AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [HOT] Love is a game, you say, play me and put me away + (Mikha)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: [HOT] Love is a game, you say, play me and put me away + (Mikha)   Jeu 1 Mai - 8:45

Yulian ∞ Mikhaïl
Put your hands all over me.
La Rose Rouge, j'y étais maintenant. J'ai suivi les conseils de cet homme fou d'esprit et je me suis finalement rendu devant ce bâtiment ô combien tentant. Pourtant, j'hésitais. Je restais immobile face à cette structure, la fixant d'un air inexpressif. Je ne savais si ce que je faisais était bien ou mal, si j'allais le regretter ou non et c'est ce qui me faisait hésiter. Malgré tout, j'étais comme happé par l'endroit, comme tout homme le serait à mon avis. Même les femmes ne pourraient résister à cet appel de luxure. Mais les hommes restaient ceux qui pensaient le plus aux parties de jambes en l'air. Quoique... Je pris une profonde inspiration avant de m'avancer vers les portes de la maison close, me fichant éperdument des regards portés sur moi. Trois coups contre la porte et cette dernière s'ouvrit rapidement. Je ne savais pas vraiment comment ça marchait et je regrettais de n'être venu avec quelqu'un qui connaissait la maison pour me montrer. Tant pis, j'entrais en sachant pertinemment que je réussirais à me débrouiller. J'ai rapidement compris qu'il fallait avant tout payer et je sortais ces billets si précieux pour me payer le droit de profiter de l'une des personnes présentes ici. Ça me faisait bizarre de devoir payer pour coucher alors que j'attisais le désir de certaines et certains, mais je savais pour quelle raison je devais mettre le prix. Je me rendais d'abord dans le hall d'entrée, là où je devais choisir qui serait ma proie. J'observais rapidement les personnes présentes et reniflait cette odeur mélangée de sexe, d'argent et d'alcool. C'était à la fois enivrant et effrayant. J'apercevais certaines clients déjà en bonne compagnie et presque en train de se découvrir l'un l'autre devant tout le monde. La plupart étaient de beaux garçons ou de belles filles, mais personne ne me convenait. Je pourrais coucher avec n'importe lequel ou laquelle, mais personne n'attisait quoique ce soit en moi. J'espérais ne pas être venu pour rien. En y réfléchissant, je ne trouvais pas ma cousine qui travaillait ici. Tant mieux d'un côté, je n'aurais peut-être pas supporté de la voir tripoter un vieux pervers devant moi. Je n'allais quand même pas partir, j'en voulais pour mon argent. J'apercevais un blondinet plus loin qui pourrait faire l'affaire et je commençais à m'en approcher, jusqu'à ce qu'un jeune homme entre dans la pièce.

Mes yeux se tournèrent dans sa direction et je ne pus m'empêcher de ressentir comme un léger frisson. Il avait l'air dévasté, il était des plus adorable et son air légèrement frêle le rendait vulnérable. Il était ce que je voulais. Peut-être que c'était à eux de venir vers nous, mais je me détournais pour aller vers lui. Je m'arrêtais à quelques centimètres du jeune homme et je baissais la tête pour le fixer dans les yeux. " Comment dois-je t'appeler ? " J'attrapais son menton pour relever son visage vers le mien et l'observer un peu plus en silence. Il avait l'air à moitié dépressif et à moitié terrorisé. J'avais même l'impression que ses mains tremblaient légèrement et ça ne le rendait que plus désirable encore. C'était la personne parfaite pour subvenir à mes petits jeux. Nombre d'hommes avaient dû se battre pour avoir le privilège de l'avoir dans son lit, j'en étais certain. J'attrapais sa main dans la mienne et lui faisait comprendre qu'il allait devoir être mien cette fois. " J'ai pris une chambre au second étage, mais je ne connais pas l'endroit, c'est la première fois que j'y viens. " Autrement dit, c'était à lui de me montrer le chemin et je le laissais me diriger, gardant sa main dans la mienne comme pour l'empêcher de fuir. Il ne le ferait peut-être pas, mais il en crevait d'envie. Je le laissais donc m'amener jusqu'au second étage, dans la chambre qui convenait. J'étais nouveau ici, mais j'avais l'impression que c'était son cas aussi. Il ne semblait pas aussi à l'aise que d'autres que j'ai pu voir. Ça ne changerait rien de toute façon. Le deuxième étage était vraiment très classe et me convenait parfaitement. Nous entrions ainsi dans la chambre et je refermais la porte après être passé, nous laissant seul à seul dans cette pièce.

La suite, on la connaissait tous les deux, mais aucun ne savait comment s'y prendre pour commencer. J'en profitais pour observer la pièce avant de m'approcher encore de lui et de laisser mes mains frôler ses hanches et se poser sur son bassin. Je le fixais dans les yeux une fois encore, de mon habituel air inexpressif. " Est-ce ta première fois où bien est-ce ma présence qui te rend si nerveux ? " J'avais tellement envie de le rendre plus nerveux encore, de le voir devenir de plus en plus vulnérable, de le voir se soumettre. J'allais m'asseoir sur un fauteuil, posant l'une de mes jambes nonchalamment sur l'autre et je le dévisageais tel un prédateur. " Si j'ai payé, ce n'est pas pour te regarder avec ton air de chiot perdu. " Oui, il savait pertinemment où je voulais en venir et je retenais presque le sourire sadique qui s'imprimait dans mon esprit. " Je veux que tu te déshabille et je veux que tu m'excites en le faisant. " Je l'amenais doucement sur mon terrain, pour le surprendre d'un seul coup au moment voulu. Je ne pouvais pas encore le dire, mais j'avais l'impression d'avoir enfin trouvé ce qu'il me fallait, ce qu'il me manquait. Pour le moment, je comptais profiter du spectacle. Je ne le lâchais pas des yeux une seule seconde et je l'observais comme si j'allais le dévorer. Je voulais le mettre mal à l'aise, je voulais le faire souffrir en un sens. Ce n'était peut-être pas bien ou je ne sais quoi, mais je n'en avais strictement rien à foutre. C'était ce qui me plaisait et il n'y avait que ça qui comptait à mes yeux.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] Love is a game, you say, play me and put me away + (Mikha)   Dim 4 Mai - 18:52

Yulian ∞ Mikhaïl
Stay away from,  please.
Cela faisait trois jours à présent que j'étais enfermé ici. Trois jours seulement et pourtant j'avais l'impression qu'une éternité s'était écoulée comme si le temps ralentissait dans cet endroit puant le sexe et la perversion. Ma première journée en ce lieu avait été plus que mouvementée et pourtant je tâchais de tenir bon. Après tout avais-je réellement le choix ? Non, absolument aucun. Coincé entre ces quatre murs, mon kidnappeur m'avait bien fait comprendre ce que j'allais devoir faire ici, pour le bon plaisir d'hommes et de femmes bourrés de frics et prêts à le dépenser pour satisfaire leur pulsions les plus refoulées. Et le moment était arrivé me concernant. Il était temps que je me jette dans l'arène sans quoi de lourdes conséquences retomberaient sur ma petite sœur. Cela, il en était hors de question. Elle n'avait rien à voir dans toute cette histoire – pas plus que moi certes – et je m'étais promis, dès l'instant où mes yeux s'étaient posés sur elle à la maternité, que je ferais toujours pour la protéger. C'est ainsi que je me préparais pour rejoindre le grand salon du hall d'entrée, sentant déjà ma dignité et ma fierté s'envoler morceau par morceau à chacun des pas qui me rapprochaient de la pièce. J'étais en retard et je pouvais déjà entendre au niveau de la bifurcation du couloir la cacophonie de discussions, d'éclats de rire et de séduction achetés au prix de la sueur des prostitué(e)s de l'établissement. J'avais beau me creuser la tête, je n'arrivais pas à admettre que certains, comme mon colocataire par exemple, pouvait apprécier réellement une seule seconde de travailler ici. En temps normal j'étais une personne très ouverte d'esprit mais ça.. ça.. ça me dépassait complètement. N'importe quelle personne aussi saine d'esprit que moi en aurait pensé la même chose. A croire que cette maison close était dépouillée de tout jugement et règle. Lorsque j'aperçus la porte d'entrée, mon sang se glaça et mon cœur eu un raté. Dès que ma main actionnerait la poignée, je m'introduirai dans la cage aux lions, sans aucune arme pour me défendre. Avec un peu de chance personne ne s'intéresserait à moi. Mais malheureusement, la chance n'était plus l'un de mes atouts majeurs depuis un certains temps.

Franchissant le seuil du hall par cette porte dérobée, je pus aussitôt me plonger dans cette atmosphère surchargée de tensions sexuelles. Mon regard fit le tour des lieux et jaugea bien des personnes. Je pus même reconnaître certaines célébrités locales telles que de riches politiciens vu à la télévision ou dans les journaux. La plupart d'entre eux étaient déjà en charmante compagnie, tripotant et s'alléchant de tout ce qui leur été possible de toucher. Le dos légèrement bossu, la démarche incertaine, je peinais à me dire que je faisais désormais parti de ce monde. Je devais paraître tellement pathétique, recourbé ainsi. Et alors que je peinais à aller de l'avant, je sentis une ombre s'avancer vers moi. Très vite une main me souleva le menton et mon regard croisa le sien sans autre forme de procès. « Mikah », répondis-je alors simplement, non sans une once d'hésitation, en découvrant l'homme qui me faisait face. En temps normal j'aurais été enclin à dire que cette personne dégageait un véritable charisme et une prestance qui devait en laisser plus d'un ou d'une sur le carreau. Cependant à ce moment précis, j'étais plus focalisé sur le tintamarre de mon cœur dans ma poitrine que sur toute autre chose. Je sentis ensuite sa main enlacer la mienne et voulut la retirer aussi vite que possible. Hélas, je n'avais pas la possibilité d'un tel geste. J'allais devoir sans doute satisfaire bon nombre de clients masculins à la Rose Rouge alors que je m'étais toujours revendiqué hétérosexuel. J'en avais le tournis. " J'ai pris une chambre au second étage, mais je ne connais pas l'endroit, c'est la première fois que j'y viens. ", me confia-t-il alors avec politesse quand bien même la crampe dans mon ventre s'intensifiait. Ainsi donc c'était sa première visite à lui aussi ? Sauf que malgré cela, il restait celui en position de force que ça soit aussi bien par son porte-feuille que par sa carrure. « C'est par ici.. ». Et sans pouvoir rebrousser chemin, je tentais de me repérer dans les recoins de l'établissement fraîchement découvert pour le guider jusqu'au deuxième étage. J'avais littéralement envie de prendre mes jambes à mon cou pour m'enfuir le plus vite possible tandis que je tentais de rester de marbre face à tout ça. En vain probablement. J'étais loin d'être un menteur hors paire, encore moins dans ce genre de situation.

Après quelques minutes, j'arrivais finalement devant la porte qui signait la fin de mon innocence. Je l'ouvris d'une manière robotique et entra avant de la sentir se fermer derrière moi. J'étais comme piégé désormais, tétanisé alors qu'il s'approchait lentement de ma personne en laissant ses doigts errer au niveau de ma taille. Il me dévisageait à présent d'un air à la fois détaché et captivé. " Est-ce ta première fois où bien est-ce ma présence qui te rend si nerveux ? ". Une sueur froide glissa le long de ma nuque à l'écoute de sa question. Est-ce que cela paraissait si flagrant ? Pfff.. évidemment que cela devait se voir comme le nez au milieu de la figure. Je n'étais clairement pas à l'aise dans ce jeu. Baissant les yeux pour éviter son expression, je me pinçais les lèvres comme si je refusais de lui avouer mon secret. Mais je finis par céder. « C'est ma première fois ». En disant ceci, j'espérais sincèrement que mon honnêteté pourrait me sauver ou bien qu'elle me permettrait d'y aller plus doucement. Toutefois, quelque chose me disait que je venais en fait de lui donner ce qu'il voulait. Il finit par aller s'installer sur un magnifique fauteuil non loin de moi, une attitude supérieure pendu à ses traits figés. " Si j'ai payé, ce n'est pas pour te regarder avec ton air de chiot perdu. ". Et voilà nous y arrivions. Cette comédie et ses bonnes manières n'auraient pu durer éternellement. " Je veux que tu te déshabilles et je veux que tu m'excites en le faisant. ". Ces simples paroles eurent le don d'infiltrer une nervosité extrême dans chacune de mes veines. Reposant mes yeux sur lui, j'implorais du regard qu'il change d'avis. Hélas, il ne pouvait en être autrement. Alors c'est d'un geste tremblant des plus visibles que j'ôtais mon haut, laissant apparaître un torse frêle mais légèrement musclé de par ma vie quotidienne de travail acharné. Je m'attaquais ensuite au bas, avec la même incertitude que précédemment. Je défis le bouton et fit glisser la fermeture éclair avant de retirer mes chaussures puis de faire descendre le tissu le long de mes jambes pour m'en débarrasser complètement. Seul un boxer noir et moulant faisait office de protection entre le client et ses désirs. Je voulus m'obliger à poursuivre mais une sorte de honte, une gêne intense pris le dessus. Je n'avais que 20 ans après tout. Un jeune garçon qui n'avait pas choisi d'être là et qui était désormais à moitié nu dans une chambre luxueuse pour le bon plaisir de cet homme plus âgé. Je ravalais ma salive comme pour me donner de la force et d'une voix paniquée je ne pus que lui dire : « Je suis désolé. Je.. je ne peux pas.. je suis sûr que si vous retournez dans le hall vous trouverez sans doute une personne beaucoup plus apte à vous satisfaire.. ». Terrifié, je ne pris même pas la peine de récupérer mes affaires et commençait à avancer vers la sortie que j'espérais être mon salut. Je ne pensais même plus à Naya, mon instinct ayant pris le dessus sur tout le reste.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] Love is a game, you say, play me and put me away + (Mikha)   Dim 4 Mai - 22:02

Yulian ∞ Mikhaïl
Put your hands all over me.
" Mikah. " Un nom qui lui allait bien, très bien même, mais ce n'était qu'un diminutif. J'avais entendu que les prostitué(e)s n'utilisaient pas leurs véritables prénoms et je les comprenais au fond. Je me contentais donc de ce Mikah qui m'allait de toute façon. De la façon dont il m'amenait jusqu'à la chambre, j'avais l'impression d'accompagner un prisonnier à l'abattoir. Beaucoup auraient pu être gênés par cette attitude, mais pas moi. Au contraire même, ça ne me motivait que plus encore. Je m'étais contenté de le suivre en silence. Si l'ambiance était déjà aussi lugubre, je me demandais comment elle allait être dans peu de temps. Nous entrions finalement dans la chambre et je commençais vraiment à me demander si je n'avais pas un robot en face de moi plutôt qu'un jeune homme. " C'est ma première fois . " Je restais impassible, bien qu'à l'intérieur j'étais comblé. Une première fois pour ma première venue, que demander de mieux ? C'était ce qui expliquait son comportement, même si je l'avais rapidement comprit. Je serais le premier, celui dont il se rappellera sans doute toute sa vie. D'autant que je n'étais pas n'importe quelle première fois et que nerveux comme il était, il en aurait pour plus d'une vie afin de m'oublier. Je me laissais finalement aller à la luxure et j'oubliais les bonnes manières pour entrer dans le vif du sujet. Je le regardais retirer son haut, tremblotant et sur le point de pleurer. Ce n'était en rien excitant en soi, mais c'était le summum à mes yeux. La preuve en était la bosse qui commençait doucement à se former sous mon pantalon. Il retira le bas dans des mouvements toujours aussi peu élégants, mais encore plus enivrants. Il ne restait que ce tissu qui conservait l'intimité du garçon. Il ne restait que cette limite que je voulais voir se briser. " Je suis désolé. Je.. je ne peux pas.. je suis sûr que si vous retournez dans le hall vous trouverez sans doute une personne beaucoup plus apte à vous satisfaire.. " Et sur ces mots, il se dirigea vers la porte de la chambre. Il était hors de question que je le laisse partir. Un autre ne m'intéressait plus, c'était lui que je voulais. C'était lui que j'allais rendre homme, comme l'on dit. C'était lui qui allait sentir les joies de la sodomie, voilà comment étaient clairement les choses.

Je me relevais alors rapidement et le poursuivait. Tandis qu'il arrivait à la porte d'entrée, je le plaquais sans douceur contre la porte, ne pouvant arrêter ma course d'un seul coup et ma main se plaqua contre la porte que je voulais bloquer. Ma virilité qui s'éveillait petit à petit se retrouvait collée contre son bassin et mon corps entier ne lui laissait plus aucun espace pour s'enfuir. J'approchais ma bouche de son oreille pour y susurrer : " Je n'ai vu personne de plus apte que toi ici. Si tu refuses ma compagnie, il se pourrait que j'en informe le propriétaire du bâtiment. " Inconsciemment et poussé par l'envie, je frottais lentement mon sexe contre son bassin et son fessier, poussant un léger soupire dans le creuxde son oreil. Bon sang ce que c'était bon. Pourtant ce n'était rien, mais il avait comme un don pour me rendre dingue. Je ne savais pas comment il faisait et il ne devait même pas le savoir non plus. Je nichais mon visage dans sa nuque pour en inspirer son odeur tandis que mes mains s'approchaient dangeureusement de sa taille. Mais à quoi est-ce que je jouais ? Mes gestes se bloquèrent d'un seul coup tandis que je reprenais le contrôle.

Je m'écartais doucement pour lui laisser un peu plus de place et me calmer un peu et je retournais près du fauteuil, sans m'asseoir, le laissant réfléchir à sa décision. " Soit tu sors de cette chambre et tu en paieras les conséquences, soit tu reviens ici et on reprend. " Je le fixais de mes yeux clairs et transperçants. J'admirais son torse frêle et pourtant légrement musclé. J'observais ses fines jambes ainsi que son joli petite fessier rebondi. Il n'était peut-être pas le plus bel homme, mais je n'avais jamais autant désiré quelqu'un jusque là. J'avais envie de torturer la moindre parcelle de sa peau, j'avais envie de lui faire subir toutes mes lubies. Mais surtout, j'avais comme une envie d'y imprimer une marque qui montrerait que quelqu'un l'avait déjà touché. Enfin, je pouvais tout à fait le faire en fait. J'avais payé pour ça, je pouvais tout faire. Un sourire légèrement sadique s'imprima alors sur mon visage à cette pensée. " Si tu reviens, je veux que tu marches à quatre pattes jusque moi, en guise de punition. " Ainsi commençait la soumission. Ainsi, il commençait à découvrir mon nouveau visage tandis que je me découvrais une nouvelle façon de jouer. Je n'avais jamais vraiment eu l'occasion de tester ce genre de choses jusque là, mais cette fois, je pouvais faire ce que je voulais. J'étais libre de laisser sortir ce désir enfoui.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] Love is a game, you say, play me and put me away + (Mikha)   Lun 19 Mai - 20:33

Yulian ∞ Mikhaïl
Stay away from,  please.
Paniqué par tout ce flot d'émotions terrifiant s'insinuant le long de mes entrailles, j'avais tenté de fuir la terrible réalité qui se tenait juste face à moi. Je voulais oublier ce que j'avais vu ces derniers jours, échapper à cette nouvelle prison et cet homme dont la rencontre me marquerait sans doute à jamais. Je ne pensais même plus à Naya à cet instant tant la peur s'était emparé de moi. M'avançant à pas rapide vers mon unique issue de secours, j'étais sur le point de m'évader lorsque je sentis le corps de mon bourreau me plaquer violemment contre la paroi de la porte. Étouffant un cri, je me retrouvai complètement dépouillé de toute force face à lui. Je voulus bouger mais ses muscles m'écrasaient littéralement tout comme l'énorme angoisse qui m'envahissait de plus bel. J'étais piégé et je compris très vite qu'il n'y aurait aucun échappatoire. A mesure que des sueurs froides perlaient le long de ma nuque, je pus sentir son entre-jambes durcir contre le bas de mon dos. A cet instant précis j'aurais tuer pour être plus imposant que lui et le repousser avec véhémence. Malheureusement la nature m'avait fait de telle sorte que je paraissais frêle et sans défense aux yeux de la plupart des gens. " Je n'ai vu personne de plus apte que toi ici. Si tu refuses ma compagnie, il se pourrait que j'en informe le propriétaire du bâtiment. ", me dit-il alors en soufflant dans le creux de mon oreille. Ravalant ma salive et tentant de contrôler les tremblements qui assaillaient l'ensemble de mon corps, je ressentis une nouvelle fois ses horribles envies jouer contre mon bassin. Je serrai les dents pour ne pas vomir à ses avances. L'idée même que je pouvais l'exciter de la sorte me tétanisait de l'intérieur. Qu'avais-je fait dans ce bas monde pour me retrouver à la merci de cet homme entre ces quatre murs ? Je l'ignorais totalement mais je savais une chose désormais, j'allais devoir encaisser une fois de plus. Ses mains posées au niveau de ma taille se rapprochaient dangereusement avant que celui-ci ne décide, pour je ne sais quelles raisons, de les retirer soudainement. Il finit enfin par me lâcher, me permettant de respirer de nouveau même si les tremblements étaient toujours présents. Mes yeux encore scotchés à la porte, je compris qu'il s'était rassi et profitait du spectacle de ma propre torpeur. " Soit tu sors de cette chambre et tu en paieras les conséquences, soit tu reviens ici et on reprend ". Sa voix était plus calme mais bien plus sérieuse que récemment. Il avait le pouvoir et il en était conscient. Il ne savait sans doute pas pourquoi je m'étais retrouvé dans cet endroit sordide toutefois il avait très bien comprit que je ne pouvais me permettre de choisir. " Si tu reviens, je veux que tu marches à quatre pattes jusque moi, en guise de punition ". Refermant les poings sur ma paume, je sentis les larmes montaient et embuer ma vue. A cet instant précis je haïssais cet inconnu. Sa force de persuasion et ses désirs malsains auxquels ils voulaient que je me soumette pour son bon plaisir. « Je reste.. », laissais-je alors échapper dans un sanglot étouffé. C'est résigné et craintif que je me retournais dans sa direction. Je lui lançai un regard obligé avant de baisser la tête et de me contraindre à me mettre à genoux. Je me laissais quelques secondes avant d'obéir comme il le souhaitait. J'avais honte d'être accroupi de la sorte, ma dignité se dégradant alors que j'avançais vers mon enfer. Ma démarche était hésitante et gauche mais je finis par arriver jusqu'à lui. Je tentais d'inspirer profondément pour me calmer. En vain cependant. C'était plus fort que moi. Je me sentais plus bas que terre ainsi. Si ma mère me voyait, si ma soeur n'avait ne serait-ce qu'une idée de ce qui était en train de m'arriver. L'image de mon père fuyant tout contact visuel avec moi ce soir là avant de me faire embarquer me revint alors en tête avant de disparaître aussitôt pour être remplacer par la vision en pleine face de la bosse envieuse de mon sadique client. Les battements de mon coeur redoublèrent d'efforts comme s'ils broyaient ma poitrine d'une douleur vive et lancinante. Je bouillonnais intérieurement tandis que je pouvais sentir toutes les fibres de mon corps frémir à l'attente de son avidité. « Et maintenant ? », parvins-je à dire de manière hésitante entre deux tressaillements. Rien ne pouvait me préparer à la suite des événements. Après tout j'étais complètement novice dans ce domaine et jamais je n'aurais aspiré à voir ma première fois se passer ainsi. Il avait payé pour moi et par conséquent j'étais devenu son jouet. Un jouet dont il pouvait disposer à sa guise pour mon plus grand malheur.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [HOT] Love is a game, you say, play me and put me away + (Mikha)   Mer 28 Mai - 11:29

Yulian ∞ Mikhaïl
Put your hands all over me.
Il avait beau être complètement tétanisé, effrayé, dégoûté ou peu importe, Mikah était à ma merci. Il aurait dû le savoir avant de tenter de s'enfuir, avant que je ne me plaque contre son corps. Sa respiration se faisait plus difficile alors que mes mains étaient sur ses hanches et son corps tremblait sous le mien. Tout pour éveiller mon côté sombre, celui qu'il ne voulait surtout pas voir. Cependant, il allait le voir. J'étais allé me rasseoir, lui laissant le choix entre deux maux. Soit il m'obéissait, soit il subirait les fureur du directeur. Je l'observais refermer les poings contre la porte, preuve qu'il y réfléchissait sérieusement et qu'il se rendait compte de sa situation. " Je reste.. " Malgré le ton qu'il empruntait, un sourire satisfait s'afficha sur mon visage. Je savais d'avance que j'allais gagner face à ce genre de deal, mais c'était quand même agréable de ressentir ma victoire. Malgré tout, il devait payer pour son insolence et je l'avais puni en l'obligeant à se soumettre complètement. Il devait en prendre l'habitude avec moi, enfin s'il continuait de m'intéresser de la sorte évidemment. Je n'en doutais pas cependant. Très peu de personnes m'avaient plu jusque là. Je pouvais les compter sur les doigts de la main même. Mais lui, ce jeune homme, il m'avait intéressé au premier coup d’œil. Pourquoi ? Je n'en sais rien, mais plus les minutes avançaient en sa compagnie et plus il me plaisait encore. C'était comme s'il représentait la personne que j'ai toujours attendu pour mes plaisirs coupables. Jusque là, personne n'avait vraiment été attiré par ce genre de plaisir que j'affectionnais. Lui n'avait pas le choix et il était parfait pour ce rôle. Vraiment parfait.

Je l'observais se tourner vers moi et se pencher lentement, complètement soumis. J'inspirais un grand coup pour calmer les pulsions qui m'entraînaient rien qu'à cette vue. Il se mit sur ses genoux et ses mains et s'avançait vers moi maladroitement. Peu m'importait, le fait est qu'il m'obéissait, qu'il ne montrait plus aucune fierté et que j'adorais ça. Mon corps réagissant d'autant plus à mes envies. Il arriva jusque devant moi, agenouillé tandis que je le surplombais et que je le dévisageais des yeux. " Et maintenant ? " Maintenant ? Ce n'était pas lui le prostitué ? Ce n'était pas à lui de savoir comment cela marchait ? Enfin, il n'était encore pas habitué, c'était clair comme de l'eau de roche. Un puceau, ce qui me plaisait encore plus. La perfection. Il était la perfection à cet instant précis. Son regard empli d'un tas de sentiments mélangés me donnait envie d'accentuer encore plus ces derniers. Je n'étais pas sûr d'avoir beaucoup de patience à cette allure, moi qui aurait voulu faire durer les choses. J'aurais toujours la possibilité de revenir le voir au pire. Encore fallait-il bien sûr que je sois satisfait jusqu'à la fin de la séance. S'il n'y arrivait pas, je ne reviendrais plus le voir et ça lui ferait sûrement plaisir, mais d'un autre côté, je me montrerais encore plus violent si ça ne me plaisait pas. Je l'entraînais dans un cercle vicieux dont il ne se rendait pas compte, trop naïf pour l'apercevoir.

Il était temps de commencer les vraies festivités, de lui faire découvrir les plaisirs de la chaire et mes propres plaisirs. Je défaisais ma braguette, continuant de le fixer en silence et je laissais ma virilité se mettre à sa vue, trop impatient pour le laisser jouer un peu avant d'en arriver là. " Maintenant, tu sais ce que tu dois faire, n'est-ce pas ? " Étant donné la proximité qu'il avait avec mon entrejambe, c'était plutôt clair. Mais dans le doute, je passais ma main à l'arrière de son crâne et j'approchais doucement son visage, pour le pousser à aller plus loin. " Je veux que tu t'en occupes, que tu y goûtes pour la première fois. " Peu m'importait s'il se mettait à pleurer ou quoi, du moment qu'il s'occupait de moi ça m'allait. J'en profitais pour glisser ma seconde main derrière sa tête, pour plus de sécurité, le condamnant ainsi. " Et cette fois, tu n'as pas intérêt à t'enfuir ou crois-moi que je trouverais pire que te faire marcher à quatre pattes. " Pour trouver des punitions, je n'étais pas en manque d'imagination et s'il n'était pas bête, il devait commencer à s'en douter.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [HOT] Love is a game, you say, play me and put me away + (Mikha)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[HOT] Love is a game, you say, play me and put me away + (Mikha)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
blurred lines :: THE PLAYGROUND :: THIS IS THE END :: LES RPS-