AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 We'll wish this never ends. (Adrian&Nastasya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: Re: We'll wish this never ends. (Adrian&Nastasya)   Sam 7 Juin - 22:13

Sa manière de réagir, et surtout de lui répondre, charmait de plus en plus Adrian. Nastasya parvenait toujours à trouver un moyen de le coincer. Elle le connaissait pas mal finalement, du moins, elle en savait suffisamment sur ses faiblesses pour en user et en abuser. Elle savait très bien, par exemple, qu’il ne pouvait pas lui résister, encore moins lorsqu’elle se mettait à l’embrasser de cette manière. Adrian était vraiment un faible ! Du coup, pour tenter de récupérer son short, il n’employa pas la manière forte. S’il l’avait vraiment voulu, il aurait pu attraper la jeune femme, afin de lui reprendre son maillot de bain de force, contre son gré. Mais non. La méthode de la ruse le tentait bien plus : il souhaitait voir Nastasya en personne lui rendre son short. Un coup de bluff plus tard, il parvint donc à son but. Ca avait été plus facile qu’il ne l’avait pensé finalement. « T’inquiètes pas, je ne suis pas branché couguars. » Adrian remonta donc son short jusqu’à ses hanches, avant de soupirer d’un air taquin : « En fait, la baignade nu, c’était pas si mal. Mais si je retrouve l’Adrianator ridé ou fripé à cause du chlore de la piscine, je te traînerai en justice, je te préviens. » Le plus drôle, c’était que si jamais il lui arrivait quelque chose au niveau de ses parties génitales –enlève le ‘t’-, la plus déçue serait probablement Nastasya. Cette dernière décida de passer à tout autre chose : elle proposait qu’ils aillent manger quelque chose. Maintenant qu’elle en parlait, Adrian réalisa qu’il avait faim. Et ce n’était certainement pas lui qui déclinerait une telle proposition ! Il ouvrit la bouche, pour répondre, mais Nastasya le devança. Il haussa un sourcil, assez amusé pour le coup : « C’est quoi ce cliché ? Je connais pas mal de nanas qui mangent tout autant que les mecs ! Voir même parfois plus. » M’enfin, pour son cas à lui, la blonde avait visé juste : il était réellement un ventre sur pattes. Et encore, elle n’avait rien vu : l’autre soir, s’il avait pu, il se serait enfilé trois pizzas ! Du moins, c’était la dose qu’il engloutissait lorsqu’il se faisait des pizzas party tout seul. Après s’être assuré que son short ne glisserait pas, Adrian se hissa sur le rebord, avant de tendre la main à Nastasya. Une lueur joueuse défila dans ses yeux, mais il se ravisa finalement : « Promis, pas de coups fourrés. Je ne te pousserai pas. » Il lui offrit un sourire, et lorsqu’elle posa enfin sa main dans la sienne, il l’aida à se hisser, hors de la piscine. Après une petite marche, ils trouvèrent deux chaises longues sur lesquelles était posée une serviette. Adrian s’en empara, frottant le tissu agréablement réchauffé par le soleil contre sa peau. En quelques mouvements, il sécha son torse avant de s’installer sur la chaise plus que confortable, tout en se saisissant de la carte du snack-bar. « Bon, qu’est-ce qui te fait envie : sandwichs, frites, pâtes, salades… Ils sont sérieux ? Faut être fou pour commander de la salade ! Bouffe de lapin. » Une fois leurs choix faits, un serveur se présenta à eux. Un serveur qui se montrait peut-être un peu trop insistant vis-à-vis de Nastasya, au goût d’Adrian…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 196
date d'inscription : 05/05/2014
avatar : Dianna Agron.
crédits : Freckless soth and belzébuth.
pseudo : Laura.

métier : Prostituée à la Rose Rouge.
statut : Célibataire.
les péchés mignons : La peinture, le chocolat chaud et un client en particulier.

MessageSujet: Re: We'll wish this never ends. (Adrian&Nastasya)   Lun 9 Juin - 18:35


« C'est possible mais en ce qui te concerne, j'ai raison, je doute pouvoir te battre de ce côté là. » En fait, c'était même impossible. En même temps, il fallait avouer que Nastasya ne mangeait jamais une tonne de nourriture, n'ayant jamais besoin de beaucoup pour être rassasié. Alors à côté d'Adrian, forcément, elle ne faisait pas le poids. Elle se rapprocha du bord pour sortir du bassin, hésitant face à la main tendue du mécanicien. Il lui serait facile de la remettre à l'eau si elle prenait cette main et peut-être que ce serait un autre moyen pour lui de se venger après qu'elle ait pris son short de bain. « De toute façon, si tu fais ça, je t'entraîne avec moi. » Encore fallait-il qu'elle y arrive mais en supposant qu'elle garde sa main dans la sienne lorsqu'il la pousserait, elle pourrait y arriver. Finalement, elle s'empara de sa main afin de se hisser hors de la piscine sans être poussée à l'eau, heureusement. Ils allèrent jusque des transats et Nastasya se contenta de se passer un rapide coup de serviette sur le corps, consciente que de toute façon, avec cette chaleur, elle finira par sécher rapidement. Et puis à vrai dire, elle se sentait très bien comme ça. Elle s'installa sur le transat alors que Adrian commença à lui détailler rapidement le menu. « Qu'est-ce que t'as contre la salade ? C'est super bon je trouve. D'ailleurs, c'est ce que je vais prendre ! » Certes, c'était très simple comme plat mais la blonde adorait ça, surtout qu'il y avait de nombreuses recettes facile et rapide à faire ; autrement dit, l'ingrédient idéal pour elle qui n'aimait pas passer des heures à cuisiner ! Le serveur arriva et elle lui indiqua d'ailleurs la salade qu'elle voulait, demandant un simple verre d'eau avec. Alors qu'elle pensait qu'il se concentrerait sur Adrian pour passer à sa commande à lui, voilà qu'il se mettait à essayer de flirter, lui indiquant qu'il finissait son service dans trente minutes. Et qu'il adorerait prendre un verre avec elle. Si il agissait ainsi avec toutes les femmes qu'il voyait accompagné, il ne devait pas avoir un très bon pourboire par la suite ! « Je suis pas intéressée. Et je crois que mon copain aimerait beaucoup qu'on prenne sa commande. » déclara-t-elle alors. La russe ignorait si le terme 'copain' était exact pour décrire cette relation qu'elle avait avec Adrian mais Nastasya savait qu'ainsi, le serveur arrêterait d'essayer de flirter avec elle. D'ailleurs, cela ne manqua pas ; il se tourna vers le mécanicien et lui prit sa commande avant de détaler, ce qui fit rire la blonde. « Je crois qu'il a eu peur de toi. » En même temps, Adrian avait une carrure bien plus imposante que celle du serveur en question alors il y avait de quoi ne pas être très rassuré. Un coup d’œil à Adrian suffit à ce qu'elle comprenne que lui n'avait sans doute pas trouvé ça aussi drôle qu'elle. Elle tendit sa main vers le transat d'Adrian pour prendre la sienne, caressant la paume de sa main à l'aide de son pouce, comme pour l'apaiser un peu. « Relax, il a compris le message. » Elle avait tout de même été suffisamment claire, du moins c'était ce qu'elle pensait. Lorsque le serveur revint quelques instants plus tard, il n'adressa pas un regard au mécanicien et se contenta de leur déposer leur plats avant de repartir aussi vite. Nastasya se redressa pour boire quelques gorgées d'eau avant de s'emparer de la serviette en papier pour essuyer ses mains avant de remarquer le numéro de téléphone écrit dessus. Abasourdie qu'il ait tout de même osé le lui donner après ce qu'elle avait dit, elle tourna la tête vers Adrian tout en lui montrant la serviette. « On est sans doute tomber sur un serveur suicidaire, je pense... » Du moins c'était la seule explication qui lui venait.


_________________
Feel like home.

I think i've walked too close to love and now i'm falling in. There's so many things this weary soul can't take. Maybe you just caught me by surprise the first time that i looked into your eyes.©️ belzébuth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: We'll wish this never ends. (Adrian&Nastasya)   Lun 9 Juin - 19:37

Au simple mot ‘salade’, Adrian se mit à grimacer. « T’es pas sérieuse ? Ca n’a aucun goût la salade ! C’est rien que de l’herbe. » Tout d’un coup, taquin, il changea d’expression afin d’adopter une mine désolée, voir navrée : « Oh pardon, j’avais oublié que c’était dans ta nature, de brouter de l’herbe, ma vache. » Un sourire mi-moqueur, mi-amusé vint alors étirer ses lèvres, tandis qu’il la comparait sans remords à une bovine. Suicidaire ? Peut-être un peu ! Dans tous les cas, il plaisantait. Et puis, si Nastasya était réellement une vache, Adrian serait le premier à vouloir être son taureau. Enfin son bœuf… Enfin, peu importe. Le russe ne fit pas le malin bien longtemps puisque les choses se gâtèrent dès que cet abruti de serveur arriva. Il représentait plus ou moins la petite mouche écrasée sur le pare-brise parfait qu’était la vie d’Adrian, à ce moment-là. Clairement, il faisait tâche. Plus il ouvrait la bouche pour parler, plus le mécanicien ressentait l’envie d’y envoyer une bonne droite bien puissante, guidée par de l’élan. Il tentait de se contrôler et de se maîtriser, bien que là, ça lui demandait beaucoup trop d’efforts. Il en avait suffisamment fourni depuis le début de cette journée. Ses nerfs n’allaient pas tarder à lâcher ; heureusement, Nastasya prit la parole. Et la seule chose qu’Adrian retint de sa réplique cinglante fut l’appellation ‘copain’. Bien sûr, ça le rendait heureux. Disons même qu’il aurait presque jubilé, s’il n’y avait pas eu la présence de ce foutu serveur, qui lui rappelait à quel point il avait pu être jaloux. « Deux double cheeseburgers, avec frites. Et une bière, frappée. » L’impolitesse ne faisait en général pas partie des principes d’Adrian. Mais il l’avait tellement mauvaise après ce mec, qu’il en venait à négliger les normes de société. Nastasya dut le ressentir, puisque sitôt le serveur parti, elle glissa sa main dans la sienne. Elle était adorable, à vouloir le détendre, mais là, Adrian était bien trop énervé pour percevoir quoique ce soit de positif. « Je suis calme là ! Lâche-moi un peu. » répondit-il avec brusquerie, en haussant légèrement le ton. Il dégagea d’ailleurs sa main de la sienne d’un geste peu délicat, bien qu’en réalité, il ne souhaitait qu’une seule chose : aller tout contre Nastasya pour prendre possession de son corps. Pour lui rappeler qu’elle était sienne… selon lui. Il réagissait comme un véritable con, alors que la pauvre ne lui avait rien fait, bien au contraire. Jaloux et possessif cependant, Staklar se sentait sérieusement menacé par ce serveur bien téméraire. « Apparemment, il me cherche. Et c’est son jour de chance, puisqu’il m’a trouvé. » lança Adrian d’un ton franchement menaçant, tout en se saisissant de ce mouchoir sur lequel figurait un numéro de téléphone. Sans se presser, il se dirigea vers son rival qui s’affairait au comptoir du bar, et une fois à sa hauteur, il se saisit de son col pour le plaquer de toutes ses forces contre le mur. « Je crois qu’il y’a quelque chose que tu ne piges pas, mon pote. » Son sourire, tout comme son ton, transpiraient l’ironie. Il pouvait lire dans les yeux de ce serveur la même peur habituelle qui saisissait en général les clients endettés. Conscient d’être dans un lieu public, Adrian ne se contenta que d’un robuste coup de poing porté à son estomac, qui le fit se plier en deux. Le serveur gémit de douleur, et le mécanicien en profita pour glisser le mouchoir dans la bouche ouverte de son adversaire. « Elle n’est pas intéressée. » Une voix dans sa tête lui intimait de continuer, de le torturer, de se montrer bien plus violent que ça. Mais une autre voix, plus sage apparemment, lui rappelait que Nastasya ne se trouvait pas loin. Prenant sur lui, il abandonna donc le serveur, pour aller rejoindre la blondinette, se préparant mentalement à une confrontation, peut-être, avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 196
date d'inscription : 05/05/2014
avatar : Dianna Agron.
crédits : Freckless soth and belzébuth.
pseudo : Laura.

métier : Prostituée à la Rose Rouge.
statut : Célibataire.
les péchés mignons : La peinture, le chocolat chaud et un client en particulier.

MessageSujet: Re: We'll wish this never ends. (Adrian&Nastasya)   Lun 9 Juin - 23:11


« T'appelles ça être calme toi ? » lança Nastasya, agacée par la façon dont il lui avait parlé et dont il l'avait repoussé. Elle ne comprenait pas pourquoi il s'énervait contre elle alors qu'elle n'avait rien fait d'autre que repousser le serveur en se montrant claire sur ses envies et sa situation. Certes, à sa place, elle n'aurait pas apprécié non plus, mais de là à réagir de la sorte.. Elle se contenta de croiser ses bras sur sa poitrine en attendant l'arrivée de leurs plats tout en restant silencieuse. Silence qu'elle ne put maintenir en voyant que le type avait osé inscrire son numéro de téléphone sur une serviette en papier. Et lorsqu'elle vit la réaction d'Adrian, la blonde se dit qu'elle aurait mieux fait de se taire et de jeter la serviette sans lui en parler. « Mais arrête, ça sert à rien ! » Trop tard. Le mécanicien était déjà parti en direction du bar. Et elle se doutait que même si elle le suivait pour essayer de l'arrêter, ça ne marcherait pas. Sa première tentative pour le calmer avait été un échec et elle n'avait pas vraiment envie de recommencer. Nastasya le suivit du regard et le vit plaquer le serveur contre un mur. Elle détourna le regard, n'ayant pas besoin de voir la suite pour comprendre que c'était mauvais pour l'homme. Ce qui l'énerva, à vrai dire. Lorsque Adrian revint vers elle, elle se leva d'un coup, serrant les poings. « C'est quoi ton problème ? » Et dire que quelques minutes plus tôt, tout allait parfaitement bien, la russe se sentant mieux que jamais. Jamais elle n'aurait alors imaginé qu'en allant manger, les choses déraperaient ainsi. Autrement, elle y aurait sans doute réfléchi à deux fois. « T'avais pas besoin de t'en prendre à lui comme ça, j'avais pas l'intention de le rappeler ! » Elle était d'accord pour dire que le type avait dépassé les bornes mais il n'avait sans doute pas mérité ça. D'autant plus qu'il aurait suffit qu'elle jette la serviette avant de partir et elle n'aurait probablement plus jamais croisé cet homme de sa vie. Mais apparemment, Adrian avait été trop énervé pour le comprendre. « T'as l'intention de t'en prendre à tous les types qui vont me draguer, peut-être ? Tu feras comment avec mes clients au juste ? » Et voilà qu'elle mettait son métier sur le tapis alors que plus tôt, Nastasya osait à peine en parler étant donné qu'il s'agissait d'un sujet sensible. Mais là, en voyant sa réaction face à un type qu'elle avait ouvertement repoussé, elle se demandait comment Adrian allait pouvoir gérer le fait qu'elle coucherait avec d'autres hommes pour de l'argent. Elle croisa ses bras sur sa poitrine, son agacement était loin de diminuer depuis qu'Adrian était revenu. « Et arrête de t'énerver contre moi lorsque quelque chose va pas. On est pas à la Rose Rouge alors je suis pas obligée de subir tes sautes d'humeur et je suis pas là pour te servir de défouloir. » dit-elle tout en se remémorant cette soirée qu'elle aurait préféré oublier. La blonde ne réfléchissait pas vraiment à ce qu'elle disait, se contentant de dire ce qu'il lui passait par la tête sur le coup de l'énervement. Nastasya ne savait pas comment Adrian réagirait mais pour le moment, ça lui était égal.

_________________
Feel like home.

I think i've walked too close to love and now i'm falling in. There's so many things this weary soul can't take. Maybe you just caught me by surprise the first time that i looked into your eyes.©️ belzébuth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: We'll wish this never ends. (Adrian&Nastasya)   Mar 10 Juin - 9:58

Il faut croire que la jalousie abrutissait Adrian. Sur ce coup-là, il avait été incapable de rester calme. Le feu qui bouillonnait en lui l’avait poussé jusqu’à ce serveur, qui s’en tira plutôt bien pour le coup, compte tenu de ce que le mafieux était réellement capable de faire. Il s’était simplement souvenu du fait que Nastasya patientait non loin, et qu’en plus, il se trouvait dans un lieu public, au lieu du coin d’une ruelle sombre. Alors, Adrian retourna sur ses pas, laissant derrière lui un serveur au souffle coupé, à cause de la rudesse du coup de poing qu’il s’était pris en plein estomac. Nastasya l’attendait, debout près de leurs transats, bien droite et poings serrés. Aie. Elle était sérieusement énervée. Allez savoir pourquoi, le jeune homme la trouvait terriblement sexy, là, sur le moment présent. A tel point qu’il écouta à peine ses paroles. N’empêche, ils n’avaient pas tenu ensemble vingt minutes, sans se disputer. Ils avaient pourtant mis les choses au clair entre eux, ce qui aurait dû laisser présager quelque chose de positif pour leur relation. Mais non. Adrian venait de tout gâcher, comme d’habitude, à cause d’une sale jalousie et d’une possessivité maladive. « Arrête de défendre la cause de ce type, il l’a mérité, c’est tout. » répliqua-t-il, agacé qu’elle se préoccupe de l’autre bouffon. Il aurait tant préféré qu’elle s’adresse à lui : qu’elle lui demande s’il n’avait pas mal au poing, ou s’il allait mieux, de sa voix douce. Vu comme il l’avait repoussée la première fois qu’elle avait tenté de le calmer, c’était peu probable que Nastasya ose une nouvelle approche. Au contraire, elle jetait de l’huile sur le feu, comme pour envenimer les choses. Oui, il savait qu’elle était prostituée. Mais le fait qu’elle lui jette les mots à la figure, de cette façon, en personne, donnait de la réalité à la situation. Jusque-là, Adrian était passé au dessus de ça, déterminé et motivé : il était prêt à faire des efforts pour elle. Tant qu’elle restait avec lui, il ne réalisait pas vraiment ce que tout cela signifiait vraiment. Mais elle n’avait pas tort : s’il était incapable de supporter qu’un simple serveur la drague, comment ferait-il pour supporter sa prostitution ? « Je les attendrais tous, un par un, à la sortie de la Rose Rouge. » répondit Adrian, tout en plongeant un regard menaçant dans le sien. Il était sérieux, capable d’une telle chose. Certes, sur ce coup-là, il avait eu affaire à un minet incapable de se défendre. Il rencontrerait sûrement des adversaires de taille, des gens qui le démonteraient en retour, mais il n’avait pas peur pour lui. Du moins, si c’était par jalousie, il n’éprouvait pas la moindre frayeur, mais au contraire, une certaine détermination. En parlant de saute d’humeur, Adrian lui coupa brusquement la parole, prenant en main son visage de poupée. Ses doigts appuyèrent sur ses joues, ce qui lui fit faire une grimace de poisson. Le mécanicien en profita pour déposer un baiser sur ses lèvres, comme si c’était naturel de l’embrasser en pleine dispute. Il en avait eu envie. Il l’avait donc fait, tout simplement. Peu importe qu’elle soit en colère ou non. « T’es pas mon défouloir. » conclut-il simplement, avant de relâcher son visage. En quelque sorte, si, elle l’était, mais ça restait positif : elle l’aidait à évacuer lorsque ça n’allait pas. Elle le réparait lorsqu’il se sentait brisé. Mais là, de la bouche de Nastasya, ça sonnait comme un reproche. Et bizarrement, ces mots-là réussirent à blesser Adrian. C’était comme si elle lui disait ouvertement qu’il était un client qu’elle ne désirait pas. Il eut du mal à encaisser ce coup-là, et son regard le lui prouva : comme s’il était désarmé, une fois de plus. Sans rien ajouter, il la contourna, pour retrouver son transat. Il s’y installa, et commença l’un de ses hamburgers qui commençaient à refroidir. Soit la nourriture était infecte, soit Adrian avait un réel problème : en effet, il avait un goût bien amer dans la bouche. Probablement celui de la déception, ou peut-être celui de la tristesse. En tout les cas, c’était pas bon du tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 196
date d'inscription : 05/05/2014
avatar : Dianna Agron.
crédits : Freckless soth and belzébuth.
pseudo : Laura.

métier : Prostituée à la Rose Rouge.
statut : Célibataire.
les péchés mignons : La peinture, le chocolat chaud et un client en particulier.

MessageSujet: Re: We'll wish this never ends. (Adrian&Nastasya)   Mer 11 Juin - 21:31


A vrai dire, ce n'était pas vraiment le serveur qu'elle défendait mais plus l'acte en lui même que Nastasya ne cautionnait pas. Elle n'avait jamais apprécié la violence alors autant dire que voir Adrian l'utilisait ainsi, alors même que cela aurait pu être évité, était loin de lui plaire. Tout comme cette phrase sur les clients qu'il avait l'intention d'agresser. Elle espérait vraiment qu'il n'était pas sérieux et au fond, elle se rassurait en se disant qu'il lui serait impossible d'attendre chacun de ses clients à la sortie de la maison close. « Génial, c'est sûr que ça va régler tous nos problèmes tiens. » dit-elle en levant les yeux au ciel. A vrai dire, cette idée l'inquiétait aussi, sachant pertinemment que quand bien même Adrian était fort, on finirait forcément par lui rendre ses coups. Le baiser qu'il déposa sur ses lèvres alors même qu'ils étaient en train de se disputer ne fit qu'accroître l'agacement de la blonde. Ça l'énervait qu'il se mette à l'embrasser alors même qu'elle parlait, comme si ce qu'elle disait n'avait pas la moindre importance. Sauf qu'apparemment si, il l'avait écouté, ses mots semblant même l'avoir … blessé. Ce à quoi elle ne s'attendait pas. Malgré tout, ce n'était pas ce que Nastasya voulait, bien au contraire. Elle s'en voulait même, d'en être venue là. Elle resta immobile quelques secondes alors qu'Adrian était de nouveau parti vers les transats. La prostituée soupira, toujours vaguement agacée par la scène qui venait de se produire sous ses yeux, bien que son envie d'effacer le regard désemparé du mécanicien semblait bien plus fort. En effet, elle retourna s'asseoir, sans pour autant prêter attention à la nourriture. Elle n'avait plus vraiment faim de toute façon. « Mon frère a un cancer. » lâcha-t-elle finalement. Elle plaça une mèche de ses cheveux derrière son oreille pour poursuivre, n'ayant pas avoué ce qu'elle gardait pour elle et n'avait même jamais confié à qui que ce soit – en dehors d'Elora – pour rien. « C'est pour ça que .. je fais ça. Pas parce que j'avais envie de me faire du fric à claquer dans des fringues ou d'autres conneries. Et encore moins par plaisir. » En même temps, Nastasya doutait qu'on puisse faire ce métier par plaisir. Il y avait tout de même bien plus d'inconvénients que d'avantages, du moins à ses yeux. « J'aimerais bien arrêter, tu sais. J'aimerais bien avoir une vie normale et n'avoir que toi dans ma vie mais ça peut pas être le cas. Je me suis fait une raison et si t'as envie d'être avec moi, faut que tu t'en fasses une aussi. » Autrement, ça ne pourrait jamais marcher. Lui raconter pourquoi elle faisait ça et surtout, pourquoi elle ne pouvait pas arrêter comme ça, avait semblé une bonne idée sur le coup. La jeune femme se disait que peut-être, cela arrangerait les choses, qu'il comprendrait qu'elle n'appréciait pas ce temps passé avec tous ces hommes. Elle passa nerveusement une de ses mèches de cheveux derrière son oreille avant de conclure. « Alors peut-être que ces types peuvent s'offrir quelques heures de mon temps mais c'est tout ce qu'ils auront, contrairement à toi. Je suis avec toi par envie, pas par obligation. Alors ça vaut pas la peine de te torturer avec ça, Adrian. » C'était tout ce qu'elle avait à dire, tout ce qui lui était venu pour lui faire comprendre qu'il n'avait pas de raison d'être jaloux. Nastasya se doutait bien que ce n'était pas aussi simple.. Mais naïvement, elle espérait que cela suffise à tout arranger.

_________________
Feel like home.

I think i've walked too close to love and now i'm falling in. There's so many things this weary soul can't take. Maybe you just caught me by surprise the first time that i looked into your eyes.©️ belzébuth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: We'll wish this never ends. (Adrian&Nastasya)   Mer 11 Juin - 22:30

Ce baiser avait été le seul moyen qu’Adrian avait trouvé pour faire taire Nastasya. C’était une façon de lui dire ‘ferme ta gueule et arrête de me blesser avec tes mots’, en un peu plus gentil tout de même. Sa colère ne s’était pas réellement dissipée, ça n’avait donc pas été un baiser donné juste par pur plaisir ou par simple caprice. Pour éviter d’en faire, ou d’en dire plus, Adrian retourna vers les transats, où se trouvaient leurs plats auparavant abandonnés. Même si son estomac était noué et qu’il ressentait toujours cette envie de cogner, il comptait s’attaquer à sa nourriture. C’était un moyen de se consoler comme un autre, et surtout, le jeune homme était contre le gaspillage, bien conscient que certains tueraient pour se payer un hamburger comme il en avait commandé. S’il n’avait aucun scrupule à torturer et à tabasser des types, côté pauvreté et inégalités dans le monde, Adrian démontrait une grande part d’humanité quand même. Ce fut sur cette pensée qu’il se força à entamer son repas, avant d’être interrompu par Nastasya. Il porta une frite à sa bouche, sans lever le regard vers elle, avant de se figer brusquement. Pour le coup, elle lâchait une sacrée bombe. La prostitution, c’était pour son frère. Naturellement, Adrian la voyait à présent d’un tout autre œil. Elle était réellement courageuse. Et au final, elle méritait le meilleur. Elle n’avait certainement pas besoin d’un boulet comme Adrian, possessif et incapable de régler ses problèmes sans passer par la violence. « Même si j’aimerais que tu le fasses, je ne t’aurais jamais demandé d’arrêter la prostitution, quelle que soit la raison qui te pousse à en faire. » C’était la première chose qui lui était passée par la tête, spontanément. Même si l’idée que d’autres puissent poser leurs mains –et pire- sur le corps de Nastasya le répugnait, jamais il n’aurait osé lui demander d’arrêter. Si la blonde se mettait à lui dicter sa propre vie, il n’apprécierait pas. Il supposait donc que la réciproque était vraie. Ainsi, il préférait encore succomber à la jalousie plutôt que chercher à régler ce problème de manière plus… diplomate. « Mais tu dis ça comme si c’était facile… » reprit Adrian, d’un ton bien plus doux, et beaucoup moins agressif. Certes, il se doutait bien que la prostitution était une horreur. Mais être un proche d’une prostituée, détenteur d’un tel degré de jalousie en plus… c’était tout aussi dur. « Pourquoi tu ne vends pas tes tableaux plutôt ? Ca rapporte peut-être un peu moins mais… ça règlerait bien des choses, à côté. » Encore une fois, Adrian ne cherchait pas à contrôler sa vie. Il avait juste repensé à ces fameux tableaux, et il se disait qu’elle pouvait en tirer un bon prix. Nastasya était franchement douée, et le jeune homme aurait pu parier qu’avec quelques mois d’entraînement intensif, elle pourrait atteindre le niveau expert. « Tu aiderais ton frère grâce à ta passion. Tu n’aurais plus à lui mentir. Et… » Il hésita un instant, avant de finalement conclure : « Et ça me ferait moins chier. Même si je t’ai rencontrée par ce biais. » Une brusque rafale de vent dérangea les cheveux que Nastasya avait pris soin de ramener derrière ses oreilles, sûrement un tic traduisant sa nervosité. Cette fois, ce fut Adrian qui se leva pour placer lui-même ces quelques mèches derrière son oreille. C’était sa manière, implicite, de lui faire comprendre qu’il resterait là pour elle. Il n’approuvait toujours pas la prostitution, il ne parviendrait pas à se faire une raison à ce sujet, et tant pis si sa jalousie creusait un fossé entre Nastasya et lui. Il était sûr d’une chose : il ne voulait pas se détacher d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 196
date d'inscription : 05/05/2014
avatar : Dianna Agron.
crédits : Freckless soth and belzébuth.
pseudo : Laura.

métier : Prostituée à la Rose Rouge.
statut : Célibataire.
les péchés mignons : La peinture, le chocolat chaud et un client en particulier.

MessageSujet: Re: We'll wish this never ends. (Adrian&Nastasya)   Mer 11 Juin - 23:28


« Je sais que ça l'est pas.. » se contenta-t-elle de dire. Nastasya était consciente que cela ne se contrôlait pas, qu'il ne choisissait pas d'être aussi jaloux. Alors non, ça n'était pas facile mais ils savaient tous les deux qu'en se fréquentant, rien ne le serait. Et en ce qui concernait la solution proposée par Adrian, elle y avait déjà pensé, évidemment. Elle avait même essayé. Mais vendre ses tableaux à des prix intéressants n'était pas si facile non plus, malheureusement. Néanmoins, elle l'écouta jusqu'au bout. La blonde savait que si elle se contentait de peindre et de vendre ses tableaux pour gagner de l'argent, la plupart des problèmes qu'ils pourraient avoir seraient réglés. Et il y aurait probablement bien moins de disputes aussi. Sans omettre qu'elle n'aurait plus à faire un métier qu'elle n'aimait pas, qu'il s'agissait au contraire de ce qu'elle aimait le plus faire au monde. Sauf qu'elle savait que cela ne serait pas suffisant. « J'ai déjà essayé. Tu sais, il y a des tas d'artistes ayant autant de talent, voir plus même, que moi et qui tentent de se faire un nom. Alors se faire remarquer est pas si facile que ça. » Il fallait s'adresser aux bonnes personnes, celles qui avaient les bonnes relations pour la faire percer. Jusqu'à présent, Nastasya n'était pas vraiment tomber sur ce genre de personnes. Cela semblait même tout le contraire. « [color=#990000]Et lorsque t'es pas un de ces artistes à la mode que tout le monde s'arrache, c'est pas facile d'exiger un prix intéressant des peintures. Alors même si cette option serait idéale, elle rapporterait pas assez pour son traitement./color] » Avant que Denys ne tombe malade, elle n'avait jamais imaginé à quel point se faire soigner pouvait être cher, surtout lorsqu'il s'agissait d'une maladie réclamant un traitement aussi lourd que le sien. Un léger sourire étira les lèvres la blonde lorsqu'Adrian vint replacer une mèche de ses cheveux derrière son oreille. Elle en profita pour attraper sa main. « Mais dans quelques temps, mon frère guérira et moi j'arrêterais. Tout s'arrangera. » Du moins, c'était ce qu'elle aimait croire et c'était comme ça, aussi, qu'elle tenait. De sa main libre, elle frôla du bout des doigts les phalanges de cette même main que le mécanicien avait utilisé pour s'en prendre au serveur quelques instants plus tôt. « Ça va ta main ? » demanda-t-elle finalement. D'ailleurs, Nastasya se demanda si Adrian n'allait pas avoir d'ennuis pour avoir frappé ce type, étant donné qu'ils étaient dans un lieu public et que le serveur pouvait toujours aller voir son supérieur pour les faire quitter les lieux. Quoi que, si ça devait arriver, il suffirait à la blonde de dire qu'il avait eu une attitude déplacée en se montrant aussi insistant – ce qui était vrai, au fond -. Finalement elle lâcha sa main pour le laisser retourner à sa place et continuer de manger si il le voulait. « D'ailleurs, je pense que tu vas être content, j'ai plus très faim alors je te laisse ma salade de bon cœur. Je sais que t'en meurs d'envie, pas la peine de faire semblant. » dit-elle en souriant, sur un ton bien plus léger. Bon, c'était aussi un moyen de passer à autre chose, Nastasya ne voulant pas que la journée se termine sur un mauvais point. Après tout, en dehors de cet .. accident, tout avait été parfait alors ça aurait été dommage de finir sur une note négative.

_________________
Feel like home.

I think i've walked too close to love and now i'm falling in. There's so many things this weary soul can't take. Maybe you just caught me by surprise the first time that i looked into your eyes.©️ belzébuth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: We'll wish this never ends. (Adrian&Nastasya)   Mer 11 Juin - 23:59

Adrian resta silencieux, écoutant simplement Nastasya, qui démontait sa proposition précédente à coup d’arguments réalistes. Il n’avait pas pensé à tout cela. De son œil de bon public, il s’était contenté de croire que la blonde était suffisamment douée pour se permettre de vivre de l’argent récolté grâce à ses tableaux. Il se sentait… impuissant. Et c’était bien une position qu’il n’avait pas l’habitude d’occuper. Il était frustré parce qu’il ne pouvait rien faire pour eux. Leur relation était vouée aux complications, qu’il le veuille ou non. C’était ça d’être un couple composé d’une prostituée et d’un… mafieux. A cette pensée, Adrian eut envie de tout déballer et de tout lui dire à son sujet. Mais de justesse, il se retint et heureusement. Il n’avait pas le droit de le dire. Et si cela s’apprenait, alors Adrian devrait payer de très lourdes conséquences. On ne rigolait pas avec la Bratva. « Tout va s’arranger, oui. » soupira-t-il, tout de même pensif. En écartant tous leurs problèmes en les repoussant à plus tard, Adrian ne s’était pas rendu compte que les choses soient aussi difficiles. Nastasya le sortit de ses pensées, d’une caresse à la main qui lui provoqua des doux frissons. « Ca va. Tinquiètes pas. » Elle n’avait pas idée la pauvre de tout ce que cette main, qu’elle tenait, avait pu faire. Ce coup de poing, c’était franchement rien en comparaison avec tout le reste. Ils se détachèrent finalement l’un de l’autre, chacun retrouvant leurs transats. Si ça avait été parfait jusque-là, au moment présent, quelque chose semblait s’être brisée. Forcément, les choses s’étaient compliquées, puis envenimées. Tout ça à cause de ce bouffon de serveur franchement… Adrian termina un premier hamburger, levant les yeux au ciel à la remarque de Nastasya. « Très drôle. Pour rien au monde, je mangerais ce ramassis de légumes ! » Bon il exagérait peut-être un peu, mais la salade, c’était un aliment qui avait le don de réellement répugner Adrian. « T’es sûre de ne pas vouloir manger ? Tout à l’heure, tu avais faim, tu m’as dit. » Pour le coup, Nastasya paraissait comme une vraie girouette aux yeux de Staklar. Mais bon, elle subissait peut-être la même chose que lui : l’appétit coupé, par une quelconque raison. « Mange au moins mes frites alors. Je vais payer. » Adrian poussa son assiette vers elle, insistant pour qu’elle se nourrisse un minimum. Il se leva pour retrouver un autre serveur au comptoir, qui lui présenta l’addition. Une fois le tout payé, le mécanicien retrouva sa blondie : « Tu veux qu’on quitte cette attraction ? Moi ça commence à me lasser… » Et puis, ils étaient pour le coup bien rafraîchis, et surtout, refroidis par les évènements. Peut-être qu’un peu de chaleur et de changement d’attraction leur feraient le plus grand bien ! D’un commun accord donc, ils retrouvèrent les vestiaires, leurs vêtements, ainsi que Nadrian. Ils répétèrent le même schéma en sens inverse : ensemble, ils se rhabillèrent, après s’être séchés mutuellement. Juste avant de quitter l’attraction, Adrian se souvint d’une chose primordiale : « Oh, ton masque ! » Il ne fallait surtout pas que Nastasya sorte de là à visage découvert. Méfiant, Adrian préférait que son visage soit dissimulé. Ainsi, il se chargea de nouer ce masque lui-même, tandis qu’à voix basse, près de ses lèvres, il lui lançait : « Cette fois, c’est toi qui choisit ce qu’on fera. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 196
date d'inscription : 05/05/2014
avatar : Dianna Agron.
crédits : Freckless soth and belzébuth.
pseudo : Laura.

métier : Prostituée à la Rose Rouge.
statut : Célibataire.
les péchés mignons : La peinture, le chocolat chaud et un client en particulier.

MessageSujet: Re: We'll wish this never ends. (Adrian&Nastasya)   Jeu 12 Juin - 22:18


« C'est quand même pas si dégueulasse que ça ! » Nastasya ne comprenait pas qu'on puisse détester à ce point la salade. Il y avait pire comme aliment ! Enfin, ce n'était probablement qu'une question de goût. Il y avait bien des aliments qu'elle n'aimait pas mais que d'autres devaient apprécier. En tout cas, cela ne changeait rien au fait que la blonde n'avait plus vraiment faim, même si elle avait pourtant déclaré le contraire quelques instants plus tôt. Elle piocha néanmoins quelques frites dans l'assiette d'Adrian avant de les avaler, plus pour lui faire plaisir que par envie. C'était cette histoire avec le serveur qui lui avait en partie coupé l'appétit et le fait que cette journée semblait désormais bien moins parfaite. Lorsque le mécanicien revint, la russe hocha la tête avant de se lever pour le suivre. Ils avaient déjà passé suffisamment de temps ici et bien qu'elle adorait la piscine, pour l'instant, elle semblait en être vaccinée pour un bon moment. Ils quittèrent donc les lieux pour retourner vers les cabines après avoir récupéré leurs affaires et un Nadrian visiblement non traumatisé par son enfermement dans un casier malgré les craintes de la blonde. Une fois qu'ils furent tous les deux habillés, Nastasya allait quitter la cabine sauf qu'au dernier moment, Adrian le retint pour lui mettre son masque. Elle l'avait complètement oublié à vrai dire. Et puis elle n'avait pas vraiment envie d'enfiler ça à nouveau, trouvant qu'il s'agissait plus d'une gêne qu'autre chose. Mais bon... Tout le monde était censé en porter alors il fallait qu'elle joue le jeu jusqu'au bout. Finalement, c'était au tour de la blonde de choisir désormais. Elle s'empara de la main d'Adrian avant de sortir de l'attraction aquatique, se faufilant à nouveau dans la foule. Ils marchèrent un peu tandis que la russe regardait les différentes attractions à leur disposition et finalement, elle fit son choix. Elle entraîna le mécanicien jusqu'à ce qui semblait être une sorte de train fantôme. Exactement le genre de chose qu'elle ne ferait jamais seule, trouillarde comme elle l'était. « On fait ça, ça à l'air sympa ! » Ils allèrent jusque l'entrée et après avoir payé, ils durent faire la queue en attendant leur tour. « Par contre.. Je suis une trouillarde alors je risque de te crever un tympan. Et de te broyer la main, aussi. » avoua-t-elle. A vrai dire, si Nastasya avait porté son choix sur cette attraction malgré son côté froussard, c'était parce qu'elle était avec Adrian et que sa présence le rassurait. De plus, elle se rassurait en se disant qu'il s'agissait d'une attraction alors ce ne devait pas être si effrayant que ça, autrement, cela n'aurait rien de drôle. Finalement, ce fut à leur tour. Ils entrèrent dans l'espèce de petit wagon, posant Nadrian à leur pied. La blonde resta stoïque, dans un premier temps... Ce qui ne dura pas longtemps. Après avoir sursauté une fois, elle se rapprocha d'Adrian pour sentir sa présence rassurante contre elle. Elle prit sa main aussi, comme pour s'assurer qu'il n'allait pas se volatiliser d'un instant à l'autre. Néanmoins, elle parvint à se contrôler un minimum ; elle n'avait pas hurlé pour l'instant, ce qui était déjà beaucoup pour elle. Soudainement, le wagon se stoppa et il n'y eut plus aucune lumière. La russe serra davantage la main du mécanicien, sa peur ne faisant que s'accroître. Le pauvre, il allait finir par ne plus sentir sa main si elle continuait comme ça ! « Tu crois que c'est terminé ? Parce que j'aimerais bien descendre, finalement, je trouve pas ça drôle.. » C'est alors que le train reprit sa route lentement, toujours dans le noir, ce qui n'était pas bon signe aux yeux de Nastasya.

_________________
Feel like home.

I think i've walked too close to love and now i'm falling in. There's so many things this weary soul can't take. Maybe you just caught me by surprise the first time that i looked into your eyes.©️ belzébuth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: We'll wish this never ends. (Adrian&Nastasya)   Ven 13 Juin - 20:34

Un train fantôme. C’était peut-être cliché, mais il fallait avouer qu’Adrian n’avait jamais eu l’occasion de monter à bord. Alors autant dire que Nastasya avait eu une bonne idée de l’entraîner là dedans, il allait pouvoir découvrir cette attraction si réputée. « T’es sérieuse ? » demanda-t-il amusé. Nastasya était trouillarde. Certes, rien de bien étonnant à cela, même Staklar aurait pu le deviner pour le coup. Mais de là, à craindre une simple attraction… « Tu vas avoir peur des petites araignées en plastique et des musiques d’ambiance angoissantes ? » Un sourire légèrement moqueur étira ses lèvres. De ce qu’il en avait pu voir, dans les films ou même dans les livres, les trains fantôme ne faisaient jamais bien peur. En général, c’était toujours des trucs bidons plus ou moins prévisibles. Leur tour vint enfin et Adrian s’installa dans un petit wagon. « Mes jambes rentrent à peine… » râla-t-il, tandis qu’il essayait de trouver la meilleure position possible pour son gabarit. Il étendit son bras sur le dossier du siège de Nastasya, et enfin, il fut prêt. Ce fut à ce moment-là que l’attraction démarra. Comme il l’avait prédit, une musique angoissante retentit, tandis que le wagon avançait en vacillant sur des rails, comme pour donner l’impression que la structure n’était pas solide et qu’ils pourraient tomber d’une minute à l’autre. « Vraiment bidon… » commenta Adrian, tout en levant les yeux au ciel, plus amusé qu’autre chose. Néanmoins, Nastasya à sa droite semblait plutôt nerveuse. Elle flippait vraiment, même si elle tentait de ne rien laisser paraître. Le jeune homme n’ajouta rien de plus, même si l’envie de se moquer se faisait sentir. Il devait se douter qu’elle n’apprécierait peut-être pas qu’il remarque aussi facilement son angoisse. Néanmoins, quand elle se rapprocha de lui, à la recherche d’assurance, il n’hésita pas à passer son bras autour de ses fines épaules, tout en lui adressant un bref sourire. Quant à son autre main, captive de celle de Nastasya, elle appréciait les massages offerts par les différentes pressions qu’elle y exerçait. « Je ne pense pas qu’on puisse quitter l’attraction maintenant… » répondit finalement Adrian, après avoir jeté un coup d’œil par-dessus leur wagon. Il semblait y’avoir un vide sous ces rails. Il plissa les yeux, tentant d’apercevoir quelque chose dans ce noir plutôt angoissant pour le coup, il fallait l’avouer. Tout était silencieux autour d’eux, c’était oppressant. Adrian pouvait même entendre la respiration de Nastasya. Le mécanicien distingua alors une silhouette, plus sombre encore, qui se découpait dans ce noir. Même s’il n’y voyait rien, il aurait parié sur la présence d’un homme. Qui s’avançait vers eux. D’un geste naturellement protecteur, son bras resserra son étreinte autour de Nastasya. « Il y’a quelqu’un. » murmura Adrian, à l’intention de la blondinette, au cas où elle n’avait rien remarqué. Bordel, c’était flippant. Au début, le jeune homme se disait qu’il s’agissait sûrement d’un des éléments de cette attraction. Mais plus la silhouette se rapprochait, plus il se demandait si cela faisait vraiment partie du train fantôme. « Putain Adrian, qu’est-ce que tu fous ?! T’étais censé ramener ce fric à la Bratva ! » Un mafieux ! Ce type était donc l’un des collègues d’Adrian. Ce dernier s’apprêta à lui répondre, lorsqu’il se souvint de la présence de Nastasya. Il devait garder son calme. Et agir très vite en même temps. Alors, il ne trouva rien de mieux à faire que de s’appuyer à l’arrière du wagon, et d’envoyer son pied à la rencontre du mafieux, qui bascula, tombant des rails pour s’écraser au sol dans un bruit sourd. « Bordel… » murmura Adrian. Le wagon atteignit le bout du tunnel et enfin, la lumière revint. Sans plus attendre, il attrapa la main de Nastasya : « Il faut qu’on se casse d’ici. Vite. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 196
date d'inscription : 05/05/2014
avatar : Dianna Agron.
crédits : Freckless soth and belzébuth.
pseudo : Laura.

métier : Prostituée à la Rose Rouge.
statut : Célibataire.
les péchés mignons : La peinture, le chocolat chaud et un client en particulier.

MessageSujet: Re: We'll wish this never ends. (Adrian&Nastasya)   Dim 15 Juin - 19:01


Au final, Nastasya regrettait vraiment d'avoir voulu monter dans ce train fantôme. Elle se demandait même ce qui avait bien pu lui passer par la tête. Comme si la présence d'Adrian aurait pu suffire à rendre cela agréable ; froussarde comme elle l'était, elle aurait dû se douter que cela n'aurait pas été suffisant. Et maintenant qu'ils étaient plongés dans le noir, c'était encore pire aux yeux de la blonde. Le fait de ne rien pouvoir voir était encore plus angoissant. Heureusement qu'elle n'était pas montée là-dedans seule, autrement, elle aurait frôlé la crise cardiaque ! Bon, peut-être pas.. Mais en tout cas, savoir que le mécanicien était à côté d'elle était tout de même un minimum rassurant. Lorsqu'il évoqua la présence d'une autre personne, elle crut d'abord qu'il se moquait d'elle, n'ayant pas vraiment fait attention puisqu'elle était en train de fermer les yeux, nerveuse. « Arrête, c'est pas marrant ! » La russe ouvrit de nouveau les yeux. Ceux-ci mirent quelques secondes à s'habituer au noir et bientôt, elle pu distinguer la silhouette d'une autre personne. Elle écarquilla les yeux, trouvant cette présence bien plus inquiétante que tout le reste. Elle essayait tout de même de se rassurer en se disant qu'il s'agissait d'une étape de plus avec le train fantôme, que ce n'était pas si effrayant que ça. Et ça marchait, du moins un peu... Jusqu'à ce que la silhouette en question ne prenne la parole, disant clairement le nom d'Adrian et évoquant même la Bratva. Au début, elle ne fit pas attention à ça, plus inquiétée par le fait qu'apparemment, ce type connaissait le mécanicien et qu'il l'avait suivit jusque là. Nastasya tourna la tête vers le brun tandis qu'au même moment, un bruit retentit, la faisant sursauter. « C'était quoi ça ? » Lorsqu'elle regarda de nouveau vers la silhouette, celle-ci n'était plus là. Quelques instants après, alors qu'elle était toujours sur ses gardes, le train s'arrêta, mettant fin à cette attraction qui semblait avoir duré des heures. Alors qu'elle essayait de remettre ses idées en place, Adrian sembla pressé de partir. La blonde se laissa entraîner, sans oublier de récupérer Nadrian, et ils se faufilèrent parmi la foule toujours aussi dense. Finalement, elle s'arrêta, forçant le mécanicien à en faire de même. « C'était quoi tout ce bordel ? Tu connaissais ce type ? » Il n'y avait pas de doute là-dessus puisqu'il l'avait appelé par son nom mais elle était encore un peu chamboulée par tout ce qui venait d'arriver. Et le fait que la Bratva ait été évoquée ne disait rien de bon à la prostituée. Elle avait déjà entendu parler de cette organisation, comme quasiment tous les russes, et elle se doutait que ce n'était pas bon signe. « Tu dois du fric à la Bratva ? » Enfin à la façon dont le type lui avait parlé, cela ne semblait pas être le cas.. Alors, avant même qu'il puisse répondre, elle planta son regard dans le sien et reprit. « Non, attends.. Tu bosses pour eux, c'est ça ? » Après tout, la phrase dite par l'homme pouvait également être interprété ainsi... Et à vrai dire, cette option lui semblait plus crédible que l'autre.

_________________
Feel like home.

I think i've walked too close to love and now i'm falling in. There's so many things this weary soul can't take. Maybe you just caught me by surprise the first time that i looked into your eyes.©️ belzébuth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: We'll wish this never ends. (Adrian&Nastasya)   Lun 16 Juin - 10:14

Aucun mot n’était suffisamment puissant pour décrire l’état de stress dans lequel Adrian se trouvait actuellement. Lui qui avait si soigneusement évité le sujet de la Bratva face à Nastasya, cet imbécile débarquait et déballait tout en deux secondes à peine ! A coup sûr, il s’agissait d’une nouvelle recrue, imprudente et inconsciente. Peu importe la situation, peu importe le contexte, jamais la Bratva ne devait être évoquée. Ou alors, uniquement de manière sous-entendue. Adrian avait donc bien fait de se débarrasser de cette balance. A son grand soulagement, Nastasya ne semblait pas s’être rendue compte de ce qui s’était passé dans le noir, juste sous ses yeux. Heureusement. Néanmoins, elle entendit chacun des mots du mafieux. Elle obligea le mécanicien à s’arrêter afin qu’il lui apporte des explications. « J’ai pas le temps de t’expliquer là, Nastasya… » lança-t-il tendu, pressé. Il s’apprêta à continuer sa course dans la foule, mais la jeune femme l’en empêcha, en attrapant sa main et en le retenant. A elle seule, elle trouva la réponse à sa propre question. « Non. Il ne s’agit pas de ça. » mentit Adrian avec conviction, malgré sa panique. Elle ne devait surtout pas l’apprendre… Adrian préférait mentir, plutôt que trahir la mafia russe. « Tu veux bien, maintenant, qu’on file ? Autrement, ils en enverront d’autres de ce genre et crois-moi, ce train fantôme, c’était rien en terme de frayeur, en comparaison avec ce dont ils sont capables ! » Et puis, le temps qu’ils continuent leur avancée permettrait à Adrian de se trouver une excuse plausible pour justifier son lien avec la Bratva. Le mieux était de se faire passer pour l’un de leurs clients. Après tout, Nastasya l’avait déjà vu consommer de la drogue. C’était la seule réponse qu’il pouvait lui apporter. Afin de justifier le fait qu’il soit pourchassé par la Bratva, il n’aurait qu’à dire qu’il se trouvait actuellement endetté. Il s’élança jusqu’au parking, tirant presque Nastasya dans sa course afin de ne pas la perdre dans cette foule. S’il fuyait comme ça, c’était avant tout pour l’écarter de tout problème et de toute confrontation avec la Bratva. Il leva la main afin de lui intimer l’ordre de se taire, sachant d’avance que les questions fuseraient de son côté. Pour le moment, il devait réfléchir. Du regard, il détailla les allées de voitures, concentré, avant de finalement se diriger vers l’une d’entre elles. Nastasya dut deviner ses intentions puisqu’elle le suivit immédiatement au pas, probablement pour protester. Adrian éleva le ton avant même qu’elle n’ait pu dire quoique ce soit : « Non, on n’utilisera pas ta voiture si tu en as une. S’ils nous poursuivent, ils relèveront des informations à ton sujet. A commencer par ta plaque d’immatriculation. » Le ton et surtout le regard d’Adrian devraient être suffisants pour dissuader la petite blonde de riposter davantage. C’était vraiment la première fois qu’il cédait à la panique, sous ses yeux. Après avoir manipulé la portière un bon moment, celle-ci céda et s’ouvrit donc. « Nickel. » murmura le russe, soulagé, tout en prenant place côté conducteur. Il tendit le bras pour ouvrir la portière à Nastasya, lui donnant l’ordre silencieux de prendre place elle aussi, côté passager. Elle avait tout intérêt à l’écouter. En quelques gestes, il parvint à ouvrir le tableau de bord, et toujours de son coup d’œil expert, il examina le câblage qui s’étendait sous ses yeux. Compliqué, mais pas infaisable. « Il me faudrait quelque chose de pointu ou de coupant… » En dehors de Nadrian, ils n’avaient rien… Soudain, une idée illumina la petite tête d’Adrian. « Déshabille toi ! » lança-t-il d’un ton brusque. Evidemment, il eut droit à un regard perplexe de la part de Nastasya. Comme si c’était le moment de prendre du bon temps. Se rendant compte de sa demande indécente, Adrian rougit légèrement avant de préciser : « Non enfin, je veux dire, donne moi ton soutien-gorge. Je me servirais de l’armature pour découper les fils et démarrer le moteur. » Même si elles étaient loufoques, heureusement que le Staklar avait des idées.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 196
date d'inscription : 05/05/2014
avatar : Dianna Agron.
crédits : Freckless soth and belzébuth.
pseudo : Laura.

métier : Prostituée à la Rose Rouge.
statut : Célibataire.
les péchés mignons : La peinture, le chocolat chaud et un client en particulier.

MessageSujet: Re: We'll wish this never ends. (Adrian&Nastasya)   Lun 16 Juin - 18:13


La façon dont Adrian répondit suffit à convaincre Nastasya que sans doute, elle se trompait et était parano. Du moins, pour l'instant. Elle attendait qu'il lui en dise plus sur les raisons pour lesquelles la Bratva en aurait après lui. « Ok on y va mais t'as intérêt à m'expliquer après. » De toute façon, elle n'avait pas l'intention de le laisser s'en tirer sans en savoir plus à propos de ce qu'il s'était passé. Ils reprirent leur route et se retrouvèrent au parking. Lorsque le mécanicien s'avança vers une voiture, la blonde comprit qu'il avait l'intention de l'emprunter pour qu'ils partent, ce à quoi elle allait protester en proposant d'utiliser son automobile à la place avant qu'Adrian ne la devance avec un argument qui fit réfléchir à deux fois la russe. Elle avait tout sauf envie que ces types en sachent plus sur elle. Surtout que si ils avaient sa plaque d'immatriculation, ils pourraient aisément remonter jusqu'à son domicile où elle vivait avec Denys... Et hors de question de le mêler à ça aussi. Et puis c'était bien la première fois qu'elle voyait Adrian aussi paniqué, ce qui ne manqua pas d'inquiéter Nastasya qui comprit alors que c'était sérieux. Alors elle soupira avant de suivre Adrian jusque la voiture choisie. Alors qu'il s'occupait d'ouvrir la voiture, elle regardait un peu partout autour d'eux, visiblement nerveuse. Après quelques instants qui lui semblèrent interminables, la porte s'ouvrit. Elle fit le tour pour arriver côté passager et s'installa, attachant sa ceinture. Elle attendait que Adrian ne fasse démarrer le véhicule lorsque celui-ci lui demanda de se déshabiller. Autant dire que cette demande étonna la blonde, qui tourna la tête vers lui en fronçant les sourcils. « Je doute que ce soit le bon moment pour ça.. » D'autant plus qu'elle ne trouvait pas la situation particulièrement excitante, au contraire. Si l'adrénaline ressentie après qu'elle ait conduit la moto lui avait procuré une sensation de bien-être incroyable, ici, ce n'était pas le cas. Finalement, le brun s'expliqua et Nastasya comprit un peu mieux, bien qu'elle soupira. Elle glissa sa main derrière son dos, se faufilant sous sa robe avant de désagrafer son soutien-gorge. Elle le retira sans avoir à se déshabiller finalement et s'occupa elle-même d'en enlever l'armature. Elle la lui tendit et le laissa faire ce qu'il avait à faire. En tout cas, il était sacrément doué puisqu'il parvint à faire démarrer le véhicule. La blonde n'aurait pas du en douter puisque après tout, en tant que mécanicien, c'était son métier de savoir faire fonctionner une voiture en toute circonstance – ou presque -. La russe ne cessait de se ronger les ongles, vraiment inquiète, tandis qu'ils quittèrent le parking en silence. Finalement, elle ne tint plus. « Ok, faut que tu me parles, car je suis vraiment stressée là. » Et lorsqu'elle stressait, elle parlait .. Beaucoup. « Alors quoi, ces types te suivent ? C'est pour ça que t'avais l'air ailleurs au début ? » Nastasya n'avait pas oublié qu'elle l'avait trouvé un peu ailleurs au début et maintenant, tout prenait sens. Elle reprit alors qu'elle jouait nerveusement avec les pans de sa robe. « Et puis, on va où comme ça ? T'as l'air de penser qu'ils vont nous suivre alors on va pas chez moi. En plus ils savent forcément où t'habites alors pas chez toi non plus... » Finalement, la blonde se tut, consciente que si elle voulait des réponses, il fallait aussi qu'elle laisse un minimum de temps à Adrian pour répondre entre chaque question.

_________________
Feel like home.

I think i've walked too close to love and now i'm falling in. There's so many things this weary soul can't take. Maybe you just caught me by surprise the first time that i looked into your eyes.©️ belzébuth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: We'll wish this never ends. (Adrian&Nastasya)   Lun 16 Juin - 18:41

« J’aurais tout de même préféré que tu te déshabilles… » ne put s’empêcher de lâcher Adrian, tandis que son regard glissait le long de son corps. Certes, ce n’était pas le moment de penser à ça, mais il avait trouvé son idée plutôt bonne, allez savoir pourquoi ! Bref, il obtint l’armature du soutien-gorge, dont il se servit pour sectionner plusieurs câbles directement reliés au moteur. Il se félicita pour ses propres capacités et connaissances en mécanique, qui, pour le coup, les sauveraient. Tout comme le soutien-gorge de Nastasya, n’oublions pas son rôle important dans cette histoire. Après avoir manié et remanié le dispositif, Adrian testa l’allumage de contact. Un déclic lui indiqua qu’il avait réussi, et, soulagé, il put à nouveau respirer calmement. Il fallait qu’il se détende. Pour cela, il retira sa veste, qu’il tendit à Nastasya : « Tu peux la garder pour moi ? » Enfin, il déboutonna les premiers boutons de sa chemise et il retroussa même ses manches afin d’être plus à l’aise. Il était bon conducteur. Très bon conducteur même, alors il avait confiance en lui. Ils filèrent à travers les routes de Dumskaya. Régulièrement, Adrian jetait un regard dans le rétroviseur afin de repérer un véhicule suspect. Rien à signaler, visiblement. Il n’en resta pas moins sur ses gardes, au contraire. Il jeta un bref regard sur le côté, vers Nastasya. Elle semblait stressée, torturant ses pauvres ongles n’ayant rien demandé à personne. Enfin, il fallait aussi préciser que Nastasya non plus n’avait rien demandé à personne. Adrian s’en voulait tellement, de l’avoir impliquée dans cette histoire. Même si ça avait été totalement involontaire de sa part. Sans lâcher la route du regard, il tendit le bras pour attraper sa main. « Arrête ça. » La belle lui demanda alors de lui parler, histoire qu’elle destresse un peu. Adrian comprit qu’elle cherchait à lui demander des infos sur toute cette situation. Au lieu de ça, le russe ne trouva rien d’autre à répondre qu’un : « Tu es très belle. » Là, il n’avait pas pour but de la distraire. En fait, il cherchait surtout à la détendre, bien que ce ne soit peut-être pas les mots qu’elle attendait de lui, pour le coup. « Ils me suivent… Oui, on peut dire ça comme ça. » Légèrement parano, Adrian crut repérer une voiture qui n’avait de cesse de le coller. Mais finalement, ça n’avait été qu’une impression : il s’agissait simplement d’un véhicule familial, au vue de la femme qui conduisait, ainsi que des deux enfants qui chahutaient à l’arrière. « Il ne t’arrivera rien, t’inquiètes pas. » Pour ce qui était du lieu… Adrian avait bien une idée en tête. Il déboucla sa ceinture le temps de récupérer son téléphone dans la poche de son pantalon. Puis, il appela directement l’un de ses collègues. En quelques paroles échangées, ce dernier comprit qu’il devrait prendre la voiture d’un de leurs clients, et de l’apporter à un point de rendez-vous donné par Adrian. En quelques minutes, ils y arrivèrent. Le mécanicien coupa le moteur, tout en jetant un regard rassuré vers Nastasya : « On sera tranquilles, maintenant. » Et pour cause, ils changèrent de véhicule, passant directement dans celle amenée par le collègue d’Adrian. « Tu voudrais que je te ramène chez toi ou… ? » Ou tu voudrais rester encore un peu de temps avec moi, insinua-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 196
date d'inscription : 05/05/2014
avatar : Dianna Agron.
crédits : Freckless soth and belzébuth.
pseudo : Laura.

métier : Prostituée à la Rose Rouge.
statut : Célibataire.
les péchés mignons : La peinture, le chocolat chaud et un client en particulier.

MessageSujet: Re: We'll wish this never ends. (Adrian&Nastasya)   Lun 16 Juin - 22:23


Il fallut qu'Adrian intervienne en saisissant sa main pour que Nastasya ne cesse de gesticuler. Elle pensait qu'il allait lui répondre mais elle aurait du se douter que ce la ne serait pas aussi facile. Ça ne l'était jamais avec lui après tout. Son compliment la fit froncer les sourcils, perplexe, même si malgré tout un léger sourire s'installa brièvement sur ses lèvres. Au final, la seule réponse qu'elle obtint réellement fut le fait que le mécanicien était apparemment réellement suivi, ce que la blonde trouvait d'ailleurs bien inquiétant. « C'est pas pour moi que je m'inquiète. » De toute façon, elle ne devait pas avoir grand intérêt aux yeux de ces types, du moins c'était ce qu'elle se disait pour se rassurer. A vrai dire, c'était plus pour Adrian qu'elle se faisait du soucis. Elle n'aimait pas le fait qu'il soit lié à la Bratva, c'était forcément mauvais pour lui. En tout cas, elle resta silencieuse, le laissant téléphoner. Le reste du trajet se passa dans le calme, la russe regardant le paysage défiler à travers la vitre. Même si elle était tout de même moins nerveuse, elle ne pouvait pas s'empêcher de s'inquiéter. Finalement, ils s’arrêtèrent et Nastasya sortir du véhicule tout en emportant Nadrian avant d'aller s'installer dans l'autre voiture qu'avait fait venir Adrian. Elle hésita un peu face à sa question. « Je voudrais bien rester avec toi mais il vaut mieux que je rentre, Denys va finir par se demander où je suis. » La blonde lui sourit, ne voulant pas qu'il s'imagine qu'elle rentrait à cause de ce qui venait d'arriver – bien qu'il fallait avouer que les événements récents l'avaient tout de même sacrément refroidis –. Ils reprirent ensuite la route et Nastasya en profita pour tendre son bras sur le siège d'Adrian, pouvant ainsi caresser sa nuque, uniquement parce qu'elle en avait envie. « T'es en sécurité chez toi ? » demanda-t-elle alors. Elle tourna la tête vers le mécanicien, l'inquiétude qu'elle pouvait ressentir pour lui se lisant alors sur ses traits. « Parce que je suppose que si ces hommes ont pas hésité à te chercher là dedans, ils hésiteront pas à aller chez toi.. » Et cette perspective suffisait à faire naître les pires scénarios dans l'esprit de la russe. Même si elle n'avait pas eu de réponse claire d'Adrian, elle avait finit par déduire qu'il leur devait de l'argent. « Sinon, tu peux venir chez moi quelques jours, le temps que ça s'arrange. Je trouverais quelque chose à dire à mon frère. » proposa-t-elle alors qu'ils arrivaient dans son quartier. Nastasya n'était pas sûre que cela arrangerait les choses mais elle ne voyait pas comment il pourrait s'en sortir. « Enfin je disais ça comme ça. C'est juste que .. Je veux pas qu'il t'arrive quelque chose. »

_________________
Feel like home.

I think i've walked too close to love and now i'm falling in. There's so many things this weary soul can't take. Maybe you just caught me by surprise the first time that i looked into your eyes.©️ belzébuth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: We'll wish this never ends. (Adrian&Nastasya)   Mar 17 Juin - 16:13

Justement, Adrian s’imaginait que Nastasya voulait rentrer à cause de ce qui avait pu se passer. Ou alors parce qu’elle ne voulait pas passer davantage de temps avec lui. De quoi le refroidir quelque peu, lui qui s’était imaginé une toute autre fin de soirée à ses côtés… Elle utilisa le prétexte du frère inquiet, et sans répliquer quoique ce soit, Adrian leva les yeux au ciel. Nastasya était suffisamment grande pour décider de quand rentrer tout de même. Enfin bon, ça lui allait bien de dire ça, lui qui n’aurait pas lâché la jeune femme une seule seconde, de peur qu’il lui arrive quoique ce soit. « Ok, je te ramène chez toi. » soupira-t-il, tout en allumant le moteur. Il reprit la route, bien plus soulagé : cette fois, il n’arriverait rien à Nastasya. Elle était toujours masquée, et dans quelques instants, elle se retrouverait chez elle. Pas moyen pour les mafieux de mettre la main sur elle. A moins de suivre Adrian dans les jours à venir, ce qui n’arriverait pas. Le russe savait comment il pourrait détourner l’attention de la Bratva de cette mystérieuse blonde. Certes, ce serait à lui de tout prendre, mais il était prêt à le faire si ça pouvait assurer une protection à la prostituée. Cette dernière lui caressa alors la nuque, ce qui eut le don de le détendre quelque peu. Malgré tout, il restait déçu de sa décision : il aurait aimé passer un peu plus de temps avec elle. « Ils ne savent pas où j’habite. » répondit Adrian, dans un mensonge. Bien sûr que si, ils le savaient. Et le jeune homme était prêt à parier qu’à l’heure actuelle, ils étaient postés chez lui, à l’attendre. De toute façon, le mécanicien devrait assumer à un moment ou à un autre. Le plus tôt était le mieux. Il savait d’avance que ce serait tout sauf agréable, ce serait même pire que désagréable, mais au moins, après ça, la mafia le laisserait tranquille. Du moins, jusqu’à sa prochaine erreur. Alors, il comptait s’y rendre et se laisser faire. « C’est gentil de proposer, mais je ne voudrais pas abuser. » répondit-il finalement, avec un sourire à son attention. Hors de question qu’Adrian fasse une chose pareille. Plus il repoussait l’échéance, plus la sanction serait terrible. Et il n’osait même pas imaginer ce qui aurait pu se passer si jamais les mafieux le retrouvaient chez les Bartowski. Denys et Nastasya auraient été pris pour cible, eux aussi. « J’ai pas envie d’empiéter comme ça dans votre vie. » Enfin, Adrian se gara dans le parking de l’immeuble dans lequel vivaient le frère et la sœur. Il coupa le contact, appuyant sa tête contre la vitre, soulagé. Il avait été si obnubilé par le fait de vouloir protéger Nastasya qu’il en avait presque oublié de respirer calmement. Chose qu’il pouvait aisément faire, maintenant. Enfin, pas pour longtemps, vu ce qui l’attendait chez lui... « Je te débarrasse de ça. » dit-il, tout en récupérant sa veste. « Et je n’oublie pas que je te dois un soutien-gorge. » ajouta-t-il finalement, un sourire aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

tu n'as pas encore de rang

messages : 196
date d'inscription : 05/05/2014
avatar : Dianna Agron.
crédits : Freckless soth and belzébuth.
pseudo : Laura.

métier : Prostituée à la Rose Rouge.
statut : Célibataire.
les péchés mignons : La peinture, le chocolat chaud et un client en particulier.

MessageSujet: Re: We'll wish this never ends. (Adrian&Nastasya)   Mar 17 Juin - 22:57


Nastasya restait sceptique lorsqu'Adrian déclara que ces types de la Bratva ignoraient où il vivait. Si il leur avait emprunté de l'argent, ils avaient forcément pris des garanties et s'étaient renseignés sur lui. Le mécanicien cherchait sans doute à rassurer la blonde bien qu'à vrai dire, cela ne marcha pas vraiment. « T'abuserais pas puisque c'est moi qui propose. » Certes, Denys n'aurait pas forcément été enchanté... Mais elle savait qu'elle aurait trouvé les mots qu'il fallait pour convaincre son frère. Elle avait l'habitude d'obtenir ce qu'elle voulait avec lui ; il avait toujours veillé à tout lui donner – dans la limite du raisonnable et de leurs moyens – depuis que c'était lui qui s'occupait d'elle et inutile de préciser qu'elle en avait souvent profité. Elle n'avait plus vraiment l'habitude d'agir ainsi avec lui, surtout depuis qu'elle savait pour son cancer, pourtant elle savait qu'elle parviendrait facilement à avoir ce qu'elle voulait. Finalement, Nastasya haussa les épaules. « Comme tu veux. » Elle n'allait pas le forcer à rester chez eux, surtout que de toute façon, Adrian devrait forcément retourner chez lui à un moment ou à un autre. Elle lui rendit sa veste tout en souriant légèrement à sa remarque. « Tu peux même me racheter un ensemble si tu veux, ça vaut bien ça avec les intérêts. » plaisanta-t-elle. Non pas qu'elle ait besoin de nouvelle lingerie. A vrai dire, elle en avait un stock assez important. La russe retira le masque qui l'embêtait plus qu'autre chose avant d'attirer Adrian à elle par le col de sa chemise. « Fais attention à toi, d'accord ? » Lorsqu'elle eut confirmation, elle l'embrassa tendrement pendant un laps de temps un peu trop court à son goût avant de s'écarter. Il valait mieux si elle ne voulait pas se laisser tenter et changer d'avis pour rester plus longtemps avec lui encore. Nastasya s'empara de Nadrian avant de sortir de la voiture pour se retourner et se pencher un peu afin d'adresser quelques mots au mécanicien. « Et donne moi de tes nouvelles bientôt. Ou je vais stresser, pour changer. » En même temps, pour le coup, il y avait de quoi s'inquiéter. Finalement, elle se recula pour rentrer dans l'immeuble dans lequel elle vivait avec Denys. Alors qu'elle patientait dans l'ascenseur, elle recommença à maltraiter ses ongles en les rongeant, signe de sa nervosité. Même si Adrian avait voulu se montrer rassurant, la blonde savait qu'il y avait forcément quelque chose qui n'allait pas et que sans doute, il courrait un risque en rentrant chez lui. Mais elle n'y pouvait rien et c'était ça qui l'agaçait. D'autant plus qu'elle ne savait même pas tout de cette histoire étant donné que le mécanicien ne lui avait pas dit grand-chose là-dessus en fin de compte. Alors elle avait l'impression qu'elle allait passer ses journées comme ça ; à s'inquiéter et à craindre le pire.

Sujet terminé I love you

_________________
Feel like home.

I think i've walked too close to love and now i'm falling in. There's so many things this weary soul can't take. Maybe you just caught me by surprise the first time that i looked into your eyes.©️ belzébuth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: We'll wish this never ends. (Adrian&Nastasya)   

Revenir en haut Aller en bas
 

We'll wish this never ends. (Adrian&Nastasya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Adrian Mutu
» Adrian Aucoin
» Université de Boston - Adrian dans son bureau...
» Adrian Korbel
» Adrian fait une visite surprise à Colleen (Colleen)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
blurred lines :: THE PLAYGROUND :: THIS IS THE END :: LES RPS-