AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: [HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys   Sam 3 Mai - 22:25



and then what ?  

 
« Misha, il y a ton client d'hier soir qui a laissé ça. tu lui donneras la prochaine fois qu'il vient. » Misha fronça les sourcils alors que le barman lui tendait un carnet de note, l'air plutôt blasé. Il était sur le point de lui dire qu'il ne savait pas de qui il parlait, qu'il devait surement se tromper de personne, pourtant il regarda attentivement l'objet qu'on lui tendait et il réalisa que c'était le carnet de Denys.. Celui qu'il avait tout le temps sur lui et il le voyait griffonner dessus à chaque fois qu'il le voyait. « Euh.. Ouais, merci.. » Il le prit délicatement et l'emmena dans sa chambre, comme un enfant qui avait trouvé un trésor. Cela l'avait troublé que le barman appelle Denys son client, parce que à ce moment là, durant cette soirée, au début de leur ébats, il n'avait pas pensé de lui de cette façon. Désormais cette évidence lui frappa au visage, évidemment que c'était son client, il avait couché avec. Il avait payé en partant tout simplement. Il ne devrait pas y avoir grand chose à rajouter. Pourtant le blond n'avait pas envie d'attendre qu'il revienne pour lui donner, il n'avait pas envie qu'il revienne comme un client.

Putain, putain, putain, putain. C'était la seule pensée qui traversait l'esprit de Misha pour le moment. Il ne savait pas du tout ce qu'il faisait là, devant la porte d'un appartement qu'il ne connaissait pas, espérant être à la bonne adresse. Pendant un instant il envisagea de juste glisser le carnet dans la boite aux lettres, mais au fond de lui il ne le voulait pas, il voulait le voir tout simplement, utilisant le prétexte du carnet pour le voir, en dehors de la Rose Rouge dans son « habitat naturel ». C'était la première fois qu'il faisait cela et il était plus que anxieux. Il avait passé la moitié de la nuit à lire ce carnet, cela pouvait paraître un peu irrespectueux, mais Misha était une vrai fouine, il ne pouvait s'en empêcher. Il avait lu, essayant de déchiffrer ces mots qui n'avaient aucun sens. C'était le carnet  d'un écrivain après tout, peut-être que lui y voyait une certaine logique, mais ce n'était pas le cas du blond. Puis il avait vu son adresse, à la fin du carnet et en avait déduis que c'était celle de Denys. Maintenant il se retrouvait à cette adresse, devant la porte de l'appartement et il ne savait pas quoi faire. Ses idées étaient embrouillées. Il souffla un coup et frappa à la porte devant lui, espérant que ce soit vraiment la bonne adresse, sinon il avait l'air vraiment con. L'espace d'un instant, il se dit que c'était une très mauvaise idée, qui avait envie de voir un prostitué avec qui vous aviez couché se point devant chez lui en mode normal ? Personne. Peut-être que Denys allait mal le prendre de le voir entrer dans sa vie privée, en dehors de la maison close. Pourtant Misha avait tellement envie de voir l'univers de l'écrivain, voir sa vie, comme il était en dehors de la Rose Rouge, s'il était le même ou pas. Il n'eut pas le temps de rebrousser chemin que la porte en face de lui s'ouvrit progressivement, laissant apparaître un Denys en chemise et boxer à en faire baver plus d'un. Le cerveau de Misha fit un court circuit pendant une demi seconde, il ne pouvait s'empêcher de parcourir des yeux le corps à demi nu qui se présentait devant lui. Puis reprenant ses esprits, il remonta son regard vers le visage de Denys qui n'avait pas changé depuis cette nuit. Il essaya de reprendre contenance et afficha son petit sourire en coin de d'habitude, mais avec moins de moquerie, juste son petit sourire malicieux qui faisait ce qu'il était. « Tu as laissé ça la.. la dernière fois et comme je pensais que tu en aurais surement besoin, je suis venu te le rendre. » Bah voilà, c'était aussi simple que cela, pourtant le cœur de Misha semblait vouloir danser la salsa dans sa cage thoracique. Sa voix était tout autre que d'ordinaire, il avait pas ce ton ironique et taquin, il était juste sincère et doux dans ses paroles, essayant de ne pas trahir sa nervosité. Il lui tendit doucement le carnet, attendant qu'il le prenne comme ça il pourra le congédier et il pourra se casser de cet endroit remplie de gêne et d'embarras.

made by pandora.

 



Dernière édition par Misha Yefrem le Mar 6 Mai - 20:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys   Dim 4 Mai - 7:29

Misha ∞ Denys
A thousand silhouettes dancing on my chest
Embrumé par l'ivresse de l'alcool qui s'était glissé à l'intérieur de ses veines, Denys demeurait allongé sur son lit dans une position inconfortable. La veille, il décida de clore cette journée en s'enivrant d'un délicieux livre qu'il s'était procuré, accompagné d'un verre de whisky, ou peut-être deux. Peut-être trois, en fait. Ses neurones étaient noyés par la vague alcoolisée, le conduisant à se coucher avec brutalité dans son confort. L'alcool permettait de contrer ses rêves, de faire barrage afin qu'un trou s'installe dans son subconscient la nuit. Il savait qu'il ne tenait pas la boisson et c'est pourquoi il l'avait consommé sans modération. Tout ça à cause de pensées et de rêves sur un Misha nu, dans une position suggérant l'érotisme. Depuis leur ébat, trois jours s'étaient déroulés. Pour l'écrivain, il était hors de question de revenir à la Rose Rouge avant un bon moment ou lorsqu'il se sentira prêt de le revoir, en se faisant sûrement accusé de vol vu qu'il ne l'avait pas payé. Et rien qu'à l'idée de savoir le prostitué dans les bras d'autres hommes, sûrement pervers et en manque, le rendait malade. Jalousie ? Il ne pouvait le nier.

De bon matin, le soleil dressé dans le ciel, ses rayons vinrent chatouiller ses paupières, l'obligeant à ouvrir ses yeux, se réveiller et revenir sur la terre ferme. A contrario de certains, une nuit alcoolisée n'avait pas pour conséquence de lui foutre un horrible mal de tête mais embrumait seulement son esprit. Ainsi, Denys s'étira tout en  baillant, décidé à ne pas rester inactif. Il s'accapara la salle de bain, tournant le bouchon afin que l'eau chaude coule dans la baignoire. En attendant, il prendrait un thé. Le café jugé trop brutal par ses soins, il avait alors découvert les saveurs du thé et ses multiples effets ; certains permettaient l'endormissement alors que d'autres éveillaient les sens. Plongeant le sachet dans l'eau chaude de sa asse, il entendit brusquement frapper à sa porte d'entrée. Les gens n'avaient plus aucun respect de nos jours. Rarement, quelque alcooliques grattaient à sa porte durant leur retour de soirée dans un des bars de la ville et là, on venait le déranger au petit matin. Il n'était guère habillé, seulement vêtu de son boxer de la veille et d'une chemise afin d'éviter le froid nocturne. Râlant, il accourut à la porte pour l'ouvrir avec difficulté. Les yeux embrumés par le sommeil, ces derniers se réveillèrent, écarquillés par la surprise, découvrant un individu familier. Misha. Était-ce un rêve ? Une hallucination ? C'était réel.   « Mais qu'est-ce que tu fiches ici ? » demanda t-il, d'un ton ferme, sans détour. Et comment avait-il trouvé son adresse ? Il ne lui semblait avoir donné aucun contact, aucune adresse, que ce soit à lui, ou à la Rose Rouge. Les yeux de Denys restèrent bloqué quelques instants sur le visage de Misha, si doux, qu'il adorait caresser avec ses mains. « Tu as laissé ça la.. la dernière fois et comme je pensais que tu en aurais surement besoin, je suis venu te le rendre. » Ses yeux se froncèrent en scrutant plus précisément l'objet qui lui rendait. Son carnet ! Voilà la chose qui lui manquait, la présence absente qu'il désirait avoir de nouveau depuis des heures. Il se remémora avec difficulté la journée datant de trois jours. Son carnet, il l'avait oublié au bar. Avec l'empressement et le germe d'une dispute violente avec Misha, la présence de son carnet s'était envolée de son esprit. En soit, Denys avait quatre carnets ; trois petits qu'il trimbalait dans divers lieux chacun leur tour, puis un gros qu'il gardait dans sa maison avec sûreté. Les petits finissaient tous à à la dernière page où était retranscrit son adresse en cas de perte mais ne contenaient que quelques mots, quelques gribouillis ou schémas afin que lui seul comprenne. Le grand contenait toute sa rédaction et ses écrits divers.

D'un air suspicieux, il fixa le prostitué, le prenant le carnet des mains et hochant la tête en guise de remerciement. S'il était un connard, il pourrait lui fermer la porte au nez et vaquer à ses occupations prédites. Cependant, Misha lui avait quand même rendu son carnet et s'il ne le montrait pas, sa présence l’égayait. S'écartant du chemin et présentant une main vers la pièce, il déclara d'une voix chaleureuse : « Je t'en prie, rentres. » Le laissant passer, il le conduisit au comptoir, seule séparation de sa modeste cuisine et de son pittoresque salon. Simple studio qui contenait suffisamment de place à lui même, le salon lui semblait toutefois spacieux, agrémenté d'une chambre et d'une salle de bain. Sentant son thé prêt, il ne voulait pas paraître impoli à boire devant le blond démuni. « Tu veux un thé ? » Il n'avait pas évoqué le mot quelque chose car généralement la réponse était un café. Les seules boissons qu'il avait étaient le thé, l'eau et forcément quelques bouteilles d'alcool pour les soirs solitaires. Attendant sa réponse, qu'elle soit négative ou positive, il amena sa asse à ses lèvres afin d'y tremper ses lèvres, ressentant la chaleur réconfortant que lui procurait le thé. De ses yeux curieux, il scruta encore le visage de Misha, ses cheveux dans lesquels il aimait plonger ses mains et le haut de ses épaules recouverts de ses habituels tissus.  Malgré sa poésie, les politesses n'enchantaient pas Denys. Pourquoi dire ça va ? lorsqu'on ne le pensait pas, par pur hypocrisie, mettant ça sur le compte de la politesse. Cependant, quelque chose le gênait et il voulait le faire savoir : « Tes vêtements semblent crasseux, tu devrais les laver... » Phrase équivoque, en référence à ses partenaires qu'il avait dû collecter durant ses trois jours ainsi qu'à l'habit habituel avec lequel il l'abordait.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys   Dim 4 Mai - 12:34

Tu ne sais plus quoi dire, tu voudrais t'exprimer, crier. Mais tu l'observes, tu le dévores des yeux, tu le veux. Tu ne sais comment le dire, alors tu te plantes. Mais tu voudrais planter tes doigts dans sa peau.
AND THEN WHAT ?
Il en pouvait s'empêcher de le détailler, voir si c'était le même homme que la dernière fois, le même homme qui l'avait pris dans ses bras le temps d'une soirée. Le même qu'il lui avait mit le poing dans la gueule aussi, accessoirement.  C'était maintenant qu'il réalisa le chemin parcouru, ils se foutaient sur la gueule et maintenant après une nuit passé ensemble, il se retrouvait devant chez lui, à lui rendre son carnet le plus amicalement possible. C'était presque irréel, mais il ne voulait pas faire semblant. Tous deux savaient ce qu'il s'était passé et Misha n'allait pas fuir comme si de rien n'était. Il aurait pu le faire. L'oublier comme tous les autres clients et faire semblant de se souvenir lorsqu'il reviendrait pour une autre nuit. Seulement il ne savait même pas si Denys comptait revenir ou pas vers lui. En fait, il était dans le flou le plus total. « Mais qu'est-ce que tu fiches ici ?  » A ces paroles, la mâchoire de Misha se serra un peu, c'était une bonne question, même lui avait du mal à y répondre. Il pensa qu'il allait le foutre dehors directement. Peut-être qu'il avait quelque chose à cacher finalement, une femme ou des enfants même ? Il y avait un bon nombre de clients qui avaient une famille et qui pourtant venaient chercher du plaisir auprès des jeunes hommes du bordel. Même s'il ne savait rien de la vie de Denys, il espérait que ce n'était pas son cas, mais il ne pouvait pas parier. Misha avait décidé de prendre le risque de savoir ou pas d'ailleurs. Une fois que celui-ci reprit le carnet qui lui appartenait, Misha était presque sur le point de partir, voulant éviter tout un discours de la part du châtain qui lui disait qu'il ne devait pas être ici, blah blah blah. « Je t'en prie, rentres. » L’inquiétude et la gêne prirent leur envole à cette instant et un sourire malin s’accrocha aux lèvres de Misha face à cette politesse retrouvé. Il voyait de nouveau cette aura chaleureuse qu'il avait tant admiré lors de la nuit passée ensemble. Celle qui le mettait à l'aise tout de suite. Essayant de cacher son empressement, il entra doucement dans l'appartement de l'écrivain, entrant dans son antre. Tentant d’être discret, il jeta des petits regards autours de la pièce, analysant tout ce qui pouvait croiser son regard. C'était surement très impoli de regarder comme cela chez les gens, mais Misha était comme cela. Il aimait observer, analyser, comprendre, surtout qu'il s'agissait de Denys en fait. « Tu veux un thé ? » Il tourna la tête vers Denys, le voyant se servir une tasse de thé, il observa ses gestes amples, qu'il trouvait gracieux et érotiques au plus haut point alors qu'il ne faisait rien d'extraordinaire. Il faisait véritablement écrivain comme cela, en chemise, uns tasse de thé à la main, il manquait juste la cigarette coincé sur l'oreille et il serait un parfait petit cliché. « Non, merci. » Il n'avait pas envie de thé et ce n'était pas par politesse qu'il déclinait la question. Il n'aimait pas ces gens qui disaient non, juste pour ne pas embêter les personnes, s'ils vous demandaient et que cela ne les dérangeaient pas. Cela paraissait totalement logique pour Misha. Il s'assit sur un des tabourets haut devant lui, prenant place en face du comptoir et regarda du coin de l’œil Denys apporter sa tasse à ses lèvres, faisant disparaitre le liquide entre elles. Il regardait ce geste comme au ralentis, voulant voir les moindres plis que ses lèvres faisaient. « Tes vêtements semblent crasseux, tu devrais les laver...  »  Cette phrase le sortir de sa léthargie et de son admiration pour ses lèvres. Il fronça une demis seconde les sourcils. Est-ce que c'était une manière de lui faire comprendre quelque chose ? Surement ? C'était par rapport à la Rose Rouge, qu'il vivait dans un endroit « sale » et malsain ,il voulait le lui rappeler cela ? Ou peut-être par rapport aux clients qu'il avait tout le temps, qui voyait ces vêtements à longueur de journée. « Oui, euh j'ai été quelque peu occupé, je n'ai pas eu le temps de m'en charger. Tu aurais une machine à laver à me prêter peut-être ? » Dans sa dernière phrase on pouvait entendre un petit air d'ironie et de défi. Alors oui, il avait eut des clients depuis lui et il ne s'en cachait pas. Mais qu'est-ce que cela pouvait lui faire, c'était son métier après tout. Ou alors c'était par pur soucis d'hygiène ? Misha avait de nombreuses tenues, il devait l'avouer. Pourtant pour recevoir ses clients il en avait toujours une favorite, celle qu'il avait aujourd’hui. Il n'avait pas pris le temps de chercher quelque chose de différent pour venir. A quoi bon ?



 

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys   Dim 4 Mai - 16:44

Misha ∞ Denys
A thousand silhouettes dancing on my chest
« Non, merci. » Misha avait refusé le thé, sûrement parce qu'il n'en voulait pas, peut-être qu'il n'aimait pas cette boisson chaude. Haussant les épaules, Denys trempa de nouveau ses lèvres dans le breuvage, aspirant la chaleur pour se l'approprier et éveiller ses sens. D'un coin de l'oeil, il fixa Misha, tout timide, sans aucune provocation, comme si un lion africain se retrouvait sur les sommets des Alphes. Il avait ce regard perdu, sur un ton d'insécurité, loin de ce comportement provocateur qu'il adoptait dans les salons de la Rose Rouge. Et quelque part il appréciait malgré l'absence de voix du prostitué. Il se demandait si sa vulgarité l'énerverait encore, si ce serait amplifié ou atténué. Le jeune Bartowski appréciait sa présence et il devait apprendre à apprécier sa voix, crue et injurieuse. C'est ce qui faisait partie de Misha, et le jeune homme, Denys le voulait en entier, ayant apprécié de le dévorer lors de leur précédente rencontre. Son regard se percuta à la vue de ses lèvres. Fines, pulpeuses, au goût sucré qu'il aimait sucer, câliner de ses propres lèvres. Il était prêt à jeter sa tasse à terre, de prendre sa tête en coupe et de l'embrasser avec passion mais sa décence le forçait à rester à sa place, sa tasse toujours dans les mains et à le fixer de loin. « Oui, euh j'ai été quelque peu occupé, je n'ai pas eu le temps de m'en charger. Tu aurais une machine à laver à me prêter peut-être ? » Le jeune écrivain grimaça pendant une demi-seconde en entendant sa phrase. Il avait été quelque peu occupé ce qui se traduisait par son occupation à coucher avec plusieurs clients masculins qui l'avaient désirés durant ces trois jours. Il ne devait point paraître sa jalousie naissante, il se convint que Misha, à la base, était un prostitué et lui, seulement son client. Le fait qu'il ait des aventures avec une multitude d'hommes s'inscrivait dans la norme et il devait respecter ça. Buvant sa dernière gorgée, il déposa la tasse sur le comptoir, percevant le son de l'eau qui coulait. Sans prononcer un mot, il accourut dans la salle de bain afin de tourner dans le sens inverse le bouchon et arrêter la chute. Son bain semblait prêt, il n'avait plus qu'à se déshabiller afin de profiter de ce moment de détente. Cependant, la présence de Misha l'angoissait, il ne pouvait pas vivre sa vie tranquillement avec la présence d'un étranger. Ayant le choix, il pouvait le congédier ou alors l'inviter. Tel, un serpent rampant jusqu'à sa proie, Denys arriva derrière Misha, glissant ses bras dans son dos afin de le caresser.  « Voudrais-tu nettoyer tes impuretés en te baignant à mes côtés ? » murmura t-il à ses oreilles d'une voix suave, avant de prendre sa main et de l'entrainer vivement dans la salle de bain. En face du prostitué, il extirpa soudainement son boxer en le faisant tomber à terre et glissa ses mains en haut de sa chemise, déboutonnant lentement chaque bouton, un à un. Il laissa seulement le dernier bouton, en bas et posa son regard pervers sur celui de Misha, en espérant que cette mise en scène fonctionnerait pour le faire craquer. En effet, la chaleur était descendue à son bas-ventre, prenant possession de son entrejambe et le dresser lentement.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys   Dim 4 Mai - 17:57

Tu ne sais plus quoi dire, tu voudrais t'exprimer, crier. Mais tu l'observes, tu le dévores des yeux, tu le veux. Tu ne sais comment le dire, alors tu te plantes. Mais tu voudrais planter tes doigts dans sa peau.
AND THEN WHAT ?
Le jeune blond avait bien vu la tête de Denys lorsqu'il avait évoqué implicitement les clients qu'il avait eut depuis qu'il avait vu l'écrivain. Cette grimace le fit sourire un peu plus, il ne savait pourquoi il était limite satisfait que Denys soit légèrement jaloux de ses autres clients. Mais peut-être que ce n'était pas cela, peut-être que c'était juste parce qu'il répugnait ce qu'il faisait en dehors de ce qu'il faisait avec lui. Entre la jalousie ou le dégout, il ne savait pas lequel des deux était dans le cerveau de Denys. Il ne dit plus rien et le regarda boire son thé tranquillement comme si rien ne le perturbait. Pourtant il voyait cette légère différence dans son comportement par rapport à la Rose Rouge, il était plus timide, ayant moins cet air suffisant dans le regard. Peut-être que c'était à cause de la nuit qu'ils avaient passé ensemble ? Cela avait changé quelque chose du côté de Denys ? Comme du côté de Misha d'ailleurs, il avait du mal à se l'avouer, mais il voulait Denys en dehors de la Rose Rouge, il voulait sortir avec lui dans des restaurants ou même passer une soirée à être dans ses bras, sans avoir la pression de devoir coucher ensemble. Il n'osait rien dire à ce moment précis, il avait peur de dire une grossièreté qui lui vaudrait d'être mis à la porte. Pourtant il n'allait pas se retenir de parler à chaque fois qu'il était avec Denys. Il l'observa partir de la pièce un moment puis revenir derrière lui, lui caressant doucement le dos. « Voudrais-tu nettoyer tes impuretés en te baignant à mes côtés ? » Des frissons descendirent dans son corps face au toucher de Denys, pas par plaisir cette fois-ci, mais à cause de la douleur. En effet, parmi les trois jours où il n'avait pas vu le jeune écrivain, il s'était sacrifié pour prendre la place de Mikah auprès de Yulian. Il avait encore pleins de traces fraiches sur son corps et chaque toucher sur sa peau le faisait souffrir, mais il ne dit rien. C'est d'ailleurs pour cela qu'il hésita un instant face à l'invitation de Denys de le rejoindre dans un bon bain chaud. Il allait surement voir toutes les marques rouges et la vilaine morsure qu'il avait eut tant de peine à cacher avec son col. Pourtant il se laissa emporter dans la salle de bain et assista à un spectacle qui aurait pu faire saigner du nez n'importe qui. Il suivit du regard le boxer qui tomba au sol et ne put s'empêcher de fixer son entrejambe. Il se mordit la lèvre inférieure en voyant la chemise glisser lentement au sol, révélant le corps nu et excité de Denys. Il lui lança un regard gourmand. « Comment tu veux que je résiste avec une vue pareil.. » Même s'il avait des doutes quant aux marques sur son corps, il ne pouvait pas résister à celui de Denys. Le voir offert comme cela était un crime, puis en plus dans un bain, il n'y avait rien de mieux. Il n'avait jamais eu ce genre d'intimité avec un autre client. Pas de caresses langoureuse ou de petits massages sensuels, pourtant avec l'écrivain, il pouvait espérer, peut-être que c'était possible.  Pourtant, il fallait qu'il se déshabille à son tour et malgré l'irrésistible envie de le faire, il détourna le regard par terre, ne voulant pas voir la tête de Denys se transformer dans une grimace de dégout lorsqu'il allait voir les plaies rouges et sensibles qu'il avait sur le corps. Il enleva doucement son haut, le faisant passer au dessus de ses épaules, mettant à l'air libre la grosses morsure sur son épaule et de multiples traits rouges et un peu gonflés qui s'étendaient sur son torse et son dos. Puis vint le tours du pantalon et du sous vêtement, ce qu'il eut le plus de mal à enlever vu que le tissue frottait contre la peau douloureuse. Une fois nu, il s’avança et posa son front contre la clavicule de Denys, ne voulant pas voir son visage de peur ce ce qu'il allait y lire. Misha passa ses mains dans le dos de l'écrivain, logea ses mains sur ses omoplates pour le serrer contre lui et sentir cette vague de confort venir jusqu'à lui.



 

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys   Dim 4 Mai - 20:11

Misha ∞ Denys
A thousand silhouettes dancing on my chest
La présence de Misha l'enivrait, elle prenait possession de ses sens pour le bouillir, l'échauffer afin que son corps soit attiré contre celui du prostitué. En le dévorant des yeux avec sa tasse de thé, sa résistance avait implosé en quelques minutes et il en pouvait plus. Denys voulait ressentir des frissons, ceux provoqués par l'étroite présence du corps de Misha, mais aussi des caresses faites par ses tendres mains afin de l'apaiser. Le spectacle érotique s'était introduit dans ses pensées, l'incitant alors à l'inviter à ses côtés dans la baignoire. Il l'avait entrainé dans la salle de bain avant de se déshabiller avec sensualité, ôtant lentement ses vêtements et d'afficher ouvertement son érection, symbole du désir, en réponse à sa présence. Il scrutait le regard émerveillé du prostitué, semblant excité lui aussi. « Comment tu veux que je résiste avec une vue pareil.. Justement, l'écrivain ne voulait pas, il le désirait faible, sauvage et contrôlé par ses émotions, son désir pour l'atteindre. Ouvrant légèrement sa bouche pour dégager son souffle, Denys s'approchait doucement de Misha, désireux de le voir se déshabiller aussi. Cependant, ce qu'il devait être un des spectacles les plus érotiques offert aux yeux de l'écrivain se transforma en une abomination. Il arqua les sourcils lorsqu'il vit le regard de Misha se baisser. Il le vit avec crainte enlever son haut et aperçut une morsure ainsi que de multiples traces rouges présentes sur son torse. Ses peurs résonnaient dans son esprit ; en premier lieu, il pensa à une sortie du russe dans la russe, tabassé par d’infréquentables jeunes hommes homophobes puis, ses suppositions dérivèrent sur la Rose Rouge avec un client trop brutal qui lui avait administré ces douleurs. Comment pouvait-on se montrer aussi inhumain ?! Les prostitués restaient des êtres humains et ne se transformaient point en objets sur qui on pouvait se défouler. Il grimaça lorsqu'il retira avec délicatesse son boxer. Le désir semblait parti, envolé pour se faire remplacer par de la peine. Il accueillit Misha dans ses bras, sa tête se déposant sur sa clavicule. Il sentit ses mains se glisser dans son dos et sans détour, il accueillit avec chaleur le jeune homme dans ses bras et souffler tendrement : « Ça va aller ... Tu as été courageux. » Il ne savait guère ce qu'il s'était passé mais Misha était là, à ses côtés, en vie. Plongeant une main gracieusement dans ses cheveux, il le caressa tendrement durant quelques secondes avant de se détacher lentement de lui. Il donna un baiser bref et tendre sur les lèvres du russe avant de plonger délicatement dans l'eau chaude du bain et de lui faire signe afin qu'il le rejoigne. Petite baignoire, ils seraient collés l'un contre l'autre, le dos de Misha se positionnant sur le torse de Denys. Doucement, il accueillit de nouveau dans ses bras avant de le caresser tendrement. « Tu veux me parler de cette brute ? » Une de ses mains prit refuge dans les cheveux du blondinet, reprenant ses tendres caresses alors que l'autre main veilla à apposer de doux frottements sur ses bras, visant à ne pas le blesser. En quelques secondes, Misha s'était transformé en pierre précieuse, en porcelaine auquel il fallait accorder la plus grande vigilance.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys   Dim 4 Mai - 21:22

Tu ne sais plus quoi dire, tu voudrais t'exprimer, crier. Mais tu l'observes, tu le dévores des yeux, tu le veux. Tu ne sais comment le dire, alors tu te plantes. Mais tu voudrais planter tes doigts dans sa peau.
AND THEN WHAT ?
Il se sentait bien comme cela, entre ses bras. Il pourrait y rester pendant des heures, la tête posé contre le haut de son torse, respirant son odeur qu'il aimait tant.  Il aimait son odeur, encore plus que toutes les autres. Elle avait quelque chose de rassurant pour lui,  elle lui semblait comme familière alors qu'il ne le connaissait que de peu. Dès qu'il l'avait sentit la dernière nuit, il savait qu'il ne pourrait pas se l'enlever de la tête, elle était comme graver dans son esprit. Il avait peur de la réaction de Denys, il était possible qu'il n'aime pas ces marques, qu'il le trouve repoussantes et qu'il décide de la renvoyer à la maison close.  « Ça va aller ... Tu as été courageux.  » Pourtant lorsqu'il sentit ses mains venir dans ses cheveux, tous ses muscles se détendirent d'un coup, un soupire de bien être passa entre ses lèvres. C'était ce dont il avait besoin, d'une présence contre lui qui saurait le réconforter même lorsqu'il ne savait pas qu'il avait besoin de l'être. Il avait beau faire le mec qui avait l'habitude de ce genre de chose, cela ne lui faisait jamais du bien et il en souffrait tout le temps. Oui, peut-être qu'il avait été courageux de supportait cela, mais il n'avait pas vraiment le choix à vrai dire. Il devait subir et fermer sa gueule, il l'avait bien comprit. Il ferma les yeux contre la peau de Denys, pendant quelques secondes, il ne pensait plus à ses muscles endoloris, ni à cette morsure qui cassait le rythme lisse de sa peau. Il pensait juste à Denys, qui le tenait dans ses bras. Puis Denys lui remonta le visage à sa hauteur et il accueillit avec bonheur ce baiser chaste et tendre. C'était exactement ce dont il avait envie. Pas de caresses ou de baiser brutale, juste de la tendresse et du désir doux. Il le suivit docilement dans la baignoire, prenant bien son temps pour entrer dans l'eau chaude, le liquide faisant piquer la peau rouge de Misha. Une fois contre le torse de Denys, il se surprit à se détendre complètement, comme s'ils avaient déjà fait cela des centaines de fois. Il se sentait à sa place entre ces bras. Misha laissa sa tête tomber en arrière, se calant contre son épaule. « Tu veux me parler de cette brute ? » Il ne savait pas s'il avait envie de lui en parler ou pas, après tout il n'avait surement pas envie de savoir ce qu'un homme lui avait fait subir. Parce que même s'il s'était infligé lui même les coups de fouets, c'était comme si c'était Yulian qui lui avait fait. Dans l'esprit de Misha cela revenait au même. Il se tendit un peu en repensant aux coups, mais ce ne fut qu'un court instant parce qu'une des mains de Denys retrouva son chemin vers ses cheveux, ce qui lui arracha une petite plainte de bien être. C'est fou comme ce geste pouvait le détendre en même pas une demi seconde. De plus, Denys savait y faire pour le détendre, en fait, rien que sa présence suffisait. Il appréciait également les caresses sur ses bras, la seule parcelle de peau qui avait été un peu épargné. . « Il.. Il torturait un autre, mais je voulais pas que Mikah subisse ça alors à leur dernier rendez vous, je suis venu à sa place et Yulian n'a pas apprécié. Mais c'est pas grave, t'en fais pas.. » J'ai l'habitude.. Il faillit le dire, mais il n'était pas sur que Denys n'apprécie ce genre de remarque. Il savait que les prénoms ne lui disait surement rien, mais ça sortait tout seul, sinon l'explication aurait été plus compliqué et il n'avait pas envie de s’épancher là dessus, il aurait pu détailler la chose, lui expliquant tout ce qu'il avait du faire, utilisant son langage peu poétique, mais cela aurait été mal placé, même pour Misha. Il voulait juste profiter de ce moment en dehors de la maison close. Il tourna un peu la tête pour déposer de petits baisers sur la peau du cou de Denys, savourait ce qui était à sa portée. Il était doux et tendre, comme le contexte, il voulait rester dans cette esprit et oublié tout ce qui n'était pas Denys.



 

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys   Lun 5 Mai - 16:58

Misha ∞ Denys
A thousand silhouettes dancing on my chest
Grisant, tel était le mot accordé à cette situation. Denys se surprit à apprécier de caresser Misha, comme une poupée, tendrement, avec lenteur. Tout se concentrait dans la douceur, dans les caresses exécutées par ses mains tendres. Plongé dans l'eau chaude et apaisante, l'écrivain accueillit le prostitué dans ses bras, le câlinant. Il avait prévu un moment sensuel et érotique en sa compagnie mais la connaissance des blessures marquées sur le corps de Misha avait quelque peu changé la donne. Ayant pour idée d'être pervers, il refoulait son désir pour permettre à la sensualité d'éclore à sa place. Cependant, proche de ce sentiment, une émotion de colère naissait à l'encontre de l'agresseur du russe. Il était certes jaloux à l'idée que Misha passe d'agréables moments avec d'autres hommes mais il restait furieux qu'il fut contraint de recevoir des coups pour le simple besoin d'un client à combler. Curieux, il avait questionné le blondinet, caressant ses cheveux. Une idée traversa son esprit un court instant, pensant qu'un jour, il amènerait Misha au coiffeur, avec son consentement, afin de le relooker quelque peu, une coupe, peut-être une coloration avec. Non point qu'il le trouvait repoussant, il le considérait comme mignon, mais peut-être pouvait-il être diablement sexy avec un changement ? « Il.. Il torturait un autre, mais je voulais pas que Mikah subisse ça alors à leur dernier rendez vous, je suis venu à sa place et Yulian n'a pas apprécié. Mais c'est pas grave, t'en fais pas.. » Denys fronça les sourcils à l'entente de cette réponse, ne pouvant accepter ceci. Il avait tiqué sur un nom, Yulian, car il reconnaissait une personne qui s'appelait ainsi, lointain souvenir d'adolescence mais peut-être était-ce un autre homme. Ce qu'il l'avait mis sur les nerfs était la considération qu'il portait sur lui-même, la gravité de cet évènement passé. Son sang ne fit qu'un détour, commençant à bouillir et point dans le bon sens du terme. « Si, c'est grave ! Tu es un être humain, tu as le droit au respect et à la sûreté, comme tout le monde, comme ce Mikah... » Il eut un brève pensée à cet inconnu, lui souhaitant du courage face à ce monstre. Il sentit de petits baisers lui chatouiller le cou, émergeant un désir tendre. Quant à Denys, il continuait encore lentement ses caresses sur les bras de son prostitué avant d'attraper une bouteille sur le côté, parmi tant d'autres. En effet, du shampooing dégraissant au gel douche nourrissant, le jeune Bartowski n'avait point honte de prendre soin de son corps. Être en bonne santé, avoir un corps sain et c'est tout ce qui lui plaisait. Ainsi, il avait pris une crème de bain adoucissante, s'en coulant une noisette sur l'autre main et commençant à l'étaler lentement sur la peau de Misha, en commençant par le torse. Débutant par le haut, il glissa petit à petit vers le bas-ventre, jusqu'à ce que sa main droite finisse par empoigner tendrement sa virilité, le caressant avec vigueur. « Si tu ne le désires pas, dis-le moi ou sinon ... gémis. » Il rapprocha sa tête de celle du prostitué, l'abaissant afin d'embrasser son cou par de tendres baisers, voulant faire oublier cette morsure, sombre passage qui s'était incrusté sur la peau de Misha.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys   Lun 5 Mai - 17:55

Tu ne sais plus quoi dire, tu voudrais t'exprimer, crier. Mais tu l'observes, tu le dévores des yeux, tu le veux. Tu ne sais comment le dire, alors tu te plantes. Mais tu voudrais planter tes doigts dans sa peau.
AND THEN WHAT ?
Misha voulait tout sauf que Denys ne s'énerve, bien sur au fond de lui cela lui plaisait que l'écrivain veuille savoir ce qui lui était arrivé et qu'il soit jaloux envers la personne. Mais il ne voulait pas qu'ils discutent de cela maintenant, parce qu'il savait que ça allait mener à une possible discussion sur le métier de Misha et c'était le genre de chose qu'il voulait éviter depuis le début, ce dont il avait le plus peur. Il ne savait pas ce qu'ils étaient, pour être franc, il n'était pas un simple client parce que sinon ils ne passeraient pas ce moment intime en dehors de la maison close sans prévenir le gérant, puis ils ne pouvaient pas être « ensemble » parce que Misha ne pouvait pas ce le permettre, c'était trop compliqué à expliquer toute cette situation. Il voulait juste profiter des moments qu'il pouvait avoir avec Denys sans se prendre la tête. « Si, c'est grave ! Tu es un être humain, tu as le droit au respect et à la sûreté, comme tout le monde, comme ce Mikah... » En entendant cette phrase, un petit sourire était venu sur le visage de Misha, cela lui réchauffait un peu le cœur que Denys le prenne comme cela. Ce qui était vraiment en soi, ce n'était pas parce que c'était un prostitué qu'il devait être traité comme un objet, pourtant la plupart des clients avaient tendance à l'oublier fortement. Il pensa aussi directement à Mikah qui devait subir cela à chaque fois et qu'il n'avait pas la chance comme lui d'avoir un bel homme pour le détendre et le caresser comme il le méritait. Il laissa Denys clore la conversation sur cette phrase, voyant bien qu'il n'y avait rien d'autre à rajouter et qu'ils voulaient tous les deux profiter de ce moment. Il était toujours confortablement installé contre le torse de Denys, se sentant soutenu par ce corps qui le faisait rêver. Il le vit prendre une bouteille de gel douche pour en verser dans sa main et commencer à en passer sur le torse de Misha, étalant la crème. Il se laissa transporter par les caresses des mains de l'écrivain, il était vraiment doué de ses doigts. En même temps, il passait lentement sur la peau rougit par le fouet et cela le détendait encore plus, rafraichissant les plaies qui le brulaient en permanence. Puis il commença à descendre, au fur et à mesure que les mains de Denys coulaient sur son corps, la respiration de Misha se faisait de plus en plus rapide. Il appréciait la sensualité avec laquelle il amorçait les choses. Lorsqu'il attrapa sa virilité, sa respiration se bloqua un instant sous la sensibilité de ses gestes. « Si tu ne le désires pas, dis-le moi ou sinon ... gémis. » Il ne pourrait jamais dire non, du moins pas à Denys, il le savait désormais. Puis sous les baisers tendres qui étaient déposés sur la peau sensible, il lâcha un gémissement qui était bloqué dans sa poitrine. Il décala sa tête sur le côté pour laisser plus de place à la bouche de Denys, faisant disparaître toute la signification que la morsure dégageait. C'était comme s'il voulait effacer cette trace sous ses baisers et Misha était très sensible à cette attention. Peu de personne auraient pris le temps de faire cela, de remplacer ce vestige de douleur par des frissons de plaisir. Doucement et inconsciemment, il fit bouger ses hanches pour venir à l'encontre des va et vient sur son membre, en faisant cette action, il allait aussi à l'encontre de la virilité de Denys qui était coincé contre son bas ventre. Il n'avait besoin que de ça, de sensualité, de douceur et de tendresse, il ne demandait rien de plus. Il laissait sa gorge sortir son plaisir comme il le voulait, ne retenant pas ses gémissement qui frappaient contre les murs de la salle de bain. Il agrippa doucement la main non occupé de Denys pour la serrer sous le plaisir qu'il lui infligeait. Misha savait que Denys n'allait pas faire de gestes brusques qui allait le blesser, il se laissait aller contre cet homme dont il avait totalement confiance.



 

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys   Lun 5 Mai - 19:02

Misha ∞ Denys
A thousand silhouettes dancing on my chest
Encore une fois, Denys éprouvait cette sensation, cette incitation à procurer du plaisir à Misha. Grâce à ses caresses, à ses baisers, il se sentait fort et puissant, capable de transmettre du désir et de la tendresse à son amant. Après lui avoir imbibé de la crème de bain sur son torse, il avait glissé ses mains lentement jusqu'à sa virilité afin de le caresser avec tendresse. Après sa mise en garde et n'ayant aucune réponse, il commença à le masturber avec vigueur. En vérité, ce n'était pas seulement pour procurer du plaisir à Misha, mais c'était aussi pour lui, parce qu'il en avait envie, charmé par le jeune homme. Ajouté à ça, il abaissa sa tête afin de coller quelques doux baisers à son cou dans l'espoir de l'apaiser, de le consoler de ses peines et d'en extirper sa douleur. Les gémissements du prostitué lui semblaient agréables, telle une douce mélodie de piano qui se glissait dans ses oreilles. Il adorait ça, comme si c'était son péché mignon et sous cet effet, il accéléra les allers et retours de sa main sur sa verge durcie par le plaisir. Il observa sa propre intimité droguée sous l'effet du plaisir qu'il prenait à ça. Il sentit la main de Misha se refermer sur lui, la serrer sous l'effet du plaisir en se mêlant à ses gémissements. Tournant légèrement la tête, Denys plaqua impulsivement ses lèvres contre celles du prostitué, l'embrassant avec plus d'intensité et de passion, veillant tout de même à ne pas le brusquer. Il désirait que ses plaintes ne soient liées qu'au plaisir et non à la douleur. Mêlant brièvement sa langue à la sienne, il rompit le baiser afin de susurrer près de son oreille : « Jouis, Misha. » Il accéléra ses mouvements avec force afin de provoquer le plaisir plus rapidement, abandonnant sa patience pour entendre gémir plus fortement Misha. Bordel, pourquoi se comportait-il, ainsi ? Voguant avec nuance, Denys se questionnait. Il se considérait en manque du prostitué, attiré par lui par une force mystérieuse. Il n'était pas son client en soit et ce qui se passait ici restait officieux par rapport à la Rose Rouge et pourtant, il ressentait un picotement à ses côtés, comme une petite flamme ardente qui le chatouillait. Il attendit que la semence de son partenaire jaillisse afin d'exprimer une forte plainte, comme s'il avait été lui aussi victime de plaisir. Attendant quelques instants, Denys se renferma, extirpant ses doigts du membre épuisé avant de les poser de nouveau sur le dos de Misha. « On reste ici ou tu veux qu'on aille sur mon lit, que je t'étale de la pommade sur ton dos. Voir ces profondes blessures m'agace... » Aujourd'hui, il le chérissait, tel un chaton qu'il venait d'accueillir, désirant s'en occuper comme si c'était sa seule occupation. Il ne savait guère ce que l'avenir leur réservait mais cette fois-ci, il souhaitait seulement être tendre et gentil, conservant toutefois sa pointe d'érotisme, telle une signature qui lui était propre. Sa respiration s'était décuplée, devenant forte, respirant à pleine nez cette odeur qui le charmait, l'hypnotisait pour le rendre soumis. Il se le promettait, un jour ou l'autre, il ferait payer à ce Yulian son crime. En temps normal, il s'en serait foutu. Là, il avait touché ce qui était protégé à grande échelle ; esquinter Misha était prohibé.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys   Lun 5 Mai - 20:50

Tu ne sais plus quoi dire, tu voudrais t'exprimer, crier. Mais tu l'observes, tu le dévores des yeux, tu le veux. Tu ne sais comment le dire, alors tu te plantes. Mais tu voudrais planter tes doigts dans sa peau.
AND THEN WHAT ?
Une poupée, Misha se sentait comme une poupée entre les mains expertes de Denys. Mais pas dans le mauvais sens, il ne sentait pas comme un objet au contraire, mais comme quelqu'un qu'il chérissait et dont il prenait le plus grand soin. Il sentait une verve presque religieuse dans ses baisers et ses caresses, il se sentait con âme offerte et son corps admiré. Jamais il ne s'était sentit comme cela et ça le troublait fortement, il devait l'avouer. Il se demandait pour l'écrivain perdait son temps avec lui, à lui faire ressentir tout cela, à caresser sa peau comme s'il lui appartenait ? Misha ne savait pas si c'était sincère, si Denys le ressentait de la même manière que Misha. Peut-être qu'il ne voyait pas cela de la même manière. Misha se posait pleins de questions par rapport à leur relation. S'il ouvrait la bouche, il a peur de tout faire péter alors il préférait se la fermer pour l'instant et de profiter de ses caresses, même si cela n'allait pas durer. Misha se laissa happer par la bouche de l'écrivain, lui transmettant ses gémissement et en profitant pour regouter à ces lèvres qui lui avait tant manqué. « Jouis, Misha. » Ces paroles résonnaient dans sa tête, cela sonnait comme une douce mélodie à ses oreilles. Il avait pourtant déjà entendus ces mots, on lui avait déjà dit, crié, ordonné même, mais jamais chuchoté comme une supplique à son oreille. Il en avait extrêmement envie, même sans cela, il aurait envie de lui obéir rien que pour lui, pour accéder à sa demande. Il ne savait plus où donner de la tête, tous ses sens étaient en alerte, il pouvait sentir l'odeur de Denys, décuplé par le gel douche, il sentait aussi cette main qui le faisait monter haut, embrouillant ses pensée. Il ne pensait même plus à ses marques ou à la Rose Rouge ou à n'importe qui d'autre, il ne pensait qu'à Denys et au plaisir qu'il lui procurait. Suivant sans effort la commande de l'écrivain, le blond succomba à la jouissance, libérant cette pression ardente qui s'était logé dans son bas ventre. Ses muscles se relâchèrent et picotèrent doucement comme s'ils étaient totalement engourdis. Denys reposa ses doigts fins dans son dons, ce qui lui donna la chair de poule. « On reste ici ou tu veux qu'on aille sur mon lit, que je t'étale de la pommade sur ton dos. Voir ces profondes blessures m'agace...  » Un nouveau sourire vint se poser sur la bouche de Misha, il ne disait jamais non à un bon massage, puis il savait qu'il en aurait bien besoin en ce moment. Il n'arrivait toujours pas à savoir pourquoi Denys tenait autant à s'occuper de lui comme cela. Il regarda l'eau du bain maintenant un peu plus froide et se dit qu'ils seraient bien mieux dans un bon lit confortable. Le blond remarqua aussi que le châtain était penché sur lui, respirant dans son cou et imprimant son odeur dans son nez. Cela le fit sourire encore plus, trouvant ce geste complètement gênant et adorable à la fois. Il se leva du bain et sortit de la baignoire, entrainant Denys à sa suite. Il prit la première serviette qui lui tomba sous la main et se séchant vite fait avant de frotter le corps de l'écrivain avec un grand sourire aux lèvres. « Ce serait avec plaisir, je suis tout à toi mon bel apollon. » Il lui fit son plus grand sourire et glissa délicatement sa main dans la sienne, appréciant la texture de sa peau sous ses doigts. Il n'avait que faire qu'ils soient tous les deux nus, il n'y avait pas de gêne ni d'empressement sexuel, juste du bien-être. Le blond l'entraina vers l'endroit qu'il avait deviné être la chambre de Denys. Il prit place sur son lit, comme s'il était chez lui, parfaitement à l'aise dans cet endroit qu'il connaissait à peine. Le jeune Yefrem plaça son visage en face de l'écrivain et déposa un léger t chaste baiser sur ses lèvres, juste parce qu'il en avait envie, sans pression.



 

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys   Mar 6 Mai - 5:40

Misha ∞ Denys
A thousand silhouettes dancing on my chest
Doux spectacle qui s'ancrait dans ses pensées ; être avec un homme, point n'importe qui, Misha, dans un bain, son bain. C'était la première fois pour Denys mais qui faisait partie de ses fantasmes depuis des années. S'il avait cordialement invité le prostitué à le rejoindre dans cette baignade, c'était pour y apposer une touche érotique de choix car malgré sa vulgarité, il devenait peu à peu unique, possédant un charme, mêlé à ses bouclettes blondes, lié à ses douces plaintes qui ressemblaient à des mélodies et à ses douces caresses qu'il aimait sentir. Il était passé d'un pouilleux idiot à cet homme à qui Denys se sentant incité à lui procurer du plaisir. Assistant à sa sublime jouissance, l'écrivain s'était empressé de trouver quelque chose d'autre, telle une activité complémentaire afin de guérir Misha, le trouvant encore trop fragile, que ce soit psychologiquement ou physiquement. Le Bartowski voguait entre les nuances, un jour, il était poète, ces temps-ci, il désirait être médecin et peut-être que dans un futur proche, il serait peintre. Ce qui lui semblait curieux, c'était que depuis leur ébat, Misha ne semblait plus décrocher un mot, prononçant seulement quelques mots ou quelques phrase, comme si toute interjection s'était évaporée. Des tendres paroles restaient agréables mais il recherchait d'autres mots, ceux propres à Misha, ceux qui l’insupportaient en temps normal, ceux qui étaient à l'origine de nombreuses disputes entre eux. Peut-être que le prostitué avait peur de les prononcer, ne désirant guère de conflits ? Cependant, cette pensée l'amenait à la crainte d'être une figure de peur pour lui. A présent, il ne souhaitait aucune négativité entre eux, qu'elle soit esquisse ou concrète. L'homme de joie s'extirpa de la baignoire, entrainant Denys dans sa levée avant d'attraper une des quelques serviettes accrochées sur les murs. En quelques instants, il se sécha vivement avant de frotter sa serviette contre le corps d'un Denys, souriant, profitant de cet acte agréable et intime. « Ce serait avec plaisir, je suis tout à toi mon bel apollon. » Les joues de l'écrivain virent au rouge cramoisi, flatté et point habitué aux compliments, à ceux qui semblaient sincères. En effet, parfois, on caressait son égo en le peignant de mots doux et séducteurs mais il ne se laissait pas duper, sachant que derrière ces paroles, un intérêt douteux s'y cachait. Il sentait la main de Misha rejoindre la sienne ce qui lui déclencha un picotement, une sensation à nouveau grisante, inédite et agréable. Ôtés de serviettes, ils restaient nus, à se sourire l'un à l'autre jusqu'à ce que le prostitué l'amène dans la chambre de Denys, sa propre chambre dont il semblait à l'aise alors qu'il n'y avait jamais mis les pieds. Il se fit entrainer sur la couche, ressentait cette sensation agréable, celle des lèvres de Misha se collant aux siennes simplement, un doux baiser qu'il refusait. Il rompit le contact, adoptant un ton brutal. « Non, s'il te plait, ne fais pas ça. » Question de sécurité afin de garder ses distances. Ce baiser chaste avait eu le don de lui transmettre du désir, des pulsions sexuelles et son intimité, se retrouvant victime, devint gorgé de cette pression. D'un geste déterminé, il invita Misha à se coucher sur le ventre, sur ses draps. Se retourna, il s'enfonça dans son armoire, prit quelques vêtements, seulement le nécessaire, un caleçon avec un pantalon, agrémenté d'un tee-shirt et d'un pull. Il attrapa aussi la pommade citée quelques instants auparavant avant de poser les habits sur sa table de chevet et de revenir sur le lit, se plaçant sur Misha, ce qui eut don de décupler son désir pourtant interdit.« Je t'ai préparé quelques vêtements amples afin d'éviter le plus de frottements. » Certes, ils ne respiraient pas la séduction incarnée mais on se sentait apaisé et libre, non serré avec ces habits. Écoulant de la crème sur son dos, il commença à l'étaler sur son dos, tel un masseur professionnel usant de la sensualité de la situation. Avec ce médicament, sa peau serait comme neuve dans quelques jours, effaçant ses marques comme une gomme à un crayon à papier. Il espérait qu'il n'avait point prit sa remarque comme une insulte. Se concentrant sur son massage, veillant à caresser toutes les zones mêmes ses fesses semblant rouges, il voulut se justifier : « Tu ne l'as pas pris mal quand je t'ai demandé d'arrêter ? Comprends que t'embrasser nu sur un lit, ça me donne juste envie de te faire l'amour avec passion... » Aïe. Il se mordit la lèvre inférieure pour avoir sorti d'une telle boulette pareille, regrettant d'avoir laissé transparaitre ses sentiments naissants. Coucher était le mot adéquat, il l'utilisait pour mettre de la distance avec ses partenaires sexuels et demeurait un parfait substitut de baiser, mot qu'il trouvait vulgaire et animal. Faire l'amour restait intime et point réservé au premier venu qui passait. Il ne voulut même pas s'excuser, ayant peur de la réaction du prostitué. Avec de la chance, il n'avait même pas fait attention, occupé à profiter de ses caresses. Il s'abaissa pour étaler de la crème sur ses bras, son intimité commençant à frôler le postérieur de Misha, environnement qu'il avait exploré la dernière fois. Il devait cesser ce tableau trop intime ou il aurait des envies de viol, et il ne se permettrait pas d'enfreindre ses règles.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys   Mar 6 Mai - 11:47

Tu ne sais plus quoi dire, tu voudrais t'exprimer, crier. Mais tu l'observes, tu le dévores des yeux, tu le veux. Tu ne sais comment le dire, alors tu te plantes. Mais tu voudrais planter tes doigts dans sa peau.
AND THEN WHAT ?
« Non, s'il te plait, ne fais pas ça. » Denys avait rompit le contact de leur lèvres en le repoussant, Misha ne put s'empêcher d'être déboussolé, il ne savait pas pourquoi il le rejetait maintenant s'il n'avait pas envie de lui. Peut-être que c'était parce que c'était en dehors de leur ébats sexuels. Le blond ouvrit la bouche pour dire quelques chose, mais rien ne sortait parce qu'il ne savait pas quoi dire, cela faisait plusieurs fois en sa présence qu'il ne savait pas quoi dire alors que dans son esprit, il y avait des milliers de questions sans réponses qui tournaient et tournaient à lui donner mal au crâne. Il se mit doucement sur le dos, n'ayant pas vraiment conscience de ce qu'il se passait autour de lui tellement il réfléchissait à tout cela. D'ordinaire, il était plus à poser les questions et à faire des remarques et juste après il réfléchissait à la situation. Mais là il essayait de faire autrement, pour ne pas tout gâcher, mais il avait l'impression d'avoir fait quelque chose de mal et il ne savait pas quoi. « Je t'ai préparé quelques vêtements amples afin d'éviter le plus de frottements.  » Ses pensées s'arrêtèrent lorsqu'il vit les vêtements que Denys avait préparé pour lui, pour qu'il se sente plus à l'aise. C'était une attention qui lui fit véritablement plaisir, il ne savait pas quoi en penser. Il avait l'impression que sa tête allait exploser et il ne savait pas pourquoi. Il faisait tout cela pour lui,  lui proposant un massage, lui offrant des vêtements pour éviter qu'il n'ait encore plus mal.   Il décida d'oublier toutes  ses craintes pendant un instant et se concentrant sur la crème qui coulait sur son dos et aux mains qui le parcourait pour le guérir. Il se sentait vraiment chérit à ce moment même, il aurait pu ne rien faire, après tout ce n'était pas lui qui lui avait fait tout cela. Il pouvait être énervé, mais il aurait pu ne pas pensé à le soigner ainsi, pourtant il l'a fait. Misha ferma les yeux pendant une seconde, sentant ses muscles se détendre petit à petit sous la douce pression qu’exerçait les doigts de Denys dans son dos.  « Tu ne l'as pas pris mal quand je t'ai demandé d'arrêter ? Comprends que t'embrasser nu sur un lit, ça me donne juste envie de te faire l'amour avec passion... » Lorsque ces paroles atteignirent ses oreilles, les yeux de Misha s'ouvrirent brusquement, est-ce qu'il avait bien entendu ou alors c'était juste son imagination, ce qu'il voulait entendre ? Il sentait sa poitrine s'écraser contre le matelas alors que rien n'avait changé par rapport à tout à l'heure, il commençait doucement à paniquer, mais essaya de contrôler sa respiration. Rien que de l'embrasser lui donnait envie de coucher avec lui ? Non, de lui faire l'amour, cela avait un tout autre impact. Misha n'avait jamais employé ses mots, pour qui que ce soit, il avait un florilège de mots pour remplacer l'acte sexuel, mais jamais celui-ci ne lui était venu en tête. Peut-être que Denys n'avait utilisé ce terme pour ne pas être vulgaire ? Que c'était son instinct d'écrivain qui le forçait à employer ces mots là et pas parce qu'il trouvait que ça correspondait à la situation. Face à cette pensée, uns certaine tristesse se fit sentir dans son ventre, il voulait qu'on lui montre ce que cela voulait dire, faire l'amour, qu'on lui apprenne la différence, mais Denys n'était surement pas enclin à faire cela avec lui, il n'était qu'un prostitué après tout, qui voudrait ce genre d'intimité avec un homme qui en avait connu pleins d'autres avant pour de l'argent. « Et qu'est-ce qui t'en empêche ? » Si Denys voulait coucher avec lui, alors qu'il le fasse, qu'est-ce qui le retenait ? Misha arqua son dos au maximum pour faire remonter ses fesses pour les frotter contre l'entrejambe de l'écrivain et lui donner envie. Puis c'était ce que Misha savait faire le mieux n'est-ce pas ? Titiller ses clients pour qu'ils expriment leur envie en couchant avec lui. Si c'était ce que Denys voulait alors il allait lui donner, c'est tout. C'était devenu un automatisme malheureux qu'il avait adopté, il était toujours prêt à satisfaire les envies de ses clients quoi qu'il arrive, qu'il ait des marques qui lui faisaient mal ou pas.. C'était la première fois que Misha avait autant de doute sur lui-même, qu'il ne savait plus où il en était. Il était pratiquement sur que Denys ne voudrait pas lui faire l'amour et que c'était juste son côté écrivain qui avait parlé. Le blond n'était pas contre couché avec lui bien sur, mais maintenant il ne savait plus ce qu'il voulait vraiment, d'un côté sa tête lui disait de le traiter comme n'importe quel client et de se plier à son envie, et son cœur lui faisait sentir qu'il n'avait pas envie de ça maintenant, mais juste d'une présence, de quelqu'un qui lui apprendrait toutes ces choses qui lui étaient interdit à cause de son métier.



 

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys   Mar 6 Mai - 13:01

Misha ∞ Denys
A thousand silhouettes dancing on my chest
Denys s'en voulait, horriblement. La honte commençait à rogner ses membres et son esprit, l'incitant à se casser sous ses couvertures. Il voulait que tout ça se termine au plus vite, que le prostitué se rhabille afin de repartir chez lui, dans son bordel, la Rose Rouge et qu'il reprenne sa vie, accueillant des hommes entre ses cuisses. Cette situation lui prenait la tête, commençant à le rendre malade. La multitude de questions qui ancrait son esprit le dévorait de douleur. Et là, en prononçant cette expression, il avait commis l'irréparable. Misha se vexerait sans doute, ou il en rirait, prouvant leur séparation de deux mondes bien distincts. Heureusement qu'il était dos à lui, ne pouvant voir son expression grimaçante, significative de la culpabilité qu'il éprouvait. De ses caresses, il finit la dernière apposition de crème, quantité suffisante pour apaiser ses marques avant d'interrompre ses mouvements. « Et qu'est-ce qui t'en empêche ? » Ainsi, il avait exactement perçu et relevé ce que Denys avait déclaré quelques secondes auparavant. Le jeune écrivain s'en voulait car il était tiraillé entre deux fronts ; son désir sexuel, omniprésent par son intimité dressée, caressée par les mouvements du dos que Misha se mit à exécuter et son sentiment de sûreté, ne souhaitant faire aucun mal au prostitué afin qu'il guérisse comme il le fallait. Denys, voulant cesser toute tentation s'extirpa du corps du russe en se levant afin de s'asseoir à ses côtés. Lâchant un long soupir incertain, il se confia : « Je ne sais pas. Je ne veux pas te faire du mal, idiot. Tu as des blessures, et puis, tu n'es pas ma chose, tu as le droit de dire non et enfin, nous ne sommes pas un ... couple ?! » Honteux et roussi, il tourna sa tête, l'abaissant dans le but d'éviter le regard de Misha qui serait sûrement accusateur et méfiant. Il venait de perdre le contrôle de la situation, peu à peu, avec le bain et le massage, elle avait glissé de ses mains et elle se trouvait trop loin pour aller la chercher, il fallait avancer sans, il fallait assumer ses choix, ses paroles. Le ton durci, il enchaina par une autre confidence : « Je ne sais même pas ce que nous sommes ... je ne veux pas être ton client, je ne veux pas que tu sois ma pute. » Vulgaire, il l'avait été dans sa phrase mais cette pesanteur, cette lourdeur l'insupportait que ses principes s'envolaient au loin. Il avait dit ce qu'il avait sur le cœur, au moins, espérant que Misha comprenne ses pensées, ses hésitations et ses confidences. S'il le refuserait, ce serait triste, il serait brisé durant quelques semaines, se prolongeant peut-être sur des mois mais il n'aurait pas de regrets. Il refusait de qualifier Misha comme son prostitué, comme son jouet qu'il voyait seulement lorsqu'il était en manque de sexe, le désir trop immense pour être conservé dans son pantalon et lui donner de l'argent pour sa libération, c'en était hors de question. Un autre jeune homme, peut-être, oui mais pas Misha. Levant les yeux brièvement vers le ciel, il soupira de nouveau avant de tourner son regard pour combattre celui du prostitué. L'écrivain insista sur la lourdeur de sa vue avant de demander : « Tu veux vraiment qu'on fasse l'amour ? Attention, je ne fleuris pas mon langage, je ne parle pas de coucher ensemble. » Il se mit à rire un court instant, se sentant stupide. En ce moment, il se sentait horriblement con, voulant se terrer profondément sur terre.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys   Mar 6 Mai - 16:37

Tu ne sais plus quoi dire, tu voudrais t'exprimer, crier. Mais tu l'observes, tu le dévores des yeux, tu le veux. Tu ne sais comment le dire, alors tu te plantes. Mais tu voudrais planter tes doigts dans sa peau.
AND THEN WHAT ?
Misha n'avait aucune idée de ce que sa phrase allait provoqué, pour lui le sexe avait toujours été la solution à tous ses problèmes. Il ne connaissait que cela et si Denys voulait son corps alors c'était réglé, il pouvait l'avoir, Misha lui donnait sans aucun soucis. Il le voulait également, plus que n'importe qui à ce moment précis. Pourtant apparemment ce n'était pas ce que Denys voulait à cet instant précis, il le comprit lorsque l'écrivain se dégagea de sur lui, s'asseyant vite à ses côtés. Misha savait qu'il avait encore tout gâché, mais il ne savait plus où il en était. Il resta là un moment, ne voulant pas voir le visage de Denys, cela allait encore plus embrouiller l'esprit du jeune prostitué. De voir ces yeux qu'il n'arrivait pas à décrire et à déchiffrer. « Je ne sais pas. Je ne veux pas te faire du mal, idiot. Tu as des blessures, et puis, tu n'es pas ma chose, tu as le droit de dire non et enfin, nous ne sommes pas un ... couple ?!  » Misha soupira doucement en fermant les yeux, tout ce qu'il ne voulait pas dire de peur de compliqué les choses, tous ces problèmes ressortaient maintenant et il savait que c'était le moment où il fallait clarifier les choses. Apparemment, Denys était aussi tourmenté par ces questions parce qu'il avait l'air un peu confus. Pourtant, il avait raison, ils n'étaient pas en couple.. Misha en avait bien conscience, il ne pouvait pas être en couple, pour lui c'était clair. Il ne savait même pas s'il en avait envie ou pas puisqu'il ne savait pas ce que c'était, il n'avait jamais connu cela. Il se releva un peu, s'assit sur le lit, le dos contre la tête de lit et regroupant ses jambes contre son torse. A cet instant précis, sa nudité lui paraissait un peu inapproprié alors que d'ordinaire il n'avait aucun problème avec cela. « Je ne sais même pas ce que nous sommes ... je ne veux pas être ton client, je ne veux pas que tu sois ma pute.  » Les paroles de Denys choqua un peu Misha, il n'avait pas l'habitude d'entendre ces mots là sortir de la bouche de l'écrivain, lui qui d'ordinaire était si poétique dans ses paroles. C'était plus le genre de Misha de sortir ce genre de terme. Jamais ce mot lui avait paru aussi violent et vulgaire que dans la bouche de Denys. Pour qu'il en arrive à dire ce mot là, c'était qu'il devait vraiment être perdu. Misha le laissa parler parce qu'il sentait qu'il en avait besoin, il devait vider son sac avant que ce soit à lui de le faire, parce qu'il devait enfin exprimer ce qu'il pensait, même s'il ne savait pas s'il allait réussir à le faire. Cela lui faisait plaisir que Denys ne voulait pas être son client comme tous les autres, pourtant il voulait quoi de lui ? Il n'était même pas sur que Denys sache ce qu'il voulait réellement. Cela ne le faisait pas plaisir de l'entendre lui parler avec un ton aussi dur, lui qui lui chuchotait sensuellement dans l'oreille quelques minutes plus tôt. Misha resta là, assit à l'écouter et essayant de comprendre ce qu'il disait, il se sentait parfaitement inpuissant à tout ce qui se passait et il avait horreur de ce sentiment. « Tu veux vraiment qu'on fasse l'amour ? Attention, je ne fleuris pas mon langage, je ne parle pas de coucher ensemble.  » Alors, il le pensait vraiment lorsqu'il parlait de faire l'amour ? Ce n'était pas juste une façon de parler ? Mais pourquoi il avait envie de faire cela avec lui s'ils n'étaient pas en couple. Misha avait l'impression d'être devenu totalement stupide parce qu'il ne comprenait tout simplement pas. Le petit rire amer de Denys lui fit mal, il avait vraiment l'air démunie et le blond savait que s'il se mettait à parler, il n'allait pas pouvoir s'arrêter et il ne savait pas si c'était une bonne idée. En même temps il avait besoin de lui parler, de lui dire ce qu'il pensait de toute cela, il ne pouvait simplement pas prendre ses affaires et partir comme si de rien n'était, puis il n'était pas du genre à fuir face à un problème, même de taille. « Je.. Je ne sais pas ce que tu veux de moi putain, tu ne veux pas que je sois ta pute, mais j'en suis une quand même malgré tout. Je ne sais pas non plus ce que nous sommes, mais ça change quoi ? Je n'ai pas envie de tout arrêter maintenant. Je comprends rien et ça me fait chier. Puis tu veux vraiment faire l'amour avec moi ? Je.. Je sais pas même ce que que c'est, je sais pas comment on fait. J'aimerais mais.. je sais pas. » Il savait ce que faire l'amour voulait dire, mais il ne l'avait jamais fait, il ne savait pas émotionnellement ce que c'était, ce que ça changeait. Il en avait envie, il avait envie de découvrir avec Denys ce que c'était, mais cela allait surement changer beaucoup de chose. Jamais il n'avait vécu un truc comme ça et il avait peur de trop s'emballer et d'être déçu. Il n'avait pas envie de partir dans un truc qui serait surement risqué vu de son métier et puis de se retrouver seul dans la petite chambre du bordel comme avant.



 

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys   Mar 6 Mai - 18:42

Misha ∞ Denys
A thousand silhouettes dancing on my chest
Tout semblait horriblement compliqué, les issues de ce chemin sinueux demeuraient brouillés et insaisissables. Pourtant, il fallait sortir de cette impasse sans faire demi-tour. Sans détour, il avait avoué ses pensées qui le tourmentaient depuis quelques instants. Puis, il pensa à tout ce qu'ils avaient traversé ; ils s'étaient rencontrés au détour d'un couloir à la Rose Rouge, une proposition de la part de Misha, un refus ferme pour Denys, une situation qui s'était réitérée durant de multiples rencontres jusqu'à ce poing vengeur, exprimé par l'écrivain qui débloqua le chemin. Ils s'étaient embrassés avec passion dans une chambre avant de coucher ensemble en dressant un tableau érotique. Cependant, cette présente situation n'aurait pas du naître, pas s'il avait récupéré son carnet à temps. En peu d'instants, par des regards et des caresses, des sentiments avaient éclos, de l'attachement s'était filé. Denys le savait, il ne pouvait guère vivre comme ça ; à l'affut des sentiments, sans qualification des choses et des mots. C'est ce qu'il désirait, des mots à mettre, à placer sur ce qui lui semblait vide de sens, comme leur relation. Misha l'avait écouté avec attention, le laissant parler jusqu'à ce qu'il finisse son bref monologue avant de rétorquer : « Je.. Je ne sais pas ce que tu veux de moi putain, tu ne veux pas que je sois ta pute, mais j'en suis une quand même malgré tout. Je ne sais pas non plus ce que nous sommes, mais ça change quoi ? Je n'ai pas envie de tout arrêter maintenant. Je comprends rien et ça me fait chier. Puis tu veux vraiment faire l'amour avec moi ? Je.. Je sais pas même ce que que c'est, je sais pas comment on fait. J'aimerais mais.. je sais pas. » Il ne relevait pas la vulgarité car il scrutait son visage, aussi confus et perdu que lui et n'avoir aucun contrôle sur son propre esprit semblait terrible, amenant à un comportement extrême. Lui aussi ne comprenait rien, ce qu'ils faisaient, ni qui ils étaient, mais les faits étaient là, présentés à Denys ; Misha restait malgré tout un prostitué, n'ayant jamais fait l'amour. En soit, il en était de même pour l'écrivain. Les amours homosexuels s'étaient fait rares à l'adolescence, ne trouvant que des partenaires d'une soirées ou occasionnels et après l'annonce de son cancer, il s'était refusé à chercher ce grand amour, ou toute autre relation sérieuse. Ce concept de Faire l'amour, il ne l'avait ainsi point adopté. Il en savait des lignes, les sensations qu'on éprouvait, retranscrits dans des bouquins, des textes qu'il avait lu, dans le fictif ou la psychologie mais il l'avait jamais vécu réellement, et c'est ainsi que ce concept s'était transcris dans sa longue liste des fantasmes. Déposant ses mains sur le visage de Misha, il le caressa tendrement avant de s'exclamer d'un ton calme déconcertant ; « Je n'ai pas envie d'arrêter. Je sais seulement que je me sens bien à tes côtés, que je ressens cette sensation de désir quand tu es là. Certes, j'aurai toujours ce picotement amer en sachant que d'autres hommes ont le droit de profiter de toi mais, je souhaite être là et je veux te faire l'amour. » D'un geste brusque, il avança son visage contre celui de Misha, en l'embrassant. Il désirait sentir sa langue à nouveau contre la sienne, continuer et recommencer ce qu'ils avaient vécu l'autre nuit avec plus d'intensité, si c'est ce que désirait aussi le prostitué. Lâchant son visage, ses mains se glissèrent contre ses bras, écartant ses jambes. Peut-être avait-il le besoin de le prouver à lui-même, mais Denys espérait qu'il fasse sentir le jaune homme point comme un homme de joie, mais plutôt comme une personne, un humain à la quête de sensations. Rompant son baiser tendrement, il souleva quelque peu Misha, le plaquant contre le mur, collant son propre corps au sien, visage contre visage, le contemplant avec un sourire béat. Damnit, il voulait de lui, encore et encore, il s'en lasserait probablement jamais, son odeur le rendent accro, comme s'il s'était mis à renifler des drogues dures.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys   Mar 6 Mai - 20:02

Tu ne sais plus quoi dire, tu voudrais t'exprimer, crier. Mais tu l'observes, tu le dévores des yeux, tu le veux. Tu ne sais comment le dire, alors tu te plantes. Mais tu voudrais planter tes doigts dans sa peau.
AND THEN WHAT ?
La situation était trop complexe pour être réglé en une conversation, il y en aura sans doutes d'autres à l'avenir. Mais c'était encore trop frais pour s'occuper de chose qui n'avait pas lieu d'être. Misha ne voulait pas tout compliquer, c'était peut-être difficile à comprendre, mais il était bien avec le jeune écrivain et il n'avait pas envie que tout s'arrête maintenant, même si ce n'était pas grand chose. Ce début de quelque chose lui satisfaisait et il voulait voir où cela pourrait les mener, que ce soit heureux ou pas. C'était la première fois qu'il regrettait un peu d'être prostitué, d'un côté, il n'aurait surement jamais eu la chance de rencontrer Denys s'il n'avait pas été dans la Rose Rouge, mais cette situation faisait que cela compliqué encore plus les choses. Il ne fallait pas le nier, ce genre de vie ne vous laisse pas vraiment de place pour une vie privée normal. Il ne pouvait pas être en couple, appartenir à quelqu'un réciproquement était impossible. Non, il devait faire croire à ses clients qu'il leur appartenait à tous, que sa vie consistait à accéder à toutes leurs requêtes. Malheureusement, on ne pouvait pas faire cela s'il était impliqué avec quelqu'un d'autre. Puis Misha ne connaissait que la maison close, ce n'était pas comme s'il pouvait sortir du système et reprendre une vie normal. Il n'avait rien en dehors des murs du bordel, toute sa vie était dedans. S'il sortait, il n'avait rien et il ne pouvait pas prendre le risque de partir pour une histoire certes spéciale à ses yeux maintenant, mais il n'avait aucune certitude que cela allait continuer plus tard. Il ne pouvait pas faire ça. Son esprit était coupé en deux et il ne savait pas quoi faire, il se trouvait dans une véritable impasse. Tout ce qu'il savait c'est qu'il ne voulait pas décrocher de ce regard qui lui donnait confiance, ses douces mains de Denys se posa sur son visage, l'apaisant un instant de toute la tension dut à la conversation.  « Je n'ai pas envie d'arrêter. Je sais seulement que je me sens bien à tes côtés, que je ressens cette sensation de désir quand tu es là. Certes, j'aurai toujours ce picotement amer en sachant que d'autres hommes ont le droit de profiter de toi mais, je souhaite être là et je veux te faire l'amour. » Grâce à cela, Misha comprit que Denys avait les même doutes que lui, il ne savait pas où cela pouvait aller parce qu'il y avait encore ce mur entre eux qui se matérialisait en la maison close, mais il se sentait bien avec lui, qu'il le désirait vraiment et ne comptait pas le lâcher de si tôt. Il sentit de nouveau son estomac chauffer lorsqu'il évoqua la jalousie qui se formait en Denys lorsqu'il pensait aux autres clients de Misha qui avait le droit de toucher son corps. Cela aurait pu paraître tordu, mais pour le blond c'était une preuve que l’écrivain tenait vraiment à lui et ne le voyait pas juste comme un corps comme tous les autres. Puis la chose principale qui restait dans l'esprit de Misha, c'était que Denys voulait vraiment lui faire l'amour. Le blond n'osait pas y croire. Cela n'était pas sensé faire partit de sa vie et il avait peur que ce soit trop pour lui, mais il le voulait aussi d'un côté, il s'imaginait ce que cela pouvait être, faire l'amour avec Denys. Bien sur ils avaient couchés ensemble et fondamentalement le principe était le même, mais l'intensité était différente, les attentes  aussi, du moins c'est l'idée qu'il en avait. Puis en sentant le baiser de l'écrivain, le blond savait qu'il le pensait vraiment. Que tout cela allait être bien, qu'il fallait qu'il lui fasse pleinement confiance.  Complètement perdu dans le baiser qu'ils échangeaient, Misha se laissa faire, il sentait son désir naitre petit à petit en sentant les mains de Denys divaguer sur ses bras, puis ses jambes.  Soudainement il perdit cette sensation sur ses lèvres, ce qui lui fit ouvrir les yeux, oubliant à quel moment il les avait fermé. L'écrivain le souleva, le coinça contre le mur, le jeune Yefrem se sentait tout petit entre ces grandes mains et bizarrement il aimait ce sentiment. Il regarda le visage de Denys en face de lui et ce sourire qui lui était adressé lui enleva ses doutes, c'était tellement franc, pas de sourire pervers ou autre, juste un sourire de bien-être que Misha lui rendit, oubliant son habituel sourire taquin. Il posa délicatement son front contre celui de Denys, soufflant sur ses lèvres qui étaient si proche et trop loin à la fois.  « Fais moi l'amour alors, montre moi.. » Il voulait vraiment se laisser aller avec lui, pas seulement son corps, mais son esprit aussi, qu'il n'ait plus ce sentiment de pression sur lui de savoir s'il faisait les choses bien ou pas. Maintenant il savait que quoi qu'il faisait, Denys l'accepterait parce qu'ils faisaient cela tous les deux. Il s'agrippa aux larges épaules du plus vieux, coinçant ses jambes autour de son bassin, faisant encore plus coller leur corps. Il reposa doucement ses lèvres sur les siennes, lui donnant à nouveau ce baiser chaste et tendre que Denys avait refusé quelques instant auparavant.



 

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys   Mer 7 Mai - 8:42

Misha ∞ Denys
A thousand silhouettes dancing on my chest
L'insouciance et la passion, deux sensations qui s'étaient glissés dans l'esprit de Denys pour prendre son contrôle, le posséder de tout son être lorsqu'il ressentait la présence de Misha. Même s'il demeurait un prostitué, le jeune écrivain se refusait de le considérer comme tel. A ses yeux, il était bien plus qu'un statut permettant de satisfaire ses besoins. Cette émotion, ces sensations, il voulait les transmettre au blond, lui faire comprendre qu'il ne souhaitait pas être comme les autres. Ainsi, il lui avait tout révélé, ce qu'il pensait, ce qu'il envisageait, pour le moment. Des discussions, ils en auront plein dans le futur mais pour l'instant, il préférait se concentrer sur ce point là. Et là, avec Misha, il se sentait prêt à faire l'amour, à lui faire l'amour. L'ayant soulevé quelque peu afin de le plaquer contre le mur, Denys déposa son front contre le sien, fixant ses yeux avec une telle intensité menée par une flamme se transformant en brasier.« Fais moi l'amour alors, montre moi.. » Il perçut le souffle de son amant qui eut pour effet d'agrandir son désir, son excitation les métamorphosant comme des forces qui avaient la capacité d'hypnotiser. Lorsqu'il sentit les jambes de Misha s'accrochant à son bassin et ses bras s'agrippant à ses épaules, son corps s'entrechoqua contre l'autre. Les lèvres du prostitué se collèrent encore aux siennes, dans un baiser chaste et tendre, pour remplacer celui qu'il avait refusé quelques instants plus tôt. Cette fois-ci, il l'accepta avec le sourire, le prolongeant durant quelques secondes. Il ne voulait plus se séparer de lui, désirant rester collé à lui durant un bon moment. Doucement, il s'écarta des lèvres de Misha, élevant une de ses mains, mettant ses doigts à sa propre bouche, les léchant vigoureusement pendant quelques secondes et de les conduire à l'anus de son partenaire. Il enfonça deux de ses doigts à travers ses fesses tendrement afin de préparer ce qu'il allait suivre. Impulsif et sous l'adrénaline, il ressentait une étrange force surhumaine le submerger, comme s'il était capable de tout. Il ramena ses lèvres contre celles du blondinet, l'embrassant de plein fouet, concentrant tout son désir. De ses mains, il écarta doucement les fesses de Misha et se cambra afin de pouvoir commencer à le pénétrer. Il sentit de nouveau cette sensation grisante lorsqu'il arriva en lui, cette chaleur intérieur qui le dominait, son sang bouillant. « Pourquoi tu me fais cet effet-là ? » souffla t-il sensuellement, la respiration haletante. Question rhétorique car il savait lui-même la réponse. Misha avec ce regard séducteur, cette odeur enivrante qui le charmait et outre son corps façonné à la perfection, il avait ces petites plaintes qui envahissaient son esprit. Avec plus d'impulsion que la dernière fois, il s'enfonça avec lourdeur en lui, faisant de longs vas-et-viens. Il avait oublié le préservatif, se foutant complètement de cette protection car il savait que s'il s'était séparé de Misha durant quelques secondes, ça l'aurait tué, refroidissant son brasier. Ses craintes s'étaient volatilisées en cet instant, peut-être le regretterait-il plus tard. Il se savait sain et en bonne santé, et apparemment, le prostitué ne devrait pas avoir de problèmes aussi. Le désir commençait à l'envahir, l'engloutir sous le plaisir. Il gémissait plus longuement, accélérant ses coups de reins avec plus de sensualité, la pression s'alourdissant rapidement. Sa tête se détourna de la bouche de Misha, embrassant son cou avec plus d'ardeur, suçotant sa peau. Le suçon que lui avait offert Misha la fois dernière, semblait toujours présent sur son propre cou et cela l'incitait à le marquer à son tour. Après ça, il se mit à lécher son cou, de sa fin, en remontant petit à petit afin de retrouver sa bouche.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys   Mer 7 Mai - 14:19

Tu ne sais plus quoi dire, tu voudrais t'exprimer, crier. Mais tu l'observes, tu le dévores des yeux, tu le veux. Tu ne sais comment le dire, alors tu te plantes. Mais tu voudrais planter tes doigts dans sa peau.
AND THEN WHAT ?
Après toutes ces années de vie sexuelle débridée, Misha allait enfin savoir que ce faire l'amour signifiait. La plupart des gens avant de le faire, pense que c'était magique, qu'on le fait avec une personne qu'on aime et ce que souvenir reste gravé. Le blond n'avait jamais l'option de penser comme cela, il ne pensait même pas à faire l'amour parce qu'il se doutait qu'il n'allait surement jamais connaître ce sentiment ou alors lorsqu'il ne serait plus assez séduisant pour rester à la maison close. Mais il serait tellement « usé » qu'il doutait que cela allait arriver. Puis il se retrouvait là, dans les bras d'une personne à qui il tenait beaucoup, beaucoup trop pour que ce soit sain dans son mode de vie. Il se dit que c'était le meilleur moment et qu'il n'aurait surement pas une occasion pareil. Il espérait qu'il allait sentir ce frisson dont tout le monde parlait, de cette enivrante passion dont il allait être victime. Il voulait qu’après toutes ces années où il avait couché avec des hommes, ce ne soit pas trop tard pour ressentir tout cela. Il avait toujours entendu dire qu'on avait plus d'avenir entant que prostitué lorsqu'on faisait tout par véritable automatisme, lorsqu'on ne ressentait plus rien, lorsqu'on couchait avec quelqu'un comme on sortait les poubelles. Misha redoutait ce moment et espérait au fond de lui ne jamais le connaître. Mais il comprit qu'il en était loin alors qu'il sentait la peau de Denys se presser contre son corps, cette chair si tendre qui l'embrasait. L'écrivain lui avait enfin cédé ce baiser qu'il avait refusé quelques instants plus tôt, faisant partager le goût sacré de ses lèvres. Le blond se sépara à contre cœur de la bouche de son partenaire, le fixant d'un regard langoureux lorsque celui introduit ses propres doigts dans sa bouche pour les humidifier, s'il n'était pas excité jusqu'à maintenant, cette scène érotique avait le don de l'exalter encore plus. Il se cambra contre le mur, le regard toujours dans les pupilles éclatantes de Denys lorsqu'il sentit des doigts pénétrer son intimité. Cela ressemblait étrangement à ce qu'il avait déjà fait avant, mais c'était en même temps totalement différent, l'impact n'était pas le même, l'intensité non plus. Puis une longue plainte lui échappa lorsqu'il sentit Denys pénétrer enfin son corps chaud..  « Pourquoi tu me fais cet effet-là ?  » Il voulait lui répondre, dire quelque chose de sarcastique ou encore de charmeur, mais sa bouche était devenu étrangement sèche, ses lèvres ne voulaient pas faire passer de son hormis les gémissements qui vibraient dans sa gorge. Il pouvait enfin sentir pleinement Denys en lui, il avait bien remarquer qu'il n'avait pas mit de préservatif et la sensation était toute nouvelle. En à peine quelques jours, Denys lui avait fait découvrir tellement et Misha trouvait qu'il n'aurait pas pu trouver mieux comme personne. Il sentait le souffle chaud de l'écrivain taper contre sa peau, lui donnant l'impression qu'un feu était en train de crépiter à quelques centimètres de son corps. Son dos frottait durement contre le mur, ravivant surement les plaies dans son dos, mais il n'en avait que faire, il ne sentait plus rien à part le corps de Deny, la sensation était tellement euphorisant qu'il se sentait presque voler comme cela, totalement soutenu par la force de l'écrivain. Le jeune blond accompagnait les gestes de va et vient avec son bassin, ne voulant pas que seul lui ressente du plaisir, il voulait faire partir Denys avec lui, qu'ils ressentent les choses ensemble. Sa tête se renversa contre le mur lorsque la bouche du châtain dévia dans son cou, laissant surement une marque qui allait devenir un souvenir de cette journée. Une des mains du blond remonta dans ces boucles soyeuses, les attrapant avec une poigne certaine, cherchant un point d'ancrage quelconque. Il voulait encore plus sentir le corps de Denys contre lui , si c'était possible, il le serrait, peut-être trop fort, mais son instinct parlait.  Il colla sa bouche à son oreille, lui faisant entendre encore plus ses gémissements, même les plus petits, même les soupires. « Viens en moi Denys, s'te plait, s'te plait, s'te plait. » Il le suppliait, il ne savait faire plus que cela lorsque Denys lui donnait du plaisir. Il le voulait plus que tout, il voulait sentir Denys exploser ce brasier contre lui, en lui. Maintenant c'était trop tard, il voulait tout de lui et cela lui faisait peur.



 

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys   Mer 7 Mai - 16:26

Misha ∞ Denys
A thousand silhouettes dancing on my chest
Ses sens semblaient embrumés, perdus et dérivant, drogués par cette passion déchirante. L'amour que Denys portait à Misha le consumait lentement, à petit feu. Ses paupières demeuraient lourdes, sous la pression du plaisir recherché. Il était ivre, ivre de désir, sa bouche embrassant celle de Misha langoureusement. Le prostitué devenait peu à peu sa kryptonite, sa faiblesse, le début de sa fin, sa drogue passionnelle. Il soufflait, sa respiration demeurait bruyante et forte, permettant à ses gémissements de s'exclamer, à son plaisir de s'échapper. Ses yeux hantés par le désir, il contempla Misha comme un trésor, ses plaintes qui s'exprimaient face à son amant bougeant son corps, cambrant son torse. Il l'avait marqué d'un doux suçon, preuve de ce moment érotique et sensuel, lui ayant fait perdre la tête. Les mains du blond plongèrent dans ses bouclettes brunes, les empoignant avec une certaine vigueur, ce qui fit gémir le jeune homme. Il n'avait point l'habitude qu'on le touche à cette zone-là. En effet, ses anciens amants n'étaient pas tactiles, préférant plutôt se concentrer sur l'acte sexuel pour en saisir le maximum de plaisir. Cette sensation semblait grisante, inédite, assez plaisante et surprenante due à son originalité. La tête de Misha dévia aux côtés de son oreille, susurrant ses gémissements qui enflammèrent le désir de Denys, devenant complètement excité et incontrôlable. « Viens en moi Denys, s'te plait, s'te plait, s'te plait. » Le jeune écrivain gémit des suppliques, ayant perdu totalement le contrôle de son esprit et de sa raison, seulement dominé par son désir et sa perversité. Détachant brièvement Misha du mur, il le plaqua une nouvelle fois avec force et força ses vas-et-viens avec une violente force, se sentant plus profond. Répétant plusieurs fois ce mouvement qu'il connaissait si bien, il assena un dernier coup de rein, hurlant de plaisir, expulsant son plaisir dont la pression était si grande pour être conservée. Ses yeux se closent durant quelques instants, se soulageant. Ses membres s'étaient horriblement affaiblis après l'effort, ramenant avec lenteur Misha sur son lit. Après quelques secondes, il rouvrit peu à peu ses yeux, scrutant son amant avec un large sourire satisfait et heureux. Il embrassa avec délicatesse ses lèvres, les dévorant quelque peu. Il semblait exténué, ses membres quémandaient du repos et lentement,il se laissa tomber sur le lit, sa tête s'enfonçant sur un des coussins. Il tourna sa tête pour fixer avec un petit sourire Misha, une de ses mains venant caresser le visage du blond. « Dois-tu partir ? Car j'aimerais bien que tu dormes à mes côtés, dans mon lit, seulement quelques minutes, ou plusieurs heures. » demanda le brun avec une voix tendre. Il savait que la Rose Rouge demeurait chef, décidant ce que ses employés et prostitués devaient faire de leurs journées. Il ne souhaitait pas que Misha parte tout de suite, il voulait profiter de sa présence encore. C'était égoïste mais il le voulait pour lui. Dès qu'il quitterait la maison, Misha retournerait à sa vie et accueillerait encore de multiples hommes entre ses hommes. Une irritation se développement brièvement dans son esprit avant qu'elle soit balayée par des pensées plus saines. S'il restait, Denys pourrait être à ses côtés, nus, se touchant avec tendresse pour un câlin sous la couette.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys   Mer 7 Mai - 21:37

Tu ne sais plus quoi dire, tu voudrais t'exprimer, crier. Mais tu l'observes, tu le dévores des yeux, tu le veux. Tu ne sais comment le dire, alors tu te plantes. Mais tu voudrais planter tes doigts dans sa peau.
AND THEN WHAT ?
Le plaisir le submergeait comme une vague qui ravageait tout sur son passage. Le corps entier de Misha était engourdis, il ne savait plus où donner de la tête, il n'était même plus capable de formuler une pensée cohérente. Il ne pensait plus qu'à Denys et son corps, sa vision était encré sur lui, le décor autours semblait flou et n'avait désormais aucune importance. Il voulait fermer les yeux de plaisir, par un instinct de savourer tous ces frissons avec le toucher, mais il voulait garder également ce contact avec lui. Il voulait aussi voir le désir de Denys, le voir aussi touché que lui de ce qu'ils faisaient ensemble. Tout n'était que passion et partage, c'était ce que Misha imaginait, tout était parfait et il n'avait pas envie que ce moment ne s'arrête. Pourtant il sentait son désir devenir de plus en plus fort, cette pression presque douloureuse était encore plus présent dans son bas ventre. Il sentait Denys faire preuve d'encore plus de force, allant au plus profond de son être, ces gestes procuraient à Misha des sensations encore plus forte. Pourtant il n'y avait pas de violence dans tout cela, c'était intense, mais il n'y avait aucune brutalité et Misha le ressentait. Le blond sentait sa jouissance exploser brutalement en lui, lui extirpant un gémissement , sa voix essayant d'exprimer tout le plaisir qu'il avait ressentit jusqu'ici. Il regarda le plafond avec un sourire béat, complètement abrutit par la dose d'adrénaline a laquelle il venait de succomber. Il se laissa embrasser doucement par Denys, ne pouvant plus lutter et répondit faiblement tellement il était épuisé. C'était la première fois qu'il se sentait aussi vidé et satisfait. Il ne sentait plus ses jambes qu'il n'avait pourtant pas utilisé beaucoup jusqu'à maintenant. « Dois-tu partir ? Car j'aimerais bien que tu dormes à mes côtés, dans mon lit, seulement quelques minutes, ou plusieurs heures.   » Misha lui sourit doucement, décidément, Denys savait exactement ce dont il avait besoin et envie. Il ne se voyait pas du tout après cela, partir comme si de rien n'était. Il ne voulait avoir fait l'amour avec quelqu'un et partir comme si c'était juste un service rendu, comme si cela ne signifiait rien. Puis même s'il voulait partir, il ne le pourrait certainement pas parce que son cerveau n'était pas décidé à ordonner des mouvements qui demandaient trop d'effort. Pour une fois, son corps et son esprit voulait la même chose, se blottir contre Denys et se laisser aller à des caresses et des paroles tendres. « Même si je dois partir j'en ai rien à foutre. » Il laissa son corps glisser lentement sur le lit, prit d'une envie soudaine, il se rapprocha de Denys, collant son corps nu contre l'autre. Sa tête se logea dans le creux de son cou, fermant les yeux avec un sourire jusqu'aux oreilles.  Il ne voulait pas partir et même s'il allait se faire taper sur les doigts, il s'en foutait comme de l'an quarante. Il posa une de ses mains sur le flanc de Denys, caressant du bout des doigts cette peau encore chaud. Il avait toujours eu envie d'avoir cette certaine intimité avec quelqu'un, il existait peu de clients qui voulaient partager ce genre de chose avec un prostitué, mais avec Denys ce n'était que la continuité de ce moment.  « Dis.. tu peux me dire ce que tu écris ? J'ai fais ma fouine, mais j'ai rien compris à ton carnet... » Il y avait un peu d'humour dans sa voix, mais il avait réellement envie de savoir ce que Denys écrivait, peut-être même qu'il pourrait lui dire des phrases dans l'oreille. Bizarrement, il aimait entendre ces phrases que seul Denys pouvait sortir, d'une tournure très lointaine de la vulgarité habituelle de Misha. Ce serait parfait s'il pouvait s'endormir comme cela, étant blottit contre le corps de Denys, caressant sa peau et bercé par sa voix.



 

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys   Jeu 8 Mai - 12:05

Misha ∞ Denys
A thousand silhouettes dancing on my chest
La tendresse, c'est ce que Denys recherchait, comme de la douceur et de l'amour. Des émotions enterrés profondément en lui mais qu'il rêvait de découvrir aujourd'hui, là, maintenant aux côtés de Misha. Détenteur d'un orgasme magnifique qu'il avait eu l'instant d'avant, le jeune écrivain se prit de courbatures et d'une fatigue qui avait empoisonné ses membres. Tendrement, il avait quémandé la présence du prostitué dans son lit afin de le toucher et de le câliner. Cependant, le russe avait des engagements auprès de la Rose Rouge, il devait partir travailler, comme un emploi avec des horaires plus ou moins spécifiques, car c'est ce qui ferait tourner le bordel et le faisait vivre.  « Même si je dois partir j'en ai rien à foutre. » Sans détour, Denys eut un petit sourire, repensant à ce qu'un célèbre pensé avait déclaré un jour, Goethe pour être exact. Il gardait cette phrase pour sa poétique, comme une carte sur sa définition de son mode de vie, ne voulant point se poser des barrières, des limites. Il éleva lentement la couette pour aider Misha à s'engouffrer sous les couvertures. Il sentit le corps de son amant se glisser jusqu'à lui pour s'y coller ; la nudité lui était agréable, surtout celle d'un autre, Misha. Les caresses de ce dernier lui provoquaient une sensation de bien-être et de joie immense, de chaleur humaine, celle qui manquait pour accéder au bonheur. Il inspirait l'odeur du prostitué, toujours aussi envoutante et enivrante, entendant le son de sa douce voix se glissait dans son oreille.  « Dis.. tu peux me dire ce que tu écris ? J'ai fais ma fouine, mais j'ai rien compris à ton carnet... » Denys se mit à rire avec nervosité durant quelques secondes. Aïe, il avait regardé son carnet, il détestait qu'on fouille dans ses armes, jugées comme confidentielles et privées au plus haut point. Cependant, il en eut aucune rancune, prohibant ses émotions négatives. Seul le bonheur l'atteignait, couvrant toutes ses autres émotions.Il était prêt à se confier, expliquant ses propres méthodes. Plongeant une main sur son torse, il le caressait délicatement de ses doigts, en déclarant :  .« Mon carnet, c'est un brouillon où je note que des mots qui s'illuminent dans mon esprit et qui m'incitent à les marquer pour quelques poésies ou une histoire... » Honteux, il ne voulait pas confier ses propres mots qu'il avait écrit sur le papier auparavant, il se sentait piètre poète face à Misha. Cependant, il avait cette envie de lui souffler quelques mots doux et sensuels. Sa main s'abaissa sur le bas-ventre du prostitué, frôlant lentement mais brièvement son entrejambe avant de remonter sur son flanc. « Nos désirs sont les précurseurs des choses que nous sommes capables d’exécuter. » susurra le jeune écrivain, en citant ce que Goethe avait écrit. Cette phrase l'inspirait, lui convenait et s'appliquait dans ses situations avec le jeune russe. Lentement, il ferma ses paupières, apposant un doux baiser dans les cheveux de Misha.  
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys   Jeu 8 Mai - 13:15

Tu ne sais plus quoi dire, tu voudrais t'exprimer, crier. Mais tu l'observes, tu le dévores des yeux, tu le veux. Tu ne sais comment le dire, alors tu te plantes. Mais tu voudrais planter tes doigts dans sa peau.
AND THEN WHAT ?
Le rire de Denys était une des plus belles choses que Misha avait eu la chance d'entendre, ce rire cristallin résonnait dans son oreille, ce qui le fit sourire encore plus. C'était un rire tellement franc et honnête, pas un de ceux qu'on force pour faire croire aux autres que l'on est heureux ou qu'ils ont fait une blague drôle. Misha était heureux d'avoir le privilège d'entendre cela. Il se colla encore plus aux corps de Denys, profitant de la douceur de son peau qu'il caressait lentement. Il n'y avait pas d'arrière pensée dans ces caresses, juste une envie d'être tendre l'un envers l'autre. De se prouver qu'on tient à l'autre sans pour autant se sauter dessus. Il attendait la réponse de Denys, ne sachant pas s'il en aurait une, en tant qu'écrivain, il voulait peut-être garder cela pour lui, après tout on disait que les notes des auteurs étaient quelque chose d'assez personnelle et malgré le fait que Misha ait regardé dans ce carnet, il pouvait parfaitement comprendre si il n'avait ps envie de s'expliquer là dessus. Les caresses de Denys sur son torse l'apaisait encore plus, sa respiration était lente pour qu'il puisse sentir encore plus ces doigts qui parcouraient sa peau. « Mon carnet, c'est un brouillon où je note que des mots qui s'illuminent dans mon esprit et qui m'incitent à les marquer pour quelques poésies ou une histoire...  » C'était franc et en même temps évasif, cela convenait parfaitement à Misha comme réponse. Ces mots devaient correspondre à son esprit d’écrivain, chose que Misha ne pouvait surement pas comprendre puisqu'il était loin de cet univers. Denys était une de ses personnes qui pouvaient s'exprimer par les mots, trouvant la bonne tournure de phrase pour chaque situation, Misha lui s'exprimait avec son corps, comme il l'avait toujours fait depuis des années. En effet, les mots n'étaient pas son fort, il ne savait sortir que vulgarité et même s'il cela ne lui posait pas de soucis, il pouvait se sentir minable face aux belles paroles de Denys. Pourtant il n'allait pas changer juste pour lui, l'écrivain s'exprimait d'une façon fleurit, mais ce n'était pas pour Misha. Il se contenterait de montrer avec ses baisers ce qu'il voudrait lui dire en paroles. Il sentit la main de Denys glisser vers son entrejambe, le frôlant un instant ce qui lui arracha un petit frisson, puis elle remonta sur son flanc. Comme il le pensait, il fallait profiter de cet instant pour de la tendresse et de la sensualité. « Nos désirs sont les précurseurs des choses que nous sommes capables d’exécuter.  » Un beau sourire se fit sur les lèvres de Misha, il voulait l'entendre encore prononcer de belles paroles, utilisant ce ton solennelle dans la voix rien que pour lui. Il avait l'impression que toutes ces phrases, Misha était le seul à les entendre alors qu'il savait que c'était surement faux. Pourtant il se sentait spécial dans un moment comme celui-ci. Relâchant tous ses muscles, il savait qu'il pouvait s'endormir sereinement, enlacé par les bras de Denys. Il savait qu'à son réveil l'écrivain serait là et qu'il n'avait pas à partir rapidement parce qu'il n'avait rien à faire là, peut-être qu'ils pourraient encore flâner au lit, Denys pourrait encore lui susurrer des choses à l'oreille. Sa respiration se faisait régulière, signe qu'il allait bientôt partir dans un doux sommeil réparateur, la dernière chose qu'il sentit, c’était les lèvres de Denys se poser délicatement contre ses cheveux.

FIN DU SUJET



 

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys   

Revenir en haut Aller en bas
 

[HOT] no place i'd rather be. † ft. Denys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!
» Place de l'unité à Montréal bientôt une réalité
» La place d'Haïti dans le monde
» Qui va à la chasse perd sa place [Pinsk Town-Thriller Bark, Rang D, Chasseurs de Prime, Balayage de zone]
» J'aurai tant aimé être à sa place [PV : Nami]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
blurred lines :: THE PLAYGROUND :: THIS IS THE END :: LES RPS-