du fun ? Tin, en voilà pour ton argent.
Konohan assène un violent coup de pied dans l’entre-jambe de l’homme. Ce dernier pousse une plainte étouffé. Il sanglote. Konohan sourit de plus belle. Après avoir replacé sa chemise et son veston comme si de rien n’était, il se tourne vers Samuel.

Konohan
Ça va ? t’es correct ?

Konohan s’approche de lui. Ses yeux se baissent sur les nombreuses cicatrices parcourant l’ensemble de sa peau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 84
date d'inscription : 19/07/2014
avatar : Tyler Posey
crédits : VENDETTA. & tumblr
pseudo : G.

métier : prostitué au La rose rouge
statut : célibataire
les péchés mignons : le sport, faire du sport me fait du bien, les hommes, un bon plat bien chaud et fait maison

MessageSujet: Re: L'intrus - Konochan   Mer 6 Aoû - 3:57

Je m'attendais pas trop à voir quelqu'un débarquer, j'avais tenté de me débattre, mais rien a faire, au moment où l'homme vient m'aider je m'étais dis que j'étais peut-être mieux de le leiasser aire pour qu'il me foute la paix ensuite. Je ne pensais pas que Kono me viendrait en aide, surtout vu la façon dont il m'avait parler, je regardais sans vraiment comprendre ce qui se passait sous mes yeux alors que le jeune home mettait une paté à l'autre qui avait tenté de me violer, du moins de coucher avec moi, on peut vraiment parler de viol vu le métier que je fais ? De toute façon je n'aurais pas porter plainte, aller à la police... ça jamais ! Je finis par voir Konochan se retourner vers moi, toujours torse nu, sous l'action j'avais pas pensé me rhabiller. Je voyais son regard descendre le long de mon torse, même un amateur de sado-maso comme il disait, ne se laisserait pas faire autant... je n'étais pas du genre a aimer me faire frapper, je n'avais jamais été assez fort ado pour me défendre face à mon père adoptif. Je me penchai pour prendre mon t-shirt, dévoilant un peu mon dos qui était pire que tout... j'avais des cicatrices sur le torse, mais c'était rien à comparé a moi dos montrant les années de maltraitances dont j'avais été victime par mon père adoptif. J'enfilai mon t-shirt pour ensuite lui répondre...

« Ça va.. merci... »

Le regardant un instant alors que je me sentais mal à l'aise, je repris parole... « Désolé d'avoir gâché ta soirée... ce n'était pas mon intention, les souper de famille... j'ai jamais vraiment été habitué à ça, je sais pas trop ce qu'on est censé dire.. ou faire... en tous cas tu as eu les réponse que tu voulais du moins une... ce que je fais dans la vie. enfin... merci encore de ton aide... » Il avait du entendre toute la conversation enfin conversation, ce que j'avais dis à l'autre. D'ailleurs s'il avait entendu, pourquoi il était intervenu, après tout c'est pas comme si j'étais important, si me faire agresser en plein parc allait changer quelque chose dans sa vie, il aurait pu continuer son chemin...J'avais vraiment du mal à le cerner, à comprendre quel genre de personne il était, il me traitait comme un moins que rien, le dernier des crétins chez lui et ici il m'aidait? Enfin, avant qu'il change d'avis et décide que finalement lui pourrait profiter de moi, j'étais mieux de partir. Je me penchai pour prendre mon sac, fallait que je me trouve un autre endroit où passé la nuit, le parc n'était pas la meilleure idée, mais une chose était sur, je pouvais pas retourner chez la famille de celui-ci... je ne serais pas capable de regarder le père ou la mère de celui-ci dans les yeux sans avoir honte.

Je mis mon sac sur mon dos, reste à trouver où j'allais dormir, par chance, il ne pleuvait plus depuis plusieurs heures, l'orage qui devait avoir lui n'avait pas duré très longtemps. Je risquais de devoir dormir dans un coin mouillé, mais ça ne serait pas la première fois. J'enfonçai mes mains dans les poches de mon jeans et commençai à partir, pourquoi m'éterniser? De toute façon, chez lui il m'avait fait comprendre qu'il ne voulait pas de ma présence dans sa vie, que mon expression de chien battu il était pas capable... chien battu c'est ce que j'étais en fait, pas un chien, mais battus. Je ne m'attendais pas vraiment à ce qu'il m'arrête, qu'il me retienne afin de me parler ou me proposer de dormir sous un toit, au chaud. Je ne pensais pas le revoir un jjour, c'était peut-être mieux... Je m'étais éloigné de quelques pas, continuant de marcher toujours en train de penser aux endroits où j'avais déjà dormi et depuis combien de temps afin de savoir où je pourrais retourner sans attirer l'attention.

_________________

incapable de t'oublier, j'ai besoin de toi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Funny Game.

messages : 188
date d'inscription : 19/05/2014
avatar : Joseph Morgan
crédits : Shiya3
pseudo : Chop Suey

métier : Freelancer - Actionnaire chez Rose Rouge
statut : Asexuelle
les péchés mignons : Mettre la bonne musique au bon moment, Manger des Boccocini, Avoir le sentiment océanique

MessageSujet: Re: L'intrus - Konochan   Jeu 14 Aoû - 13:46

Bien qu’il ne semble pas en accord avec la réaction de Konohan, Samuel ne fait rien pour l’en empêcher. Il se contente de rester et de le regarder faire.

‘‘Quelle poule mouillée se type quand même’’

‘‘Ouais, même pas capable de s’assumer’’

‘‘Il se laisse traîner de gauche à droite… comme un chien en laisse’’


Une fois son travail finit, Konohan se retourne vers Samuel pour s’enquérir de son état. Il affirme bien aller. Konohan le considère de la tête au pied quelques instants; en considérant que l’état de bête effrayée puisse être son état normal, tout est effectivement en bon et due forme. Konohan pousse un soupire lorsque Samuel se confond en excuse.

‘‘Décidément, il a rien compris celui-là. Quel cancre’’

Néamoins, Konohan ne peut s’empêcher de sourire lorsque Samuel fait une allusion à son métier. Au final, Samuel ramasse son sac et part dans la direction inverse.

Konohan
Hey, t’a oublié de t’excuser de respirer.
Il lance ses dernières paroles à la blague, comme un enfant de 12 ans le ferait à un autre de 6 ans à qui il viendrait de voler ses bonbons. Samuel ne dit rien, continuant sa route avec la tête toujours dans les limbes. Konohan regarde la silhouette de Samuel diminuer au fur et à mesure qu’il quitte le parc. Il songe un instant à le suivre, mais il se sent lasse. Il n’a pas envie de continuer à jouer avec lui. Faire peur à quelqu’un qui est déjà effrayé, ce n’est pas aussi amusant.

‘‘Il a eut une enfance de merde qui le laisse aujourd’hui seul et sans repère… argh, des gens comme cela, ça m’énerve. P*tain, mais pourquoi il fait rien ? pourquoi il se donne pas un coup de pied au cul pour se forcer à se lever et à sa battre pour améliorer son sort’’

‘‘Peut-être que c’est déjà ce qu’il fait ?’’

‘‘Ouais ben ça parait pas vraiment…. Je veux dire, ça peut être des choses aussi simple que d’être aimable avec les personnes aimables ou d’apprendre à se battre contre les minables de La Rose Rouge…. Argh, c’est vraiment qu’un feignard lui’’.


Konohan donne un coup de pied dans un caillou à proximité. Ce dernier est expulsé loin devant jusqu’à heurter le support d’un banc de parc. Un jour, peut-être pas aujourd’hui, mais un moment donné, il allait retrouver ce chien battu pour lui montrer comment on joue dans la cours des grands…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'intrus - Konochan   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'intrus - Konochan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» les intrus
» Un intrus dans mes parterres de fleurs
» Jeu de l'intrus
» Un intrus dans la fourmilière ? [Alex]
» Un intrus sur nos terres ! Au combat ! (PV Tornade d'Azur)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
blurred lines :: SAINT-PETERSBOURG :: DUMSKAYA :: HOME-